mars 2020
L M M J V S D
« Fév    
 1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
3031  
"Un homme n'est jamais tout à fait mort tant qu'il y a quelqu'un pour prononcer son nom" Antoine de SAINT-EXUPÉRY

Il y a 100 ans…

Janvier 1920.

  • 1*. Paris : développement du dadaïsme avec l’arrivée de l’écrivain roumain Tristan Tzara.
  • 3. USA : sur l’ordre du ministre de la Justice Palmer, 4 500 extrémistes de gauche sont arrêtés.
  • 10. Le traité de Versailles entre en vigueur.
  • 11. Paris : renouvellement de la totalité du Sénat pour la première fois.
  • 14. Paris : Léon Bourgeois est élu président du Sénat.
  • 15. Le maréchal Foch devient chef de la commission militaire de surveillance de l’Allemagne.
  • 16. : Paul Deschanel est choisi par les députés du groupe républicain comme candidat à la présidence de la République.
  • 16. Les Alliés exigent l’extradition de Guillaume II.
  • 17. France : P. Deschanel est élu à la présidence de la République.
  • 19. Paris : A. Millerand succède à Georges Clemenceau à la présidence du Conseil.
  • 23. Les Pays-Bas refusent l’extradition de Guillaume II
  • 26. Paris : constitution de la conférence des Ambassadeurs qui doit régler les questions non résolues par la conférence de la Paix.
  • 28. La Turquie renonce à l°Empire ottoman et aux provinces non turques.

NAISSANCES

  • 4. Robert Lamoureux, comédien français.
  • 20. Frederico Fellini, metteur en scène italien.
  • 27. Claude Labbé, homme politique français.
  • 27. Helmut Zacharias, chef d’orchestre allemand.

DÉCÈS

  • 25. Amedéo Modigliani sculpteur et peintre italien (* l2.7.l884).

Source :  Chronique du XXe siècle – Édition Larousse

Séparation de l’Eglise et de l’Etat… l’édifice du rapprochement !

J'aime et je partage...

La querelle entre Cléricaux et Républicains entamée au moment de notre Révolution Nationale en 1789 a connu ses heures de « gloire » à la fin du XIXème et au début du XXème siècle, surtout au moment ou fut promulguée, le 9 décembre 1905, la séparation de l’Eglise et de l’Etat. Nombreuses sont les communes qui ont eu à tempérer, au cours de débats passionnés, les excès de propos et de conduite suscités par les convictions des uns face à l’acharnement des autres quand, dans chaque camp, on ne savait ni ne voulait se tenir à la hauteur de l’événement.

La confrontation qui surchauffait les esprits s’est perpétrée jusque dans les séances de conseils municipaux, particulièrement houleuses, où les édiles en vinrent à prendre des décisions si radicales pour afficher leur opposition, qu’elles débouchèrent parfois sur des réalisations bien singulières pour ne pas dire « malencontreuses », comme semble en attester cette vue, ci-après, pour le moins surprenante.

DSCN5137

Un clocher pas si terne ...

Il est en certain coin,
Curieuse perspective
Née, n’en doutons point,
De quelque humeur rétive …

Voyez-ci, érigé, sur les cieux,
Un bien étrange clocher
Appendice disgracieux,
Sur ses pans, accroché !…

L’origine du panorama,
Ne serait-ce un contentieux,
Qui mit dans l’embarras,
Républicains et Religieux ?…

Plus d’un siècle est passé
Séparant Eglise et Etat …
Des Droits outrepassés ?
D’idéologiques combats ?

Opposant édiles et ecclésiastes,
Quelque histoire d’eau,
Contre pompe et ses fastes,
A mis, ci, monuments dos à dos …

Ici, le bénitier, là, la citerne…
Mais elle coule pas ! Mais elle coule pas !
Oh que si vieilles badernes !
Mea culpa ! Mea culpa ! Mea culpa !

L’affaire que goupillions,
Messire Maire et ses Elus,
Résonna plus que Carillon,
Aux heures d’Angélus !…

L’eau, source de vie,
Cherche sa fontaine…
Ces fonds bêtises maux-ci
Ont trouvé leur marraine !

Eglise et château d’eau ;
N’ont tranché le dilemme …
Et rue Victor Hugo,
Chiale, Monsieur Madeleine…

Farfabeud’eau

DSCN5134

Neuv-egli-chât-eau-plan

Neuville de Poitou est sis aux abords de la D347 à 17 km au Nord de Poitiers

Par mon petit poème, ne voyez ici que l’expression amusée d’un farfadet badin, n’ayant visé quiconque de cette charmante localité voisine. Si mes écrits ont offusqué l’un ou l’autre, j’en demande donc pardon à chacun des habitants de Neuville de Poitou. Eux, plus que le visiteur de passage, sont habitués à cette vision originale et peuvent trouver à cette juxtaposition intime de ces deux bâtiments d’utilité communale et communautaire, un certain charme, une singularité qui sied bien à leur ville et à son histoire ; tout ceci n’étant qu’appréciation personnelle, après tout …

Vous dirais-je que, pendant un trimestre de ma vie scolaire de l’année 1956/57, j’ai habité à proximité de cet ensemble, église et château d’eau, étant élève au Cours Complémentaire de Neuville de Poitou, mis en pension, en semaine, chez Mme R. la Maman d’un de mes ex professeur à Mirebeau. Tous les soirs, en rentrant du collège, je passais bien rue Victor Hugo, ayant cette vue sur l’église au curieux clocher à anses, une image que mon regard d’enfant ne trouvait ni particulièrement insolite ni forcément disgracieuse …

En outre (sans jeux de mots), Neuville de Poitou, recèle en ses murs, la Cave Coopérative des Vins du Haut Poitou… étant, je pense, bien en phase avec les autorités du cru, soyez assuré que, disposant d’une telle réserve d’eau, bénite ou pas, jamais, avec, je ne couperai ces vins de qualité… ils sont bien trop gouleyants pour ça !…

Un clocher pas si terne …

Il est en certains coins,

Curieuses perspectives

Nées, n’en doutons point,

De quelque humeur rétive …

Voyez-ci, érigé, sur les cieux,

Un bien étrange clocher

Appendice disgracieux,

Sur ses pans, accroché !…

L’origine du panorama,

Ne serait-ce un contentieux,

Qui mit dans l’embarras,

Républicains et Religieux ?…

Plus d’un siècle est passé

Séparant Eglise et Etat …

Des Droits outrepassés ?

D’idéologiques combats ?

Opposant édiles et ecclésiastes,

Quelque histoire d’eau,

Contre pompe et ses fastes,

A mis, ci, monuments dos à dos …

Ici, le bénitier, là, la citerne

Un clocher pas si terne …

Il est en certains coins,

Curieuses perspectives

Nées, n’en doutons point,

De quelque humeur rétive …

Voyez-ci, érigé, sur les cieux,

Un bien étrange clocher

Appendice disgracieux,

Sur ses pans, accroché !…

L’origine du panorama,

Ne serait-ce un contentieux,

Qui mit dans l’embarras,

Républicains et Religieux ?…

Plus d’un siècle est passé

Séparant Eglise et Etat …

Des Droits outrepassés ?

D’idéologiques combats ?

Opposant édiles et ecclésiastes,

Quelque histoire d’eau,

Contre pompe et ses fastes,

A mis, ci, monuments dos à dos …

Ici, le bénitier, là, la citerne…

Mais elle coule pas ! Mais elle coule pas !

Oh que si vieilles badernes !

Mea culpa ! Mea culpa ! Mea culpa !

L’affaire que goupillions,

Messire Maire et ses Elus,

Résonna plus que Carillon,

Aux heures d’Angélus !…

L’eau, source de vie,

Cherche sa fontaine…

Ces fonds bêtises maux-ci

Ont trouvé leur marraine !

Eglise et château d’eau ;

N’ont tranché le dilemme …

Et rue Victor Hugo,

Chiale, Monsieur Madeleine…

Farfabeud’eau

Mais elle coule pas ! Mais elle coule pas !

Oh que si vieilles badernes !

Mea culpa ! Mea culpa ! Mea culpa !

L’affaire que goupillions,

Messire Maire et ses Elus,

Résonna plus que Carillon,

Aux heures d’Angélus !…

L’eau, source de vie,

Cherche sa fontaine…

Ces fonds bêtises maux-ci

Ont trouvé leur marraine !

Eglise et château d’eau ;

N’ont tranché le dilemme …

Et rue Victor Hugo,

Chiale, Monsieur Madeleine…

Farfabeud’eau

Laisser un commentaire

Vous pouvez utiliser ces balises HTML

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

  

  

  

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.