juin 2020
L M M J V S D
« Mai    
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
2930  
"Un homme n'est jamais tout à fait mort tant qu'il y a quelqu'un pour prononcer son nom" Antoine de SAINT-EXUPÉRY

Il y a 100 ans…

Juin 1920

  • 1er. Espagne : création du parti communiste (PCE).
  • 4. France : premiers débats sur l’Alsace-Lorraine à la Chambre des députés.
  • 4. Traité de Trianon : signature du traité de paix entre les Alliés et la Hongrie.
  • 4. Tunisie : fondation du Destour. parti nationaliste.
  • 4. France : un Farman Goliath bat le record du monde de durée de vol en volant 24 h.13′. l6″.
  • 5. Reprise des relations diplomatiques entre la Belgique et le Luxembourg.
  • 10. Italie : chute du cabinet Nitti.
  • 12. Les Russes reprennent Kiev aux troupes polonaises.
  • 12. Paris : première des « Mille et Une Nuits » mise en scène de Firmin Gémier.
  • 13. Genève : congres international des féministes.
  • 15. Les nouvelles frontières entre le Danemark et l’Allemagne sont fixées. Le Danemark se voit reconnaître le droit de souveraineté sur le Schlesvig du Nord.
  • 15. Italie : constitution du cabinet Giolitti.
  • 21. Boulogne : session du Conseil supérieur des Alliés sur les réparations de guerre.
  • 22. La Grèce lance avec succès une offensive contre les Turcs en Asie Mineure.

NAISSANCES

  • 7. Georges Marchais, homme politique français.
  • 11. AIbin Chalandon. homme politique français.
  • 27. Jean-Jacques Nathan, éditeur français.

DÉCÈS

  • 14. Gabrielle Réju, dite Réjane, actrice française (*6.6.1856).
  • 14. Max Weber. Sociologue et philosophe allemand (*21.4.1864).

Source :  Chronique du XXe siècle – Édition Larousse

Église Saint Nicolas de Civray ...

J'aime et je partage...

Histoire régionale : CIVRAY

Construite le long de la Charente qui se divise en deux bras pour entourer un îlot, la vie de la ville se déroule sur 2 rues parallèles aboutissant à deux ponts.

C’est une petite cité commerçante où se déguste la spécialité locale : le chabichou qui est un fromage de chèvre.

Orthographié anciennement Sivrai, le nom de la localité proviendrait de Severiacum ou « domaine de Sévère » en latin.

Autour d’un gué sur la Charente, puis d’un pont, la première agglomération se développa avec une petite église et un château fortifié. Dès 1030, Civray est considéré comme une des places fortes les plus puissantes du Poitou.

Le château appartint d’abord au comte de la Marche, puis aux Lusignan et à leurs parents les comtes d’Eu.

La ville subit les vicissitudes liées aux guerres dues à ces seigneurs turbulents aux allégeances variables.

En 1363, la ville qui faisait partie du domaine royal, est livrée à Thomas de Wodestock, fils du roi d’Angleterre Édouard III, en application du traité de Brétigny, signé trois ans plus tôt.

Toutefois, Du Guesclin reprend le château en 1373.Civray devint alors un apanage des princes de sang. François 1er en fit un comté.

Avantage retiré de la Révolution : Civray est promue chef-lieu du district de Civray de 1790 à 1795, puis sous-préfecture de l’arrondissement de Civray de 1800 à 1926.

Lors de la Seconde Guerre mondiale, un bataillon d’infanterie coloniale affronte à Civray la Wehrmacht, dans un baroud d’honneur, le 23 juin 1940[4]. Quatre ans plus tard, le 26 août 1944, la Wehrmacht en retraite commet des exactions à Civray.

10-aout-2010---Charroux&Civ

Saint-Nicolas de Civray, est une église du XIIe siècle à façade saintongeaise rectangulaire sur deux étages de trois arcades, richement sculptée, et limitée par deux clochetons d’angle. Saint-Nicolas n’a pas été vraiment remaniée depuis sa construction. On ne peut pas appeler restauration le démontage de la façade lézardée en 1842. Elle a été remontée telle quelle avec toutefois quelques anomalies, notamment un bloc de pierre atypique introduit dans le corps du cheval en vue d’une restauration qui n’a jamais eu lieu.

Historique : En 1118, une bulle du pape Gélase mentionne une église Saint Nicolas à Civray. Toutefois aucun élément ne permet de savoir d’Aquitaine  si il s’agit de l’édifice actuel … Nombreux sont les archéologues qui situent son édification au cours de la seconde moitié du XIIe siècle ce qui la rend contemporaine d’Aliénor d’Aquitain.e

Dédiée à Saint Nicolas. Ce saint très populaire de la chrétienté est né à Patras en Grèce en 270 est devenu évêque de Myre en Turquie. Il meurt à l’âge de 80 ans. Ses reliques sont transportées à Bari en 1087. Pendant 2 siècles ce port en Orient constitue le débarcadère principal des Croisés. C’est à ce moment que Saint Nicolas, très adulé devient le protecteur des marins invoqué pour calmer les tempêtes …  Sa dédicace à l’église de Civray s’expliquerait par le Fait que son prêtre du moment, Pierre Tudebode était, lui aussi, Croisé et Chroniqueur

A – L’extérieur

La façade : c’est une façade écran. Elle est rectangulaire. Elle est flanquée de deux faisceaux de colonnes. Elle présente une riche ornementation. Horizontalement, elle est coupée par une corniche soutenue par des modillons. La partie supérieure, comme la partie inférieure, comprend trois arcatures.

Civray-2Civray-1Le portail : il a quatre voussures. Le tympan date de 1858.La première voussure, celle qui entoure le tympan, représente le Christ au centre entouré des symboles des Évangélistes avec de part et d’autre, des anges adorateurs qui l’encensent. La seconde voussure raconte la parabole des vierges sages et des vierges folles. La troisième voussure présente l’Assomption de la Vierge Marie. Enfin, la quatrième voussure montre les travaux des mois et les signes du zodiaque correspondant.

Les arcatures latérales : à l’intérieur de chacune d’elle, deux arcatures géminées sont richement décorées.

L’arcature centrale du 1er étage : elle évoque le combat des vertus et des vices. Elle repose sur deux chapiteaux dont l’un, à droite, symbolise l’Eglise présentant au monde l’Eucharistie. De chaque coté de la fenêtre : une statue de Saint Paul à gauche, de Saint pierre à droite.

L’arcature de gauche : des anges louent Dieu avec des instruments de musique du XIIe siècle. Sous cette arcature était placée une statue équestre, très mutilée pendant les Guerres de Religion. Longtemps, les historiens ont pensé qu’elle représentait l’empereur Constantin. En fait, elle représenterait le Christ Roi des Rois.

L’arcature de droite : elle est supportée par deux statues-colonnes. Elles représentent la Musique et la Danse. Sur l’arcature, elle même, sont sculptés les Vieillards de l’Apocalypse. Ils entourent deux registres de statues: en haut les quatre Evangélistes, en bas, la légende de Saint Nicolas de Myre, patron de l’église sauvant trois jeunes filles.

Civray-6

Le chevet de l’église : très orné, on peut l’admirer depuis le jardin du presbytère.

Le clocher : c’est une tour lanterne octogonale située à la croisée du transept. Elle abrite une lanterne à six fenêtres et une belle coupole. Le double lanternon qui surmonte cette dernière est moderne.

B – L’intérieur

CIVRAY_2010-(8)

L’intérieur comprend une nef centrale flanquée de deux collatéraux, un transept avec deux absidioles et un chœur terminé par une abside en hémicycle. Elle fut entièrement repeinte au XIXe siècle, mais on peut encore admirer une fresque du XIVe représentant trois épisodes de la légende de saint Gilles sur le bras du transept sud.

La croisée du Transept :

CIVRAY_2010-(5)

La tour-lanterne octogonale s’élève sur le carré du transept sur pendentifs rectangulaire. Selon Jacques Thirion, la construction de l’église aurait duré plus d’un siècle …

Civray11File1422A remarquer : Comme à Aulnay, un chapiteau avec des éléphants mais qui ne comporte pas l’inscription « Hic sunt elephantes » Ce chapiteau se situe sur le mur Nord au-dessus de la fenêtre ornée de billettes de la 4ième travée.

Déposé, côté Sud, un buste grossier qui fut découvert en 1977 sous le parvis de l’église. Beaucoup de controverses existent quant à son attribution à la monture équestre fortement mutilée qui orne l’arcature nord de la façade. Ce buste estimé être celui du cavalier pourrait selon les interprétations avoir les traits de Charles Martel, Charlemagne, Saint Georges, Saint Martin, l’Ange de l’Apocalypse,, Adalbert ou encore Henri II Plantagenêt  voire Godefroy de Bouillon … Certes, il pourrait être celui de l’Empereur Constantin…que des historiens contemporains s’accordent pour voir dans moult de ces cavalier Romans ornant les façades de nombreuses églises locales de ce style. Que ce fut le Christ, ils le contestent, accréditant leur thèse par le fait que, dans l’iconographie traditionnelle, le Christ ne chevauche pas un étalon mais plutôt une ânesse et n’écrase jamais ni païens ni Sarrasins…

Sur l’identité de ce cavalier le mystère demeure donc …




NB : les parties de texte en italique ont pour source les descriptions faites dans le Tome 1 du recueil « Le Patrimoine des communes de la Vienne » publié par les éditions FLOHIC ( dépôt légal Avril 2002).

5 commentaires pour Église Saint Nicolas de Civray …

  • avatar colette oudenot

    je vous remercie de cette bien agréable visite; j’y suis en ce moment par la recherches d’actes d’ancêtres qui habitaient Civray au 17è s.
    Ces belles vues me donnent envie d’aller la visiter.

  • avatar Gérard CHAIGNEAU

    Merci Bernard pour cet article particulièrement bien documenté sur Civray et son Eglise.
    De plus, les photos sont magnifiques.
    Pour « les fines gueules »,j’ajouterai simplement, qu’en plus de la spécialité du Chabichou, existe depuis des lustres le macaron de Civray (anciennement fait par la pâtisserie GUINOT qui se trouvait au début de la rue du Commerce) et qui, aujourd’hui, continuent de régaler les palais, grâce à un excellent pâtissier qui a hérité de la recette et dont la vitrine donne sur la place centrale.
    Il a aussi une autre spécialité, appelée « PREFOU » qui consiste en un pain, coupé en deux dans le sens de la longueur, dont l’intérieur est recouvert d’un beurre finement aillé et persillé…à servir légèrement tiède à l’apéro….!
    Enfin, autorisez-moi à conseiller vivement les fromages de Chèvres réalisés par une Dame de la Chapelle Bâton qui,je vous l’assure demande à être connue, tant par son charisme que par le niveau de qualité de ces fromages… Elle est aux marchés du Mardi et du Vendredi sur la place !
    Je vous souhaite une excellente dégustation !

    Gérard Chaigneau

  • avatar Jean-Pierre Naud

    Cela me rappelle le temps où il fallait que j’aille faire signer un « certificat » précisant que j’étais bien allé à la messe du dimanche à Civray (86), certificat qu’exigeait le curé de ma paroisse à Châteauroux (36)…!

  • avatar Brèque Francine

    Ayant travaillé à Civray au début de ma carrière professionnelle, je passais devant cette magnifique église chaque jour, mais j’ai toujours autant de plaisir à la regarder, et à l’écran, tous les détails se rapprochent ce qui est un avantage pour la myope que je suis. Merci.

  • avatar yvette dupuy

    Merci pour cette visite – lors du Glouch je n’ai pas eu le temps de la
    visiter et pourtant cela m’aurait fait grand plaisir car mon couple sosa 18/19
    s’y est marié en 1825……encore merci….Yvette.33

Laisser un commentaire

Vous pouvez utiliser ces balises HTML

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

  

  

  

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.