octobre 2020
L M M J V S D
« Sep    
 1234
567891011
12131415161718
19202122232425
262728293031  
"Un homme n'est jamais tout à fait mort tant qu'il y a quelqu'un pour prononcer son nom" Antoine de SAINT-EXUPÉRY

Il y a 100 ans…

Juin 1920

  • 1er. Espagne : création du parti communiste (PCE).
  • 4. France : premiers débats sur l’Alsace-Lorraine à la Chambre des députés.
  • 4. Traité de Trianon : signature du traité de paix entre les Alliés et la Hongrie.
  • 4. Tunisie : fondation du Destour. parti nationaliste.
  • 4. France : un Farman Goliath bat le record du monde de durée de vol en volant 24 h.13′. l6″.
  • 5. Reprise des relations diplomatiques entre la Belgique et le Luxembourg.
  • 10. Italie : chute du cabinet Nitti.
  • 12. Les Russes reprennent Kiev aux troupes polonaises.
  • 12. Paris : première des « Mille et Une Nuits » mise en scène de Firmin Gémier.
  • 13. Genève : congres international des féministes.
  • 15. Les nouvelles frontières entre le Danemark et l’Allemagne sont fixées. Le Danemark se voit reconnaître le droit de souveraineté sur le Schlesvig du Nord.
  • 15. Italie : constitution du cabinet Giolitti.
  • 21. Boulogne : session du Conseil supérieur des Alliés sur les réparations de guerre.
  • 22. La Grèce lance avec succès une offensive contre les Turcs en Asie Mineure.

NAISSANCES

  • 7. Georges Marchais, homme politique français.
  • 11. AIbin Chalandon. homme politique français.
  • 27. Jean-Jacques Nathan, éditeur français.

DÉCÈS

  • 14. Gabrielle Réju, dite Réjane, actrice française (*6.6.1856).
  • 14. Max Weber. Sociologue et philosophe allemand (*21.4.1864).

Source :  Chronique du XXe siècle – Édition Larousse

LE PICTON, 1977-2013 - Histoire, patrimoine, tourisme en Poitou-Charentes ...

J'aime et je partage...

Article de Michel GRANGER

Rédacteur en chef 1

 

1977, la couverture du numéro 1 du Picton

1977, la couverture du numéro 1 du Picton

Imaginez une époque où il n’y avait pas de photographie numérique, pas d’Internet, pas de téléphone mobile, pas de dvd, pas d’ordinateur individuel, pas de mail, pas de télécopieur, pas de scanner photo, pas de reprographie…, et où la calculatrice de poche et le code à barres balbutiaient… Vous y êtes ?

C’est au cours de ce « Moyen Âge » – tout proche – du numérique, des puces et de la miniaturisation, qu’est né Le Picton ! C’était il y a trente-six ans seulement ! Oui, seulement, et pourtant on photographiait, on composait, on communiquait et on imprimait, autant d’activités propres à élaborer Le Picton.

Et le bonheur, c’est qu’avant tout cela une infinité d’événements avait marqué ce qui allait devenir le Poitou-Charentes…

Des événements auxquels Le Picton a choisi de s’intéresser pour les mettre en valeur, les faire connaître,

les faire apprécier des habitants de la région et de ses départements, comme des touristes, en ne sacrifiant pas la qualité à l’éphémère.

Si, à l’origine, Le Picton fut une aventure, avec ses enthousiasmes mêlés d’incertitudes, c’est aujourd’hui une histoire. Autorisons-nous à le dire… au bout de 36 ans ! Et l’enthousiasme comme le dynamisme sont toujours au rendez-vous.

 

Picton 37 - 1983

1983, deuxième maquette de couverture, n° 37

Le Picton est donc né à la fin de l’année 1976 ! Son premier numéro – non numéroté ! – est en fait celui de janvier-février 1977. Sobre, sa couverture s’illustrait d’une vue du château de Dissay (Vienne) et l’intérieur était tout de noir et blanc vêtu. En matière d’imprimerie, il bénéficiait, comme aujourd’hui, des techniques les plus récentes et en particulier de la photocomposition qui reléguait définitivement la typographie au plomb dans ses tiroirs.

 

Le Picton était déjà bimestriel, un rythme qui évitait la « longue attente » des trimestriels mais également la charge des mensuels. La ligne éditoriale d’origine : faire découvrir l’histoire, le patrimoine et les richesses touristiques régionales et départementales, ancrait les préoccupations du Picton pour les années à venir. Ces thématiques larges et aux déclinaisons multiples allaient nous permettre d’éviter l’écueil d’une « spécialisation », intellectuellement intéressante, mais qui finit toujours par achopper.

 

Le Picton entrait donc dans « l’histoire »… Ses artisans d’alors se doutaient-ils de son avenir ? Avaient-ils imaginé ses pérégrinations, son évolution, son impact, son image ? Une certitude, ils y croyaient ! Tout comme les auteurs, dessinateurs, photographes qui nous rejoignirent pour partager nos coups de cœurs et nos buts. Une équipe toujours renouvelée, qui a largement participé à l’aventure rédactionnelle et esthétique de la revue.

La présentation du Picton s’est ainsi modifiée à cinq reprises avant celle d’aujourd’hui, initiée sous la houlette de Jacques Berger, directeur de publication depuis l’année 2004.

1995, troisième maquette de couverture, n° 109

1995, troisième maquette de couverture, n° 109

Picton 130 - 1998

1998, quatrième maquette de couverture, n° 130

2007, numéro du trentenaire et couverture actuelle, n° 181

2007, numéro du trentenaire et couverture actuelle, n° 181

      (photo Picton 141

2000, cinquième maquette de couverture, n° 141

 

Aujourd’hui, Le Picton est une revue de référence en Poitou-Charentes. Il est lu, relu et utilisé dans les médiathèques, bibliothèques municipales, scolaires et universitaires, centres de documentations, archives départementales… Ses abonnés, ses fidèles, ses lecteurs d’un jour, les chercheurs et curieux qui y trouvent leur bonheur sont nombreux.

On le collectionne et il est recherché chez les bouquinistes… Chacun y trouve nombre de renseignements sur le Poitou-Charentes et ses départements : Charente, Charente-Maritime, Deux-Sèvres et Vienne. Normal avec quelque 15000 pages publiées, 2500 sujets abordés et la possibilité de consulter ses tables et index sur Internet :  www.lepicton.com.

Participer, humblement mais savamment, au resserrement des liens entre les habitants de la région Poitou-Charentes a toujours été la vocation affichée du Picton. Une idée qui fit aimablement rimer Robert Mineau (à l’ancienne), lors de notre dixième anniversaire : « Amis, votre dessein n’était pas un vain songe, / Le Poitou, l’Angoumois, l’Aunis et la Saintonge, / Grâce à vous plus conscients de leur communauté, / Ressentent mieux le prix de cette affinité ».

 

Le Picton 181, numéro du trentenaire, fut l’occasion d’une nouvelle formule : autant de texte mais plus d’images, nouvelle mise en page, nouveau format, plus de pages…

Avec son numéro 217, de janvier-février 2013, Le Picton allumait sa 36e bougie, à ce jour il poursuit toujours sa route sur nos chemins enchanteurs du Poitou-Charentes.

: Depuis l’été 2011, Le Picton propose à chaque numéro des dossiers thématiques. A ce jour, ont été traités : o   Jardins o   Théâtres o   Noëls o   Moulins et énergie o   Sciences, savants, savoirs o   Halles et marchés o   Ports en eau douce, o   Vins, vignes, alcools o   Gastronomie o   Légendes o   Explorateurs, voyageurs, aventuriers o   Nature

: Depuis l’été 2011, Le Picton propose à chaque numéro des dossiers thématiques. A ce jour, ont été traités :
o Jardins
o Théâtres
o Noëls
o Moulins et énergie
o Sciences, savants, savoirs
o Halles et marchés
o Ports en eau douce,
o Vins, vignes, alcools
o Gastronomie
o Légendes
o Explorateurs, voyageurs, aventuriers
o Nature

Le Picton ?

Le Picton tire son nom d’une peuplade gauloise, mentionnée pour la première fois par Jules César. Sous le Haut-Empire, le territoire de la cité des Pictons s’étendait approximativement sur les actuels départements des Deux-Sèvres, de la Vienne et de la Vendée. Avec les pays des Santons et des Angoumoisins, tout proches, les échanges étaient bien sûr nombreux dans le cadre de la province d’Aquitaine dont Saintes, au début de notre ère, puis Poitiers, au cours des IIe et IIIe siècles, furent les capitales.

Des siècles plus tard, avec les années 1960, la régionalisation rassembla en une seule entité ces territoires proches, sauf la Vendée, qui fit un autre choix. La région Poitou-Charentes, réunissant les provinces historiques d’Aunis, de Saintonge, d’Angoumois et du Haut-Poitou (Deux-Sèvres et Vienne) était née, et les représentations régionales, élus et administrations, s’installaient à Poitiers.

Le Picton, conçu dans la capitale du peuple des Pictons, Lemonum 2, s’inscrit dans cette longue aventure… Il est bien la revue d’histoire, patrimoine et tourisme du Poitou-Charentes !

 

1. Rédacteur en chef du Picton depuis 1980 (n°23).

2. « La ville de l’ormeau », Poitiers.

Laisser un commentaire

Vous pouvez utiliser ces balises HTML

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

  

  

  

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.