janvier 2020
L M M J V S D
« Déc    
 12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
2728293031  
"Un homme n'est jamais tout à fait mort tant qu'il y a quelqu'un pour prononcer son nom" Antoine de SAINT-EXUPÉRY

Il y a 100 ans…

Janvier 1920.

  • 1*. Paris : développement du dadaïsme avec l’arrivée de l’écrivain roumain Tristan Tzara.
  • 3. USA : sur l’ordre du ministre de la Justice Palmer, 4 500 extrémistes de gauche sont arrêtés.
  • 10. Le traité de Versailles entre en vigueur.
  • 11. Paris : renouvellement de la totalité du Sénat pour la première fois.
  • 14. Paris : Léon Bourgeois est élu président du Sénat.
  • 15. Le maréchal Foch devient chef de la commission militaire de surveillance de l’Allemagne.
  • 16. : Paul Deschanel est choisi par les députés du groupe républicain comme candidat à la présidence de la République.
  • 16. Les Alliés exigent l’extradition de Guillaume II.
  • 17. France : P. Deschanel est élu à la présidence de la République.
  • 19. Paris : A. Millerand succède à Georges Clemenceau à la présidence du Conseil.
  • 23. Les Pays-Bas refusent l’extradition de Guillaume II
  • 26. Paris : constitution de la conférence des Ambassadeurs qui doit régler les questions non résolues par la conférence de la Paix.
  • 28. La Turquie renonce à l°Empire ottoman et aux provinces non turques.

NAISSANCES

  • 4. Robert Lamoureux, comédien français.
  • 20. Frederico Fellini, metteur en scène italien.
  • 27. Claude Labbé, homme politique français.
  • 27. Helmut Zacharias, chef d’orchestre allemand.

DÉCÈS

  • 25. Amedéo Modigliani sculpteur et peintre italien (* l2.7.l884).

Source :  Chronique du XXe siècle – Édition Larousse

8 janvier 1918 : Les quatorze points de Wilson.

J'aime et je partage...
8 janvier 1918 : Les quatorze points de Wilson.
Devant le Sénat américain, le 8 janvier 1918, le président Thomas Woodrow Wilson, reprend et développe un discours prononcé un an plus tôt, le 22 janvier 1917, devant la même assemblée. Dans ce premier discours, le président, représentant de la première puissance économique du monde, alors neutre, avait souhaité s’entremettre entre les belligérants de la guerre européenne.Viscéralement idéaliste et pacifiste en bon fils de pasteur qu’il était, il avait préconisé à peace without victory (« une paix sous victoire »), au grand scandale des uns et des autres. Ainsi n’avait-il pas envisagé la restitution de l’Alsace-Lorraine à la France. Mais les Etats-Unis avaient été ensuite contraints de s’engager dans le conflit, au côté de l’Entente franco-britannique. Il fallait dès lors, penser à une paix victorieuse, mais dans le respect du droit. C’est tout l’objet de ce nouveau discours.

Laisser un commentaire

Vous pouvez utiliser ces balises HTML

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

  

  

  

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.