juillet 2020
L M M J V S D
« Juin    
 12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
2728293031  
"Un homme n'est jamais tout à fait mort tant qu'il y a quelqu'un pour prononcer son nom" Antoine de SAINT-EXUPÉRY

Il y a 100 ans…

Juin 1920

  • 1er. Espagne : création du parti communiste (PCE).
  • 4. France : premiers débats sur l’Alsace-Lorraine à la Chambre des députés.
  • 4. Traité de Trianon : signature du traité de paix entre les Alliés et la Hongrie.
  • 4. Tunisie : fondation du Destour. parti nationaliste.
  • 4. France : un Farman Goliath bat le record du monde de durée de vol en volant 24 h.13′. l6″.
  • 5. Reprise des relations diplomatiques entre la Belgique et le Luxembourg.
  • 10. Italie : chute du cabinet Nitti.
  • 12. Les Russes reprennent Kiev aux troupes polonaises.
  • 12. Paris : première des « Mille et Une Nuits » mise en scène de Firmin Gémier.
  • 13. Genève : congres international des féministes.
  • 15. Les nouvelles frontières entre le Danemark et l’Allemagne sont fixées. Le Danemark se voit reconnaître le droit de souveraineté sur le Schlesvig du Nord.
  • 15. Italie : constitution du cabinet Giolitti.
  • 21. Boulogne : session du Conseil supérieur des Alliés sur les réparations de guerre.
  • 22. La Grèce lance avec succès une offensive contre les Turcs en Asie Mineure.

NAISSANCES

  • 7. Georges Marchais, homme politique français.
  • 11. AIbin Chalandon. homme politique français.
  • 27. Jean-Jacques Nathan, éditeur français.

DÉCÈS

  • 14. Gabrielle Réju, dite Réjane, actrice française (*6.6.1856).
  • 14. Max Weber. Sociologue et philosophe allemand (*21.4.1864).

Source :  Chronique du XXe siècle – Édition Larousse

L'exode de mai-Juin 40 conté par Pierre Lemaitre...

J'aime et je partage...

Dans son roman : « Miroir de nos peines »

Plongeant dans cette lecture, nous sommes alors aux antipodes du confinement… En effet, c’est de tout le contraire qu’il s’agit avec Louise qui se précipite complètement nue dans la rue, avec Gabriel et Raoul qui n’aspirent qu’à sortir du Mayenberg, ce fort souterrain de la ligne Maginot, avec Fernand, garde mobile, qui espère réaliser son rêve de voyage en Orient au pays des Mille et une nuits, un enchantement qu’il veut surtout partager avec sa femme Alice à la santé si fragile.

Mai 1940, c’est la débâcle face à l’envahisseur venu de Germanie. Drôle de guerre dont l’immobilité des troupes positionnées aux frontières, sans faire mouvement, depuis 8 mois, fut soudainement rompue par un déferlement de chars d’assauts franchissant les Ardennes dans un déluge de feu, laminant et broyant tout sur son passage. Une guerre éclaire livrée par l’Allemagne nazi qui jette les populations en nombres sans cesse croissants, sur les routes. Hollandais, Belges Français, tour à tour, connaissent l’exode, une monstrueuse fuite en avant en direction du Sud, un voyage que l’on croit sans retour et à l’improbable issue. Colonnes d’êtres humains de tous ages, de toutes conditions qui cheminent à flot continu, progressant par à-coups sur les routes. Ils constituent une interminable caravane hétéroclite d’émigrants : qui à pied, qui à vélo, qui en charrette, qui en voiture à la mécanique surchauffant, dans ce Printemps brûlant, où le mot d’ordre, dans ce brusque chaos social et sanitaire est : « Sauve qui peut ! »…

Oui, tous sont à la peine à cette veille de l’Été 40, y compris les personnages les plus en vue de ce roman de Pierre Lemaitre. Mais leur peine à eux est bien antérieure à cette folie des désespoirs conduisant à l’exil. Leurs souffrance, leur mal être, leurs aspirations, leurs douloureuses convalescences, elles remontent à leurs enfances respectives. Le mal s’est opéré depuis longtemps et a fait ses ravages.

C’est avec leurs plaies à peine refermées qu’ils vont tous se retrouver sur ces chemins inhospitaliers de la débâcle où, le peu que l’on possède encore peut se perdre en un instant : biens vitaux, moyen de transport, vie et, pire, vie de ses enfants !… Horreurs de la guerre perpétrée par l’ennemi impitoyable mais aussi par la peur de l’autre qui erre hagard à vos côtés, à destination de l’inconnu. On vit ou on meurt et, dans ses derniers retranchements, la nature humaine reprenant le dessus, fait toujours le choix de la vie…

Pierre Lemaitre, dans le déroulement chronologique des événements, d’un chapitre à l’autre, a opté pour le chassé-croisé de ses personnages. Tout commence le 6 avril 1940 à « La Petite Bohème » restaurant de Monsieur Jules… un personnage celui-là ! Bourru, peu complaisant et suffisamment musclé pour sortir les grincheux acariâtres et les éméchés avant qu’ils accomplissent quelques incivilités pouvant nuire à la réputation de son établissement. A ses côtés, Louise pour qui il garde une affection silencieuse mais aussi toute paternelle, en extra, vient servir la clientèle, à ses heures disponibles quant elle n’enseigne pas à l’école communale de la rue Damrémont. A une table, toujours la même, un habitué de longue date, discret, très peu bavard, le docteur plongé dans la lecture de « Paris-soir », un homme usé par la vie…

Au chapitre suivant, changement de décor et d’intrigue, nous voici transporté au Mayenberg, l’un des ouvrages des plus imposants de la Ligne Maginot qui, néanmoins, présentait des faiblesses de vieillard. Le sergent-chef Gabriel fait sa tournée vérifiant surtout les filtres devant retenir l’oxyde de carbone et tous autres gaz asphyxiants auxquels pouvait recourir l’ennemi. « En réalité tout reposera sur l’odorat des sentinelles, faut espérer quelles soient pas enrhumées » avait expliqué le caporal-chef Raoul Landrade, technicien en électricité, un individu opportuniste, débrouillard, aussi goguenard que cynique… entre ces deux là, c’est loin d’être le grand amour…

Puis il y a Désiré, un héros lui, plus qu’opportuniste, qui apparaît de façon impromptue là où on ne l’attend pas du tout : avocat pugnace à la barre d’un tribunal, puis commentateur prolixe à la tribune éditoriale d’un journal de grande diffusion, prêchant l’optimisme patriotique où encore en prêtre livrant bataille à la détresse humaine dans une église en ruine, aux abords de la Sologne, servant de centre d’accueil et d’hôpital de fortune aux égarés et aux malmenés de l’exode.

Serait-ce là un point de chute pour tous ces personnages du roman, aux parcours si différents ?

Prenez cet ouvrage, dernier de la trilogie de l’entre-deux-guerres, écrit par le talentueux Pierre Lemaitre, il vous fera accomplir un sacré bout de chemin haletant à travers sa lecture …

1ère page de lecture comme incipit – Un style fluide, un vocabulaire précis, adapté et sans fioriture, pour le lecteur, facilitent la représentation en images quasi limpides. on partage intensément ce que vivent les personnages du roman.

1 commentaire pour L’exode de mai-Juin 40 conté par Pierre Lemaitre…

Laisser un commentaire

Vous pouvez utiliser ces balises HTML

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

  

  

  

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.