juin 2021
L M M J V S D
 123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
282930  
"Un homme n'est jamais tout à fait mort tant qu'il y a quelqu'un pour prononcer son nom" Antoine de SAINT-EXUPÉRY

Il y a 100 ans…

  • Chronique du XXe siècle – Édition Larousse.

Juin 1921

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Des bœufs, du vin de Matha comme il s'en commerçait sous le second empire.

J'aime et je partage...

Le salon de l’agriculture vient d’ouvrir ses portes à Paris … Ce sont des milliers de visiteurs qui vont parcourir le plus grand foirail national et apprécier ce savoir faire à la française. A une époque ou le label « made-in-France » redevient plus que jamais d’actualité, c’est effectivement en ces lieux, qu’on savourera du regard mais aussi de la bouche une variété considérable de produits de qualité issus de terroirs mondialement réputés.

Alors je fais ce parallèle qui nous ramène un peu plus de 150 ans en arrière sous le Second Empire en présentant ce courrier  adressé à  Victor Eymer par son oncle depuis Genay

Dans la première lettre il est question d’une vente de bœufs puis de porcs ainsi que d’achat de veaux d’un an …

genay_1859_09_22_001genay_1859_09_22_002

Dans la seconde il est question de vin de Matha  à transporter dans de bonne condition dans de la futaille approprié pour ne pas en altérer la qualité pendant le transport …

marestay_1858_01_30_002

marestay_1858_01_30_003

marestay_1858_01_30_004marestay_1858_01_30_001

A signaler que le format du plis sous enveloppe de 11 x 7  cm. conventionnel à cette époque est  hors de nos standards actuels  …

A remarquer  :

L’écriture esthétique, souple, les mots bien espacés ; certains d’entre eux ne sont pas toujours facile à lire.

Les recommandations précises de l’auteur de la lettre qui est un parfait connaisseur en vin de Matha.

La communication par courrier est encore, à cette époque l’affaire d’une minorité … C’est une grande faveur que de savoir lire et écrire …  est-ce l’apanage d’une élite sociale ?. L’accès à l’enseignement  pour tous, va pourtant évoluer au cours de ce XIXe siècle . Nous en reparlerons prochainement dans ces pages …

Non, bien que dans le contexte de cet article,  je n’ai pas dit cépage

P.S.  Ces Lettres dont vous avez, ici un extrait, sont complètes avec d’autres de cette époque que vous pouvez trouver sur mon site : http://jceymer.free.fr/ dans la rubrique  :  Généalogie Victor Eymer –  Lettres échangées .

Des bœufs, du vin de Matha comme il s’en commerçait sous le second empire.

Le salon de l’agriculture vient d’ouvrir ses portes à Paris … Ce sont des milliers de visiteurs qui vont parcourir le plus grand foirail national et apprécier ce savoir faire à la française. A une époque ou le label « made-in-France » redevient plus que jamais d’actualité, c’est effectivement en ces lieux, qu’on savourera du regard mais aussi de la bouche une variété considérable de produits de qualité issus de terroirs mondialement réputés.

Alors je fais ce parallèle qui nous ra

Des bœufs, du vin de Matha comme il s’en commerçait sous le second empire.

Le salon de l’agriculture vient d’ouvrir ses portes à Paris … Ce sont des milliers de visiteurs qui vont parcourir le plus grand foirail national et apprécier ce savoir faire à la française. A une époque ou le label « made-in-France » redevient plus que jamais d’actualité, c’est effectivement en ces lieux, qu’on savourera du regard mais aussi de la bouche une variété considérable de produits de qualité issus de terroirs mondialement réputés.

Alors je fais ce parallèle qui nous ramène un peu plus de 150 ans en arrière sous le Second Empire en présentant ce courrier  adressé à  Victor Eymer par son oncle depuis Genay

Dans la première lettre il est question d’une vente de bœufs puis de porcs ainsi que d’achat de veaux d’un an …

Dans la seconde il est question de vin de Matha  à transporter dans de bonne condition dans de la futaille approprié pour ne pas en altérer la qualité pendant le transport …

Des bœufs, du vin de Matha comme il s’en commerçait sous le second empire.

Le salon de l’agriculture vient d’ouvrir ses portes à Paris … Ce sont des milliers de visiteurs qui vont parcourir le plus grand foirail national et apprécier ce savoir faire à la française. A une époque ou le label « made-in-France » redevient plus que jamais d’actualité, c’est effectivement en ces lieux, qu’on savourera du regard mais aussi de la bouche une variété considérable de produits de qualité issus de terroirs mondialement réputés.

Alors je fais ce parallèle qui nous ramène un peu plus de 150 ans en arrière sous le Second Empire en présentant ce courrier  adressé à  Victor Eymer par son oncle depuis Genay

Dans la première lettre il est question d’une vente de bœufs puis de porcs ainsi que d’achat de veaux d’un an …

Dans la seconde il est question de vin de Matha  à transporter dans de bonne condition dans de la futaille approprié pour ne pas en altérer la qualité pendant le transport …

mène un peu plus de 150 ans en arrière sous le Second Empire en présentant ce courrier adressé à Victor Eymer par son oncle depuis Genay

Dans la première lettre il est question d’une vente de bœufs puis de porcs ainsi que d’achat de veaux d’un an …

Dans la seconde il est question de vin de Matha à transporter dans de bonne condition dans de la futaille approprié pour ne pas en altérer la qualité pendant le transport …

Laisser un commentaire

Vous pouvez utiliser ces balises HTML

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

  

  

  

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.