février 2020
L M M J V S D
« Jan    
 12
3456789
10111213141516
17181920212223
242526272829  
"Un homme n'est jamais tout à fait mort tant qu'il y a quelqu'un pour prononcer son nom" Antoine de SAINT-EXUPÉRY

Il y a 100 ans…

Janvier 1920.

  • 1*. Paris : développement du dadaïsme avec l’arrivée de l’écrivain roumain Tristan Tzara.
  • 3. USA : sur l’ordre du ministre de la Justice Palmer, 4 500 extrémistes de gauche sont arrêtés.
  • 10. Le traité de Versailles entre en vigueur.
  • 11. Paris : renouvellement de la totalité du Sénat pour la première fois.
  • 14. Paris : Léon Bourgeois est élu président du Sénat.
  • 15. Le maréchal Foch devient chef de la commission militaire de surveillance de l’Allemagne.
  • 16. : Paul Deschanel est choisi par les députés du groupe républicain comme candidat à la présidence de la République.
  • 16. Les Alliés exigent l’extradition de Guillaume II.
  • 17. France : P. Deschanel est élu à la présidence de la République.
  • 19. Paris : A. Millerand succède à Georges Clemenceau à la présidence du Conseil.
  • 23. Les Pays-Bas refusent l’extradition de Guillaume II
  • 26. Paris : constitution de la conférence des Ambassadeurs qui doit régler les questions non résolues par la conférence de la Paix.
  • 28. La Turquie renonce à l°Empire ottoman et aux provinces non turques.

NAISSANCES

  • 4. Robert Lamoureux, comédien français.
  • 20. Frederico Fellini, metteur en scène italien.
  • 27. Claude Labbé, homme politique français.
  • 27. Helmut Zacharias, chef d’orchestre allemand.

DÉCÈS

  • 25. Amedéo Modigliani sculpteur et peintre italien (* l2.7.l884).

Source :  Chronique du XXe siècle – Édition Larousse

Quelques "perles" dans les relevés ...

J'aime et je partage...

Extraits :

•    Le dix du mois de juin de l’année 1765 environ les quatre heures du matin après les fiançailles etc.
Peut-on imaginer un mariage célébré à quatre heures du matin !!??

•    Décédé d’hier par un accident tombé du pommier ( ?) s’est fracassé la tête a eu l’absolution etc.

•    Le 29 avril 1766 est décédé à Bouzat dans la communion de l’église après avoir reçu les sacrements en tel cas requis François LA….. âgé d’environ cent cinq ans son corps a été inhumé etc.

•    Le curé décède… Le 17 septembre 1774 a été inhumé dans la cour de cette  église messire Antoine BELLIOT prêtre curé de la paroisse en présence de Mrs Antoine RICHARD ancien curé de la même paroisse, de Mrs Claude MITRAUD curé de Tilly, de Mrs François MOREAU vicaire de Lussac, de Mrs Pierre BOINEAU prêtre, de Mrs Etienne ETOURNEAU soussigné, lequel est décédé hier dans la maison curiale âgé de quarante ans environ.

Les jours suivants les actes sont signés : BOINAUD, prêtre commis.

Et le 24 septembre (seulement sept jours après le décès !!!) un nouveau curé a été nommé.
Son premier acte est signé : Fauchon curé de Thollet.

Registre Etat Civil

28 Frimaire an III de la République

Figure en marge : « Naissance de Magdelaine PAIROT »

Suit le texte (amputé de ce qui est inutile à la compréhension) :

Aujourd’hui… est comparue (…) laquelle a déclaré que Marie Anne Laffond âgée de 28 ans fille de feu Martial Laffond meunier de son vivant et de Marie Bienvenu meunière domiciliée en cette commune est accouchée ce matin à six heures d’une enfant femelle qu’elle m’a présenté auquel elle a donné le prénom de Magdelaine dont le père est inconnu, d’après cette déclaration que les susdits citoyens ont certifié conforme à la vérité etc.

Cherchez l’erreur ! Je ne l’ai pas trouvée…

4 Ventôse de la seconde année de la République

Figure en marge : « Décès de Jean Laliberté Carin »

(…) sont comparus en la maison commune Silvain Carin agent national de cette municipalité âgé de 31ans et Jean d’Alet sabotier âgé de 33 ans l’un et l’autre domiciliés en le Bourg, le premier père le second voisin de Jean La Liberté Carin âgé d’un an quelques jours fils dudit Silvain  Carin et de Louise Thérèse Landeau son épouse etc.

C’est l’époque où, par exemple, Lussac-les-Eglises est nommée Lussac-la-Patrie sur les registres !!! (NB il existe un site où l’on a relevé les concordances des noms de communes « révolutionnaires »).

13 octobre 1782

Aujourd’hui treize octobre 1782 a été enterré dans le cimetière de cette paroisse le corps d’un homme inconnu qui a été trouvé mort dans les rues du Grand Yversay la nuit du dix de ce mois venant au onze et qui nous a été emmené par le nommé Pierre Quinçai et Pierre Mimos qui nous ont attesté avoir connu ledit inconnu malade depuis plusieurs jours et lui avoir donné la charité en qualité de mendiant son pain, nous ayant aussi affirmé qu’il est parvenu à tous connaissance et celle de tout le village qu’il est bien mort de sa mort naturelle et que ledit pouvait être âgé d’environ cinquante ans et qu’ils avaient oui dire que ce pourrait être le nommé Saurois de Latillé ; ont assisté à son enterrement les susdits, Pierre Moricet de Poitiers, Jean Grégoire et plusieurs autres personnes qui ont déclaré ne savoir signer de ce enquis attestent en outre les officiers de la chatellenie de cette terre qu’ils ont constaté par procès verbal l’état de la mort du dit inconnu qu’il est conforme aux déclarations des desnommés cydessus.
Sieur sénéchal avec nous soussigné.

Dugué, curé de Vouillé

Registre paroissial

28 avril 1639

Le 28 avril 1639 Monsieur Bernard Gaudobert prêtre curé de F. étant dans le bourg de F. et revenant faire la visite de l’église avec l’archiprêtre de Grassac
se seraient présentés par devant moi plusieurs personnes avec un petit garçon né à ce qu’ils ont dit la nuit passée prochainement me requérant de lui administrer le Saint Sacrement de Baptême et les ayant enquis qui étaient les parrain et marraine Micheau Tuffandier m’aurait répondu que son fils et la fille de Jean Defforges tous ici présents avoir été suppliés par Madeleine La Bronchy  de permettre que leurs enfants le présentassent au baptême ce que pour l’amour de Dieu ils auraient permis de le faire
Et ayant enquis qui était le père de l’enfant ils auraient déclaré ne le savoir vu la mauvaise vie de ladite Bronchy
Et faisant le refus d’administrer le sacrement de baptême audit enfant sans savoir qui était le père tous les assistants ayant appris de la sage femme que le dit enfant était en péril imminent de sa vie et craignant la perte de son âme lui ai administré le saint sacrement de baptême en présence de tous les soussignés.

N.B.  Aucune mention en marge ni de nom ni de prénom…

Il ne faut pas casser….

15 juin 1735

Bénédiction de la cloche

Parrains Messire Bernard de Ja… haut et puissant seigneur de Ja…, F. et autres places, dame Anne de La… haute et puissante dame de Belle…, les Br… et autres places.
Bénédiction faite par Messire Jean Baptiste F. de Ga… curé de V. à la prière de Messire Pierre de V. écuyer prieur curé et restaurateur de ladite église de F.
Ladite cloche ayant été fêlée et fondue pour la seconde fois dont la bénédiction a été faite pour la seconde fois.
Suivent les signatures….

Quelle longévité ….
On ne verrait pas cela de nos jours !!!

8 mars 1743

Messire Pierre de V. 83 ans prêtre curé de la paroisse de F. inhumé dans l’église vis-à-vis la porte de la sacristie entre les marches du grand autel et la table de la Sainte Communion décédé le jour précédent dans sa maison du présent bourg ayant été curé de cette paroisse  pendant cinquante deux ans et quelques mois.
L’enterrement fait en présence d’une grande partie des habitants, étrangers et soussignés.

24 septembre 1777

Marie Lacroix qui paraît née depuis quinze jours et a été trouvée ce jour à 4 heures du matin sur le piédestal de la croix placée près la porte de l’église par François Mariet garde de Monsieur le Comte de Roffignac et Françoise Bernard nourrice au château de Belleville de cette paroisse.
Et pour distinguer ledit enfant on lui a donné le surnom de La Croix.
Parrains François Versaveau et Marie Ligonat.

11 août 1781

Jean, enfant trouvé qui a paru né la nuit précédente et qui a été trouvé suspendu dans un panier attaché par une vrille à la porte de l ‘église par Joseph Roux, Jean Guyonet du bourg de La F.
Parrains Jean Guyonet et Marie Godichaud
Et pour distinguer l’enfant lui a été donné le surnom de Vrille

30 juillet 1781

***Marie enfant trouvée qui a paru née dans la nuit et a été trouvée par Pierre Marvaud sieur des Isles, Jean Delage et Jean Guyonet du bourg de F. suspendue dans un panier attaché au pilori.

Parrains : François Forestier et Marie Godichaud ledit Forestier charpentier de profession

Et pour distinguer ladite enfant il lui a été donné le surnom de Poteau.***

Don de vases à la paroisse.

« Nous soussignés attestons à perpétuité que les trois vases sacrés qui sont actuellement dans  l’église paroissiale de Saint-Pierre de La Trimouille sont des dons de la piété et charité de leurs altesses Monseigneur et madame la duchesse de La Trimouille que actions de grâces éternelles leur en doivent être rendues que les trois susdits vases sacrés qui sont calice, ciboire et soleil sont magnifiques ayant coûté quatre cent cinq livres quinze sols que monsieur de Boistaillis receveur de leurs altesses à La Trimouille paya au mois de décembre 1732 à monsieur de Laage Cholet maistre orpheuvre à la place Notre-Dame à Poitiers suivant le marché fait en nous en louis d’or et d’argent et petite monnaie que (recu ?) et serra ( ?) monsusdit sieur de Laage et en tient quitte mon susdit sieur de Boistaillis chargé des ordres de leurs altesses pour cet effet. »

Fait à Saint-Pierre de La Trimouille le quatre octobre 1735.

Signatures :    Chambert, Prieur curé            Boistaillis.

Confirmation de fidèles.

Aujourd’hui 21 avril 1736 Monseigneur l’évêque de Poitiers Hierome Louis de Foudras de Courcenay a donné la confirmation à environ deux mille personnes des paroisses de Liglet, Journet, Nesme ( ?), Château-Guillaume et de cette paroisse de La Trimouille.

LA CLOCHE

« Le 9° jour de juin de l ‘année 1700 la grosse cloche de cette église a été fêlée par un simple coup de marteau que l’on donna dessus en sonnant un carillon environ les sept heures du soir, veille de la Fête Dieu.
Cet accident causa une consternation universelle dans la paroisse.
Cette cloche fut regrettée parce qu’elle était d’un son admirable, qu’elle adoucissait pour les assemblées publiques et qu’elle servait à l’horloge. »

« Le 12° jour d’août 1700, la grosse cloche de notre église ayant été rapportée de la fonderie fut bénite avec toutes les cérémonies accoutumées par moi prieur curé soussigné et causa par son nouveau son autant de joie qu’elle avait causé de tristesse par l’accident qui lui était arrivé. »

Moreau, prieur curé de Saint Martin d’Angles.

—————————————————————

L’HIVER 1709

Le septième de janvier 1709 a commencé le grand hiver qui fit cette année qui causa un si grand désordre qu’il n’y eut ni froment, ni vin, ni presque d’autres bleds. La neige tomba le neuf dudit mois d’une si grande abondance qu’elle dura sur la terre presque un mois avec un froid extraordinaire qui fit mourir presque tout le gibier, les petits oiseaux et autres bêtes des champs. Enfin tout le peuple cria miséricorde, le froment monta à     3 ct, le pot de vin mesure de Poitiers à 14 ct.

Gautron, curé de Lauthiers.

1724 à LAUTHIERS

Le quatre de juin, jour de Pentecôte de l’année mil sept cent vingt quatre François  Poirron charron de son métier et Jeanne Rat sa femme ont donné à notre église le Soleil d’Argent qui est à présent gratuitement ; le dit soleil coûte quatre vingt dix livres.

1663 à MONTAMISE (Vienne)

Au début du registre des mariages (Liber matrimoniorum)

J’ai donné à Maître gervais quatre livres le cheval de tout entretien
Et cinq boisseaux de froment pour le labourage et pour les fe… des Bouriquets lui fournissant de tout depuis une Saint Michel à l’autre.
Jacques CHENAGON, prêtre.

Laisser un commentaire

Vous pouvez utiliser ces balises HTML

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

  

  

  

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.