novembre 2020
L M M J V S D
« Oct    
 1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
30  
"Un homme n'est jamais tout à fait mort tant qu'il y a quelqu'un pour prononcer son nom" Antoine de SAINT-EXUPÉRY

Il y a 100 ans…

Juin 1920

  • 1er. Espagne : création du parti communiste (PCE).
  • 4. France : premiers débats sur l’Alsace-Lorraine à la Chambre des députés.
  • 4. Traité de Trianon : signature du traité de paix entre les Alliés et la Hongrie.
  • 4. Tunisie : fondation du Destour. parti nationaliste.
  • 4. France : un Farman Goliath bat le record du monde de durée de vol en volant 24 h.13′. l6″.
  • 5. Reprise des relations diplomatiques entre la Belgique et le Luxembourg.
  • 10. Italie : chute du cabinet Nitti.
  • 12. Les Russes reprennent Kiev aux troupes polonaises.
  • 12. Paris : première des « Mille et Une Nuits » mise en scène de Firmin Gémier.
  • 13. Genève : congres international des féministes.
  • 15. Les nouvelles frontières entre le Danemark et l’Allemagne sont fixées. Le Danemark se voit reconnaître le droit de souveraineté sur le Schlesvig du Nord.
  • 15. Italie : constitution du cabinet Giolitti.
  • 21. Boulogne : session du Conseil supérieur des Alliés sur les réparations de guerre.
  • 22. La Grèce lance avec succès une offensive contre les Turcs en Asie Mineure.

NAISSANCES

  • 7. Georges Marchais, homme politique français.
  • 11. AIbin Chalandon. homme politique français.
  • 27. Jean-Jacques Nathan, éditeur français.

DÉCÈS

  • 14. Gabrielle Réju, dite Réjane, actrice française (*6.6.1856).
  • 14. Max Weber. Sociologue et philosophe allemand (*21.4.1864).

Source :  Chronique du XXe siècle – Édition Larousse

15 mars 1850 : Loi Falloux sur l'enseignement confessionnel.

J'aime et je partage...
Le 15 mars 1850, après deux mois de vifs débats, les députés de la seconde république, votent une loi qui complète la loi Guizot de 1833, en rendant obligatoire la création d’une école de filles dans les communes de 800 habitants, mais surtout, permet aux congrégations catholiques d’ouvrir en toute liberté, un établissement secondaire avec les enseignants de leur choix. Qui plus est, elle soumet les établissement publics et les instituteurs au contrôle des autorités administratives « morales », autrement dit religieuses. Cette loi est due au comte Alfred de Falloux (1811-1886). D’abord légitimiste, puis catholique libéral, député en 1846, il combat sans relâche pour la liberté de l’enseignement. Effrayé par l’agitation populaire de 1848, il entraîne les catholiques à soutenir la candidature de Louis Napoléon Bonaparte. Ce dernier le nomme ministre de l’instruction publique en décembre 1848. Il élabore la loi qui porte son nom et autorise l’enseignement confessionnel et congrégationiste, au niveau des écoles primaires et secondaires, supprimant de fait, le monopole de l’Etat dans l’enseignement établi par Napoléon 1er.

Laisser un commentaire

Vous pouvez utiliser ces balises HTML

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

  

  

  

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.