juillet 2020
L M M J V S D
« Juin    
 12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
2728293031  
"Un homme n'est jamais tout à fait mort tant qu'il y a quelqu'un pour prononcer son nom" Antoine de SAINT-EXUPÉRY

Il y a 100 ans…

Juin 1920

  • 1er. Espagne : création du parti communiste (PCE).
  • 4. France : premiers débats sur l’Alsace-Lorraine à la Chambre des députés.
  • 4. Traité de Trianon : signature du traité de paix entre les Alliés et la Hongrie.
  • 4. Tunisie : fondation du Destour. parti nationaliste.
  • 4. France : un Farman Goliath bat le record du monde de durée de vol en volant 24 h.13′. l6″.
  • 5. Reprise des relations diplomatiques entre la Belgique et le Luxembourg.
  • 10. Italie : chute du cabinet Nitti.
  • 12. Les Russes reprennent Kiev aux troupes polonaises.
  • 12. Paris : première des « Mille et Une Nuits » mise en scène de Firmin Gémier.
  • 13. Genève : congres international des féministes.
  • 15. Les nouvelles frontières entre le Danemark et l’Allemagne sont fixées. Le Danemark se voit reconnaître le droit de souveraineté sur le Schlesvig du Nord.
  • 15. Italie : constitution du cabinet Giolitti.
  • 21. Boulogne : session du Conseil supérieur des Alliés sur les réparations de guerre.
  • 22. La Grèce lance avec succès une offensive contre les Turcs en Asie Mineure.

NAISSANCES

  • 7. Georges Marchais, homme politique français.
  • 11. AIbin Chalandon. homme politique français.
  • 27. Jean-Jacques Nathan, éditeur français.

DÉCÈS

  • 14. Gabrielle Réju, dite Réjane, actrice française (*6.6.1856).
  • 14. Max Weber. Sociologue et philosophe allemand (*21.4.1864).

Source :  Chronique du XXe siècle – Édition Larousse

27 juin 1800 Mort du «Premier Grenadier de la République»

J'aime et je partage...

Le 27 juin 1800, à Oberhausen, en Bavière, Théophile de La Tour d’Auvergne est frappé à mort par la lance d’un uhlan.  (Ulan en allemand, vient du tatar oglan qui veut dire compagnon. Il désigne un lancier à cheval de l’armée autrichienne.)

Un soldat exemplaire

Fils d’un bâtard d’une très illustre famille de l’aristocratie française, ce soldat est né à Carhaix, en Bretagne, 57 ans plus tôt. Capitaine dans les armées du roi, il refuse d’émigrer à la Révolution.

Lorsque la République est menacée d’invasion en 1793, il commande une avant-garde de 8 000 hommes qui s’illustre dans les Pyrénées orientales sous le nom de « colonne infernale ». Il est fait prisonnier. Après le traité de Bâle de 1795, libéré, il se retire de l’armée et se consacre à des études savantes.

Mais deux ans plus tard, bien qu’ayant dépassé l’âge de la retraite, il rempile comme simple soldat dans l’armée du Rhin, en remplacement du fils unique d’un archéologue de ses amis.

En mars 1800, son altruisme et son courage lui valent d’être désigné officiellement par le Premier Consul Napoléon Bonaparte comme le « Premier Grenadier de la République ». Ses restes reposent au Panthéon depuis 1889 (sauf son coeur qui est aux Invalides).

Un cénotaphe a aussi été érigé sur le lieu de sa mort, une colline au-dessus du Danube. Devant ce monument, chaque année, une cérémonie a longtemps été organisée à l’initiative de la Bundeswehr, du gouvernement bavarois et du régiment français de La Tour d’Auvergne, stationné à Berlin jusqu’à la chute du Mur.

Laisser un commentaire

Vous pouvez utiliser ces balises HTML

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

  

  

  

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.