juillet 2018
L M M J V S D
« Juin    
 1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
3031  
"Un homme n'est jamais tout à fait mort tant qu'il y a quelqu'un pour prononcer son nom" Antoine de SAINT-EXUPÉRY

Il y a Cent Ans…

JUIN 1918

– 3. La Diète finlandaise accepte de ratifier un traité de paix avec l’Allemagne

– 4. Paris : Georges Clemenceau déclare à la Chambre : «Ne cédez à aucun prix. »

– 4. USA : l’armée américaine est mise un alerte car trois nouveaux navires ont été torpillés par des sous-marins allemands.

– 5. Moscou : on dit que 3 millions de marks auraient été offerts par Par l’ambassadeur allemand, W. von Mirbach, à des hommes politiques russes pour empêcher le gouvernement soviétique de passer dans le camp des Alliés.

– 11. Russie : création d’un comité de paysans pauvres chargé de procéder au partage des terres.

– 13. Arrêt des hostilités entre la Russie soviétique et la République autonome d’Ukraine.

– 15. Italie : l’offensive autrichienne. en Vénétie est repoussée.

– 17. Rumeurs : 40 millions de marks auraient été mis à la disposition du gouvernement soviétique par le ministre des finances allemand.

– 20. Autriche-Hongrie : début des émeutes et des grèves pour protester contre les difficultés de ravitaillement.

– 22. Le général français Charles Mangin arrête l’offensive allemande à 70 km de Paris.

– 26. La «Grosse Bertha» tire sur Paris.

– 28. Russie : le gouvernement soviétique nationalise les entreprises industrielles

– 30. Russie : l’armée rouge bat les cosaques dans le Sud-Ouest du pays.

NAISSANCE

– 27. Adolf Kieffer, nageur américain.

DECES

– 10.Arigo Boito, compositeur italien (*24.2.1848)

Chronique du XXe siècle – Édition Larousse

La Grande Guerre en Charente : la bataille des Charentais

J'aime, donc je partage...

Un fait d’arme méconnu, l’un des premiers de la Grande Guerre.

Une allée de croix blanches, en rase campagne, Moislains, village de la Somme, terminus de 465 réservistes charentais mobilisés.

Ils sont tombés en plein champ, le 28 août 1914, surpris par une attaque de l’armée allemande.

Ils habitaient dans toute la Charente, de Vignolles à Barro en passant par Dirac et appartenaient au « 307 », le régiment des réservistes basé à Angoulême.

« Ils avaient entre 25 et 35 ans, c’étaient des paysans, des pères de famille » rappelle Patrick ESTEVE*.

Ils ont été fêtés à leur départ d’Angoulême, ils pensaient revenir pour les vendanges….

Envoyé « à marche forcée » au nord de la Picardie, le « 307 » avait pour mission de retarder l’avancée allemande sur Paris et d’éviter l’encerclement d’un corps expéditionnaire anglais fort de 74 000 hommes.

Ce fut chose faite, le temps d’une matinée, au prix de 465 vies, soit la moitié des réservistes.

Piégés dans une plaine bordée de bois, en pantalon rouge garance, « ils ont été tirés comme des lapins » résume Patrick ESTEVE.

Le 307ème  est en tête du 5e Bataillon et fournit son avant-garde.

L’ennemi est signalé dès l’aube du 28 août par la cavalerie divisionnaire aux lisières du village de Moislains. Sous le feu nourri des Allemands bien retranchés, le 307ème RI charentais prend position dans un chemin creux face au village.

L’ennemi, profitant de son immense supériorité numérique, le déborde à droite, de manière à prendre en enfilade le chemin creux qui, plein d’unités entassées, devient rapidement intenable.

Vers 10 heures, le régiment ayant vu tomber la plupart de ses officiers et réduit à une poignée d’hommes, doit se résigner à une retraite douloureuse mais nécessaire, que l’artillerie française réussit à couvrir vers 11 heures.

Dans ce combat inégal, le 307ème a été décimé puisqu’il était réduit à 14 officiers et 574 combattants (464 corps charentais gisent à terre), mais il ne s’est pas sacrifié en vain si l’on considère que son action, ce jour-là, sauva l’armée anglaise de l’enveloppement qui la menaçait.

Reste ce cimetière aménagé tout en longueur entre les champs de betteraves. Cent croix y ont été plantées sur le chemin de la Nécropole où seulement 99 dépouilles ont été identifiées.

Au bout, un monument où l’on peut lire :

« La Charente, à ses enfants morts pour la France »

La Nécropole de Moislains

La Nécropole de Moislains


Sources :

  • ONACVG de la Charente, service départemental de l’Office National des Anciens Combattants et des Victimes de Guerre
  • François BURDEYRON, préfet de la Charente
  • Le Conseil Général de la Charente
  • Le Capitaine Jean Lucien LAVIGNE, 21ème RI d’Angoulême
  • Mémoire des Hommes, ministère de la guerre
  • Pendant la guerre 1914 : l’institutrice Jeanne Suraud nous raconte

Origine des textes

Ces huit textes de Madame Jeanne Suraud, institutrice à Vindelle durant la guerre 1914 -1918, m’ont été remis il y a quelques années par un jeune étudiant de Balzac, Mickaël Giraud, à la suite de ses recherches aux Archives Départementales.

Je demande instamment que cette origine soit mentionnée lorsque ces textes seront ou utilisés par le biais d’un autre média, à des fins scolaires, pour un usage privé ou public.

À Vindelle le 21 septembre 2007,
Jacqueline Gois, adjointe au maire, en charge de la Communication.

  • Gallica BNF
  • Patrick ESTEVE, ancien combattant, président de l’union départementale des médaillés militaires
  • AD16
  • PORTEJOIE François
  • Jean-Jacques BECKER, historien français, spécialiste d’histoire contemporaine, en particulier de la première Guerre Mondiale
  • Sud-Ouest
  • Wikipédia
  • Mes villages par la presse

1 commentaire pour La Grande Guerre en Charente (4) : la bataille des Charentais

  • avatar FILLOUX Yves

    Selon mes sources(ministère des armées)le nombre de victimes du 307 dont mon grand-père maternel est supérieur à 1100,d’autres sources donnent des chiffres très différents….Je pense que nous devrions faire des recherches et les recouper afin d’approcher au mieux la vérité
    Par ailleurs l’action du 307 demeure modeste quant aux résultats et n’a pas ou peu retardé l’avancée de Von Gluck ,ne pas oublier aussi l’erreur de l’État Major Français….

Laisser un commentaire

Vous pouvez utiliser ces balises HTML

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

  

  

  

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.