novembre 2018
L M M J V S D
« Oct   Déc »
 1234
567891011
12131415161718
19202122232425
2627282930  
"Un homme n'est jamais tout à fait mort tant qu'il y a quelqu'un pour prononcer son nom" Antoine de SAINT-EXUPÉRY

Il y a 100 ans…

AOÜT 1919

  • 4. Paris : inauguration du musée Rodin.
  • 4. Hongrie : la république des Conseils de Hongrie est écrasée après 133 jours d’existence. Les troupes roumaines entrent à Budapest.
  • 5. Turquie : début du soulèvement militaire dirige par Mustafa Kemal contre la monarchie ottomane.
  • 6. Les États-Unis cessent le blocus économique contre la Russie soviétique. Les échanges commerciaux reprennent entre les deux pays.
  • 8. New York : Herbert Hoover, délégué du gouvernement américain pour l’aide alimentaire à l’Europe, demande aux travailleurs européens d’augmenter leur productivité.
  • 8. Le Parlement belge ratifie le traité de Versailles.
  • 8. Paris : le sergent Charles Godefroy, aux commandes de son biplan «Chasse », vole sous l’Arc de Triomphe, là où 3 semaines plus tôt, passait le cortège des armées. « le défilé, a-t-il déclaré, ne comprenait p nos « oiseaux ». J’ai voulu que l’avion ait sa part de triomphe.
  • 10. Les Anglais relâchent des prisonniers allemands : 800 grands blessés arrivent à Cologne.
  • 22. Des détachements de l’armée de la République autonome d’Ukraine massacrent plus de 5000 juifs dans la province de Podolie.
  • 25. Les États-Unis réclament à l”Allemagne, en réparation du torpillage du paquebot « Lusitania ›› par un de leurs sous-marins, la cession de l’île de Yap en Micronésie.
  • 28. Haute-Silèsie : une révolte appuyée par la Pologne est écrasée par les troupes allemandes.
  • 29. Belgique : entrée en vigueur de la loi Vandervelde sur l’alcoolisme.

NAISSANCE

  • 15. Menie Grégoire, journaliste française.

DÉCÈS

  • 11. Andrew Carnegie, industriel et philanthrope américain (*25.11.1835).

Source :  Chronique du XXe siècle – Édition Larousse

La Grande Guerre en Charente : L’école et la guerre - 3

J'aime et je partage...
  • Les écoliers employés au service de l’Etat

Le ramassage des marrons d’inde et des châtaignes est organisé par le service de la main-d’œuvre scolaire du ministère de l’Agriculture en 1917.

Marrons et châtaignes doivent remplacer le maïs et le riz, plus utiles à l’alimentation, pour « fabriquer, dans les distilleries contrôlées par les Services des Poudres et de l’Aéronautique, de l’alcool et de l’acétone, produits indispensables à la Défense Nationale ».  

Affiche concernant le ramassage des marrons d’inde de des châtaignes, ministère de l’Agriculture, 1917. AD16, cote 2 Rprov 74.

Paris le 4  octobre 1917,

Courrier du Chef de service de la Main-d’œuvre Scolaire, Ministère de l’Agriculture,

Il nous revient que dans certaines communes des enfants n’ont pu faire recevoir leurs récoltes de marrons. Cette récolte est de toute importance. LES SERVICES DE L’ARMEMENT INDIQUENT QUE 10KG de MARRONS EQUIVALENT A UN COUP DE CANON DE 75.(sic)

Il faut que chacun fasse l’effort nécessaire pour vaincre les petites difficultés qui nous sont signalées. On nous dit que les quantités recueillies par chaque commune ne sont pas suffisantes pour un chargement de wagon complet.

Nous croyons qu’avec un peu de dévouement et de peine, on peut toujours porter sa récolte à la commune voisine qui sera désignée comme commune expéditrice de plusieurs communes réunies.

Chacun doit se donner pour tache de seconder nos efforts (…)

(…) Ramassage des marrons d’inde et des châtaignes par les écoliers, ministère de l’Agriculture, Service de la main-d’œuvre scolaire, 4 octobre 1917, Ad16, cote 2 Rprov 74.

Les écoliers de M. CHAUMETTE, à Mansle, n’ont pas eu de chance.

Dans l’expédition, les marrons ont pourri.
Dans un premier temps, le préfet ne souhaite pas rémunérer les élèves pour leur ramassage.

L’instituteur lui démontre que les marrons ont pourri en dehors de  l’école, lors du transport. Il met les enfants hors de cause. Aussi, demande-t-il un dédommagement pour indemniser les enfants puisqu’ils ont tout de même ramassé les marrons. Il finit par obtenir une indemnisation de 50 fr. à répartir aux enfants. Courrier du chef de service de la main-d’œuvre scolaire, ministère de l’Agriculture à Mr. Le Préfet de la Charente, 10 juillet 1918. AD16, cote 2 Rprov 74.

L’opération consistant pour les écoles à cultiver des « lopins scolaires » a été lancée officiellement en 1917. L’objectif  national  de faire 1500 ha par les élèves pour pallier la crise agricole n’a jamais pu être atteint.

Cultivons notre potager, 1917, affiche de propagande dessinée par des élèves parisiens.

En Charente, cette mesure a été accueillie différemment selon que l’école se situe en ville ou à la campagne.

Un courrier de Mme MATHIEU accorde à l’Inspecteur d’Académie un terrain en friche à Soyaux pour l’école.

A Ruelle, le directeur de l’école primaire précise qu’il cherche un terrain pour ses élèves qui, sinon, seront mis à disposition d’autres cultivateurs.

En ville, la main-d’œuvre scolaire est disponible.

En revanche, les choses se compliquent à la campagne.

Le directeur de l’école de Chasseneuil n’a pas pu répondre à la demande car aucun cultivateur n’a mis de terre à sa disposition. Quant à constituer une équipe de travail pendant les congés de Pâques, il précise que cela n’a pas pu être possible car la plupart des écoliers sont fils d’agriculteurs. Par conséquent, ils vont travailler dans leurs champs, surtout en l’absence du père ou du frère parti sur le front.

A Barbezieux, l’équipe de travail n’a pas pu se constituer parce qu’il n’y a aucun instituteur pour suivre les équipes : les uns profitent des vacances pour partir en famille, les autres n’ont pas la santé nécessaire.

Les difficultés de mise en place sont donc bien réelles.Lettre de l’Inspecteur primaire, faisant état de la « collaboration des écoles à la production agricole » en Charente, 12 avril 1917. AD16, cote 1 Tprov 484

  • L’entraînement militaire

« Le temps accordé à l’emploi du temps pour les exercices physiques étant insuffisant, nous avons continué à régler militairement et au sifflet les entrées et sorties de classe : cette position temporaire et  alternée de garde-à-vous exerçant sur l’activité des élèves l’action musculaire et le sentiment de discipline.

Le tir a fonctionné régulièrement à raison de deux séances par semaine, les enfants achetant eux-mêmes leurs balles. La municipalité ayant promis des munitions, n’a mis à notre disposition que 500 cartouches ».
Cahier des instituteurs de Barbezieux-Saint-Hilaire, AD16, cote 4 Tp 477.

 

RUFFEC, le 22 novembre 1914,

L’Inspecteur de l’Enseignement primaire

A Monsieur l’Inspecteur d’Académie à Angoulême

Différentes initiatives ayant répondu par avance, dans la circonscription, aux points que traite la circulaire ministérielle du 6 novembre, je me suis préoccupé de rechercher dans quelles conditions la préparation militaire pourrait être continuée.

L’arrondissement est essentiellement rural et tous les adolescents sont retenus aux travaux des champs. Il fallait surtout songer à redonner, dans la mesure du possible, quelque activité aux sociétés de tir, de boys-scouts et de préparation militaire. J’ai écrit dans ce sens aux instituteurs des communes où ces sociétés fonctionnent ; j’en ai reçu des réponses à peu près identiques à celle que je reproduis ci-dessous et qui vous montrera la difficulté de cette réorganisation (…)

Réponse de l’Inspecteur de l’Enseignement primaire de la circonscription de Ruffec à l’Inspecteur d’Académie d’Angoulême concernant la préparation militaire à l’école, 22 novembre 1914, AD16, cote 1 Tprov 488.

1914-1915 : (…) « La société de Tir, dirigé par l’instituteur, privée de plus de 100 de ses membres mobilisés, se consacra uniquement à la préparation militaire des jeunes classes. Les pupilles prirent part au 20ème championnat des écoles de France organisé par l’Union. »

1915-1916 : (…) « la société de Tir donne des séances tous les 15 jours et les pupilles, au 21ème championnat, obtiennent des récompenses ». Cahier de instituteurs, Villefagnan, AD16, cote 4 Tp 495.


Sources :

  • 14-18 Mission centenaire

  • BNF

  • L’école et la guerre 14-18

  • Mémoriaux de Seine-et-Marne

  • Histoire-Généalogie

  • La Fabuleuse histoire du canon de 75 modèle 1897

  • Joëlle Beurier, Images et violence : 1914-1918 : quand « Le Miroir » racontait la Grande guerre, Paris, Nouveau monde, 2007, 110 p

  • Stéphane Audoin-Rouzeau Stéphane Audoin-Rouzeau, La guerre des enfants 1914-1918, Paris, Armand Colin, p.81.

1 commentaire pour La Grande Guerre en Charente : L’école et la guerre – 3

Laisser un commentaire

Vous pouvez utiliser ces balises HTML

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

  

  

  

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.