juillet 2020
L M M J V S D
« Juin    
 12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
2728293031  
"Un homme n'est jamais tout à fait mort tant qu'il y a quelqu'un pour prononcer son nom" Antoine de SAINT-EXUPÉRY

Il y a 100 ans…

Juin 1920

  • 1er. Espagne : création du parti communiste (PCE).
  • 4. France : premiers débats sur l’Alsace-Lorraine à la Chambre des députés.
  • 4. Traité de Trianon : signature du traité de paix entre les Alliés et la Hongrie.
  • 4. Tunisie : fondation du Destour. parti nationaliste.
  • 4. France : un Farman Goliath bat le record du monde de durée de vol en volant 24 h.13′. l6″.
  • 5. Reprise des relations diplomatiques entre la Belgique et le Luxembourg.
  • 10. Italie : chute du cabinet Nitti.
  • 12. Les Russes reprennent Kiev aux troupes polonaises.
  • 12. Paris : première des « Mille et Une Nuits » mise en scène de Firmin Gémier.
  • 13. Genève : congres international des féministes.
  • 15. Les nouvelles frontières entre le Danemark et l’Allemagne sont fixées. Le Danemark se voit reconnaître le droit de souveraineté sur le Schlesvig du Nord.
  • 15. Italie : constitution du cabinet Giolitti.
  • 21. Boulogne : session du Conseil supérieur des Alliés sur les réparations de guerre.
  • 22. La Grèce lance avec succès une offensive contre les Turcs en Asie Mineure.

NAISSANCES

  • 7. Georges Marchais, homme politique français.
  • 11. AIbin Chalandon. homme politique français.
  • 27. Jean-Jacques Nathan, éditeur français.

DÉCÈS

  • 14. Gabrielle Réju, dite Réjane, actrice française (*6.6.1856).
  • 14. Max Weber. Sociologue et philosophe allemand (*21.4.1864).

Source :  Chronique du XXe siècle – Édition Larousse

27 mai 1199 sacre de Jean sans Terre

J'aime et je partage...

Jean sans Terre 

Enluminure de Matthieu Paris représentant le roi Jean dans son Historia Anglorum, vers 1250.

 

(Oxford 1167 – château de Newark, Nottinghamshire, 1216), roi d’Angleterre de 1199 à 1216.

Jeunesse et révoltes (1167-1199)

Cinquième et dernier fils d’Aliénor d’Aquitaine et d’Henri II Plantagenêt, qui lui confie la seigneurie de l’Irlande, Jean sans Terre se révolte en 1189, aux côtés de son frère le futur Richard* Ier Cœur de Lion et avec l’appui du roi de France Philippe* II Auguste, contre son père, qui expire peu après l’annonce de cette nouvelle. À la faveur du séjour en Terre sainte de Richard qui, devenu roi, l’a pourtant comblé d’« honneurs », Jean se retourne contre son souverain. Il suscite d’abord l’hostilité des barons, des prélats et des bourgeois de Londres contre le chancelier et grand justicier du royaume, William (ou Guillaume) Longchamp, que leur assemblée de 1191 écarte du pouvoir. Reconnu alors régent à titre honorifique, il signe en février 1193 avec Philippe Auguste un traité secret qui lui permet d’acquérir la haute Normandie et la Touraine aux dépens de son frère ; celui-ci, sur son lit de mort (avr. 1199), recommande pourtant à ses compagnons de le reconnaître pour roi malgré les droits que peut faire valoir à la couronne d’Angleterre son neveu Arthur Ier de Bretagne, élevé à la cour de Philippe Auguste. Le 27 mai 1199, l’archevêque de Canterbury, Hubert Gautier, sacre Jean sans Terre. Victime de la tare nerveuse de ses ancêtres angevins du XI ème siècle, le nouveau souverain est en fait un déséquilibré qui passe par des crises alternées d’excitation morbide et de dépression profonde qui l’empêchent de gérer avec autorité son royaume.

Jean sans Terre et l’effondrement de l’Empire angevin

Jean sans Terre a volontairement prêté hommage à Philippe Auguste en 1189 et en 1193 pour affaiblir son père, puis son frère, il renouvelle cet acte de dépendance à l’égard de ce souverain après avoir signé avec lui la paix du Goulet du 22 mai 1200, par laquelle il lui abandonne le pays d’Évreux, une partie du Vexin normand, le Berry, lui verse un relief de 20 000 marcs sterling et lui accorde la main de sa nièce Blanche de Castille pour le prince royal Louis. Redoutant que l’union projetée par Hugues IX de Lusignan, comte de la Marche, avec Isabelle, fille unique du comte d’Angoulême, allié du roi de France, ne coupe définitivement en deux l’Empire angevin, après la perte du Berry, Jean sans Terre commet alors l’erreur d’épouser la jeune princesse le 30 août 1200 et de promettre à son père le comté de la Marche sans accorder à son premier fiancé la moindre compensation.

Très habilement, Philippe Auguste reçoit alors l’appel d’Hugues de Lusignan en tant que suzerain suprême et fait condamner par défaut son homme-lige Jean sans Terre par les barons de la cour de France à la commise de ses fiefs pour rébellion le 28 avril 1202. Défié par Philippe Auguste, qui envahit la Normandie dès 1202, Jean sans Terre ne conserve le contrôle que des seules îles Anglo-Normandes, après les capitulations de Château-Gaillard et de Rouen respectivement les 6 mars et 24 juin 1204. Plus heureux au début dans la vallée de la Loire, où il bat et fait prisonnier à Mirebeau, le 1er août 1202, Arthur Ier de Bretagne allié du roi de France, il égorge lui-même son neveu à Rouen le 3 avril 1203, ce qui entraîne le soulèvement et la perte de la Bretagne et des pays de la Loire, où les sénéchaux d’Anjou et du Poitou. Guillaume des Roches et Aimery de Thouars, se rallient à Philippe Auguste en 1203. Cependant, il reprendra le contrôle de l’anarchique Aquitaine, malgré le décès, en 1204, de sa mère Aliénor, et de la presque totalité du Poitou en 1206.

Laisser un commentaire

Vous pouvez utiliser ces balises HTML

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

  

  

  

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.