février 2020
L M M J V S D
« Jan    
 12
3456789
10111213141516
17181920212223
242526272829  
"Un homme n'est jamais tout à fait mort tant qu'il y a quelqu'un pour prononcer son nom" Antoine de SAINT-EXUPÉRY

Il y a 100 ans…

Janvier 1920.

  • 1*. Paris : développement du dadaïsme avec l’arrivée de l’écrivain roumain Tristan Tzara.
  • 3. USA : sur l’ordre du ministre de la Justice Palmer, 4 500 extrémistes de gauche sont arrêtés.
  • 10. Le traité de Versailles entre en vigueur.
  • 11. Paris : renouvellement de la totalité du Sénat pour la première fois.
  • 14. Paris : Léon Bourgeois est élu président du Sénat.
  • 15. Le maréchal Foch devient chef de la commission militaire de surveillance de l’Allemagne.
  • 16. : Paul Deschanel est choisi par les députés du groupe républicain comme candidat à la présidence de la République.
  • 16. Les Alliés exigent l’extradition de Guillaume II.
  • 17. France : P. Deschanel est élu à la présidence de la République.
  • 19. Paris : A. Millerand succède à Georges Clemenceau à la présidence du Conseil.
  • 23. Les Pays-Bas refusent l’extradition de Guillaume II
  • 26. Paris : constitution de la conférence des Ambassadeurs qui doit régler les questions non résolues par la conférence de la Paix.
  • 28. La Turquie renonce à l°Empire ottoman et aux provinces non turques.

NAISSANCES

  • 4. Robert Lamoureux, comédien français.
  • 20. Frederico Fellini, metteur en scène italien.
  • 27. Claude Labbé, homme politique français.
  • 27. Helmut Zacharias, chef d’orchestre allemand.

DÉCÈS

  • 25. Amedéo Modigliani sculpteur et peintre italien (* l2.7.l884).

Source :  Chronique du XXe siècle – Édition Larousse

21 Janvier 1793 : Exécution de Louis XVI.

J'aime et je partage...
21 Janvier 1793 : Exécution de Louis XVI.

Le dimanche 21 janvier 1793, Louis XVI (38 ans) est exécuté sur la place de la Révolution (précédemment place Louis XV, aujourd’hui place de la Concorde). Dans les rues de la capitale, la garde nationale est sur le qui-vive et défile en armes. Les tambours battent partout la générale. Le roi déchu, a été tiré au petit matin de la prison du Temple, par  l’adjudant général de Santerre. C’est non pas dans la charrette habituelle des condamnés, mais dans la voiture du maire de Paris qu’à la demande de celui-ci, il a été conduit vers le lieu du supplice. Au pied de l’échafaud, il se tourne vers l’abbé Edgeworth de Firmont, qui a été requis par l’Assemblée, pour l’assister dans ses dernières heures. Selon la chronique, l’abbé lui murmure à l’oreille « Fils de saint Louis, montez au ciel ! ». Louis meurt en homme digne et courageux, animé par une foi profonde, ce dont attestera plus tard, le bourreau Sanson lui-même. Les mains liées dans le dos, il s’avance vers le bord de l’échafaud, fait taire les tambours et lance à la foule « Français, je meurs innocent, je pardonne à mes ennemis, je désire que ma mort soit… » mais un roulement de tambour couvre ses dernières paroles. Sitôt Louis XVI décapité, l’assistant du bourreau saisit sa tête par les cheveux et, faisant deux fois le tour de l’estrade, la montre à la foule. Celle-ci, triée sur le volet, et exclusivement composée de sans culottes, gardes, soldas et fédérés, autrement dit, de fervents révolutionnaires, répond par un cri « Vive la nation ! Vive la république ! »

Laisser un commentaire

Vous pouvez utiliser ces balises HTML

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

  

  

  

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.