mai 2021
L M M J V S D
 12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
31  
"Un homme n'est jamais tout à fait mort tant qu'il y a quelqu'un pour prononcer son nom" Antoine de SAINT-EXUPÉRY

Il y a 100 ans…

  • Chronique du XXe siècle – Édition Larousse.

Mai 1921

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

LA GRANDE PEUR EN ANGOUMOIS

J'aime et je partage...

LA GRANDE PEUR EN ANGOUMOIS

Huit, dix ou douze jours après la prise de la Bastille, une effrayante rumeur se répandit sur la France entière : « Les brigands arrivent; ils pillent les demeures, incendient les récoltes; ils égorgent femmes et enfants. » Cette alarme éclata au nord, au sud, à l’est, à l’ouest du royaume, presque dans le même moment. Le décret, que l’Assemblée nationale publia le 10 août 1789, constate, dans son préambule, la généralité et la simultanéité de la panique. « Les alarmes ont été semées clans les différentes provinces, dit l’Assemblée, à la même époque et presque le même jour. »

Un messager paraissait, haletant, les yeux fous, la voix étranglée, sur son cheval blanc d’écume. Il se penchait sur sa selle et, étendant le bras dans la direction qu’il voulait désigner :

« Les brigands approchent; ils sont là-bas, derrière le coteau; j’ai vu luire leurs armes clans la feuillée du bots. Sur la route, les sabots de leurs chevaux soulèvent des nuées de poussière; l’horizon est rouge des incendies qu’ils allument; ils vont comme  un ouragan ! »

Puis des détails. Plusieurs femmes avaient été éventrées, des hommes avaient été branchés à l’orée de la forêt, la bande, qui s’avançait, portait de petits enfants embrochés au bout des piques.

Et, aussitôt, les portes des villes de se fermer, la population de courir aux armes, les « compagnons de l’arquebuse » d’apparaître, vaillants et tremblants, sur la crête des remparts, tandis que les familles se cachaient dans les caves, ou bien allaient s’enfouir au milieu des meules dans les champs, ou fuyaient jusqu’au fond des bois, pour s’y terrer dans des fosses profondes, recouvertes de branchages.

Le souvenir de cette alarme demeura très vif parmi les générations qui l’avaient connue. On a de nombreux témoignages de personnes qui, ayant vécu clans la première moitié du xIx° siècle, en ont pu recueillir le récit de la bouche même de ceux qui avaient assisté à l’événement. Les relations qu’elles ont données concordent entre elles : de tous les événements de la Révolution, ce fut celui qui, dans les campagnes, fit l’impression la plus profonde. Et bien des paysans n’en savaient conter d’autre que celui-là.

Cette dénomination, « la grande peur », fut celle qu’on lui donna dans le centre de la France. On dit aussi plus simplement et plus énergiquement encore « la peur », ou bien « l’alarme ».

Dans les provinces du Midi, on dit « la grande pourasse, lo grando paoù, l’armada de la paon ». Ailleurs, ce fut la Journée des brigands, ou le Jeudi fou, le Vendredi fou, selon le jour où la panique se produisit. En Vendée, le souvenir de l’événement est resté sous un nom d’une jolie poésie, les Brouilles de la Madeleine : la peur y éclata, en effet, à la fête de la Madeleine, le 22 juillet,et la tradition rapporte que de fortes brumes, venues de la mer, avaient envahi la contrée, comme pour faciliter aux bandits leur oeuvre de pillage et de sang.

Dans certaines provinces, celles de l’Ouest, que baigne la mer, ce ne fut pas l’arrivée des brigands, mais un débarquement d’Anglais qui fut annoncé. Les Anglais, disait-on, avaient subitement fait leur apparition à la cime des falaises et, comme leurs ancêtres de la guerre de Cent ans, ils s’avançaient dans le pays, pillant, saccageant, égorgeant. Ces bruits prirent une telle consistance que les députés cle la région aux Etats Généraux firent des observations au gouvernement et que le ministre des affaires étrangères dut obtenir de l’ambassadeur anglais une déclaration publique où les dispositions pacifiques du cabinet cle Londres étaient solennellement affirmées. En Lorraine et en Champagne, c’étaient des reîtres et des lansquenets d’Allemagne qui avaient franchi la frontière, féroces comme au temps des guerres de religion. En Dauphiné, on parla d’une invasion de Savoyards. Il est inutile de rappeler qu’à cette époque la Savoie ne faisait pas encore partie de notre pays, et que le Guiers-vif, affluent du Rhône, qui formait la limite entre le Dauphiné et la Savoie, y traçait également celle de la France.

La « peur » fit irruption à Angoulême le 28 juillet. Sur les trois heures de l’après-midi, le tocsin retentit. On annonçait l’approche de quinze mille bandits. C’étaient, disait-on, des brigands échappés cle Paris. Les portes cle la ville furent aussitôt fermées; des gardes furent postés sur les remparts. Bientôt, on entendit des cris d’épouvante : « Les voilà ! les voilà ! »

Un tourbillon de poussière roulait sur la grand’route : il s’approche, quelle angoisse ! Le tourbillon s’épaissit, il s’élève, il s’étend, se dissipe… c’était le courrier de Bordeaux qui passait au grand galop de ses six chevaux, en faisant joyeusement claquer son fouet.

Cette déception eut pour résultat de faire tomber, dans la pensée commune, le chiffre des bandits de quinze mille à quinze cents hommes; mais du moins sont-ils bien quinze cents qui ravagent la campagne. A trois heures du matin, nouvelle alarme.

La cloche sonne au beffroi. Les rues se remplissent de cris, de tumulte. Les bourgeois sortent en chemise, jambes nues, armés de leurs mousquets; tandis que, par les portes de la ville, s’engouffrait la cohue effarée des campagnards. Hourvari indescriptible de femmes qui pleurent, d’enfants qui crient, de veaux qui beuglent, de chiens qui aboient, cle charrettes qu’on pousse, de meubles culbutés et de vaillants miliciens, qui, vêtus d’armures gothiques, répondaient aux cris d’appel cle leurs commandants. « A neuf heures, écrit un témoin oculaire, nous avions dans la ville quarante mille hommes. » Tous se montraient ardents à défendre les remparts. On ne savait qu’en faire. Chacun voulait être là, à son poste, et au premier rang. Il y avait, pléthore de bravoure. La municipalité eut toutes les peines du monde à se débarrasser de ces héros.

Mais, puisque les bandits se tenaient cachés, leurs desseins n’en devaient être que plus dangereux. Cent hommes à cheval, un millier de piétons vont explorer la forêt de Braconne. On cherche, on regarde, on scrute, on fouille; on bat les buissons on sonde à coups de piques fourrés » et taillis, on soulève les larges feuilles des fougères; en tremblant, on pénètre dans les petites grottes parmi des rochers. De brigands autant que déplumes sur une grenouille. La même alarme se produisit à dix lieues à la ronde, et à la même heure.

Georges Bussière estime qu’Angoulême fut le foyer où la peur gagna le Limousin et le Périgord, provinces où elle se répandit le 29 juillet.

En songeant à l’immensité et à la spontanéité du mouvement, à l’étendue du territoire où la « peur » éclata, à la lenteur des communications vers cette époque et à leur difficulté, aux barrières qui séparaient les provinces, — on reconnaîtra que l’organisation artificielle d’un tel mouvement, se produisant simultanément sûr tous les points du pays, peu de jours après la prise de la Bastille, n’était pas une oeuvre réalisable. La grande peur a été le contre-coup général et instinctif de la formidable secousse que produisit dans toute la France cet événement, si médiocre en lui-même, mais si considérable par l’impression , qu’il fit et les conséquences qu’il entraîna, la prise de la Bastille. Du jour au lendemain, les Français virent tomber fout ce qui avait fait leur existence séculaire; tout ce qui, à ce moment même, fixait encore leur vie commune; tout,ce qui jusqu’alors avait été pour eux, dans l’Etat, un appui, un soutien, une protection; tout ce qui, à leurs yeux, avait fait la patrie. Et, devant le néant subit, ce fut la « grande peur » dans les âmes simples, le grand accès de fièvre, précurseur de la terrible crise oui va secouer la nation tout entière et jusqu’au plus profond de ses entrailles.

Communiqué par Jean-Pierre DÉRIVID,

Commis d’Inspection de l’Assistance publique de la Haute-Vienne.- Bulletin de la Société charentaise des études locales (1922) – Gallica.fr

Laisser un commentaire

Vous pouvez utiliser ces balises HTML

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

  

  

  

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.