janvier 2021
L M M J V S D
 123
45678910
11121314151617
18192021222324
25262728293031
"Un homme n'est jamais tout à fait mort tant qu'il y a quelqu'un pour prononcer son nom" Antoine de SAINT-EXUPÉRY

Il y a 100 ans…

Janvier 1921

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Chronique du XXe siècle – Édition Larousse

23 novembre 1944 : la 2DB, du général Leclerc, atteint le Rhin.

J'aime et je partage...

Commandée par le général LECLERC, Philippe François Marie, comte de Hauteclocque de son vrai nom, cette unité la 2èmeDB, est en passe de tenir son serment prononcé en le 02 mars 1941, dans les sables de Lybie.

La deuxième division blindée du général Leclerc entre dans Strasbourg après avoir parcouru plus de 100 km en 6 jours. La ville est libérée et 12 500 soldats allemands sont faits prisonniers. Leclerc s’adresse aux Alsaciens en ces termes :

« […] la flèche de votre cathédrale est demeurée notre obsession. Nous avions juré d’y arborer de nouveau les couleurs nationales. C’est chose faite. »

Pourquoi leur a-t-il dit cela ? Parce que lui et ses hommes avaient donné leur parole d’honneur de faire flotter le drapeau français sur les flèches de la cathédrale où de mourir, quand ils firent le serment de Koufra, le 02 mars 1941.

En pleine débâcle, ce jeune colonel reconstitue une véritable unité de combat. Il la mène à Koufra, en Lybie, première victoire uniquement française depuis juin 1940. Placé à la tête de la 2 Division Blindée, il libère Paris, et trouve que De Gaulle s’y attarde trop. Poursuivant vers l’est, il écrase la 112e Panzer Brigade du général von Manteuffel, à Dompaire, le 13 septembre. Après une pause imposée par le commandement américain, il insiste pour marcher sur Strasbourg.

Et le 23 novembre, ses troupes libèrent Strasbourg, à l’issue d’une charge partie de Baccarat et traversant des cols des Vosges difficilement praticables et barrés. C’est l’occasion d’une prise d’armes à Strasbourg pour rappeler que le serment de Koufra a été tenu.

Après la réduction de la poche de Colmar puis de celle de Royan. C’est encore la 2DB qui s’empare du Kehlsteinhaus, le « nid d’aigle » d’Adolf Hitler, à Berchtesgaden, en Bavière.

1 commentaire pour 23 novembre 1944 : la 2DB, du général Leclerc, atteint le Rhin.

  • avatar Jean-Louis CARDE

    Ajout de J-Louis CARDE (Adh.N°298) :
    J’ai toujours admiré LECLERC.
    Tout d’abord par son génie stratégique : comme Annibal et Bonaparte, il savait être là où on ne l’attendait pas et gagner astucieusement une bataille sans trop de perte parmi ses hommes.
    Au siège de Koufra, il ne disposait que d’un canon, mais il le déplaçait pour faire croire aux Italiens qu’il en avait tout autour de la forteresse.
    Il avait comme eux de la clairvoyance (il avait compris avant tout le monde le risque d’enlisement au Viêt-Nam), et une proximité avec ses hommes.
    Mais ce qui le différentiait peut-être un peu plus des autres grands généraux, c’est la hauteur de ses sentiments, la noblesse de ses sentiments, sa franchise, l’absence de comportement politicien et son humilité.
    Lorsque j’étais enfant, vers 1965, j’écoutais une série de 16 disques 78 tours qui retraçait « l’épopée de la 2ème DB ».
    Cette réalisation avait été diffusée pour la 1ère fois sur radio-Luxembourg le 2 novembre 1949 et éditée en coffret en décembre 1949.
    Ce coffret avait été acheté par mon grand-père paternel dès sa sortie en 1950, 2 ans après sa mort accidentelle, le 28 novembre 1947, lors d’une tournée d’inspection à Colomb-Béchar (Algérie) ; il avait juste 45 ans !
    Cette réalisation retraçait dans un montage audio, avec des acteurs, l’histoire de la 2ème DB, émaillée d’enregistrements des principaux discours de l’époque : – Hitler, Pétain, De Gaulle, Churchill, Roosevelt, Henriot, Laval etc… et, bien entendu, Leclerc.

    Au-delà de tout ce qu’on peut écrire, laissons donc Leclerc parler lui-même de « sa » 2ème DB :

    – Adieu à La 2ème DB Fontainebleau – 22 Juin 1945

    « Officiers, sous-officiers, soldats de la 2ème division blindée, Il y a une semaine environ, nous nous recueillions ensemble en pensant à nos morts. Il ya quelques jours, j’avais l’honneur de défiler à votre tête dans ce PARIS que nous avons libéré. Aujourd’hui, je viens vous faire mes adieux. L’esprit qui anima cette division, depuis sa formation, fut la recherche en toute circonstance, du travail, du combat le plus utile aux intérêts supérieurs de la France.
    Pourquoi il y a deux ans n’avons-nous pas hésité à prendre dans cette division, à être groupés, des hommes d’origines et d’opinions les plus variées ; parce que nous savions que la France ne se relèvera que par une large union des Français. Pourquoi avons-nous ensemble franchi les Vosges et repris Strasbourg, parce qu’il était nécessaire, pour effacer 1940, qu’une armée Française rentre victorieuse dans Strasbourg.
    Ce n’est pas le désir du combat, la passion de la gloire à tout prix qui nous a guidés, mais, encore une fois, la recherche en toute circonstance, de l’intérêt supérieur Français.
    le 22 juin 1945, devant toute la Division assemblée sur l’hippodrome de Fontainebleau, le Général LECLERC passe le commandement au Colonel DIO

    Nous avons vaincu, avec vous, c’est bien, mais si nous avons réussi à vous convaincre de cette nécessité du patriotisme, c’est encore beaucoup mieux.
    Demain, dans toutes les fonctions que vous remplirez, vous continuerez dans le même sens , dans le sens dans lequel vous avez travaillé ici.

    Je vous quitte ; mais je ne quitterai pas l’insigne de votre division ; Je le conserverai ; ce sera ma plus belle décoration.
    Quand vous sentirez votre énergie fléchir, rappelez-vous, Koufra, Alençon, Paris, Strasbourg.

    Retrouvez vos camarades, recherchez vos chefs et continuez, en répandant dans le pays le patriotisme qui a fait notre force.
    Général « Leclerc »

    NB : Philippe Leclerc de Hauteclocque (1), fut élevé à titre posthume à la dignité de Maréchal de France le 23 août 1952 (2)

    (1) Le 17 novembre 1945, il sera autorisé à rajouter son nom de guerre « Leclerc » à son patronyme de naissance
    (2) Les Généraux Juin et de Lattre furent également élevés à cette dignité en 1952, puis Koenig en 1984.

Laisser un commentaire

Vous pouvez utiliser ces balises HTML

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

  

  

  

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.