"Un homme n'est jamais tout à fait mort tant qu'il y a quelqu'un pour prononcer son nom" Antoine de SAINT-EXUPÉRY

Il y a 100 ans…

Janvier 1919

1er Allemagne : R. Luxemburg et K. Liebknecht fondent le parti communiste allemand.

12. Berlin : sanglante répression par les troupes gouvernementales de l’insurrection spartakiste.

14. L°Allemagne libère tous les prisonniers de guerre, les Alliés ne relâchent que les prisonniers malades.

15. Allemagne : assassinat de Rosa Luxemburg et Karl Liebknecht.

17. Naufrage du paquebot «Chaounia››, en route vers le Pirée; 185 disparus.

18. Versailles : ouverture de la conférence des Alliés en vue de la préparation du traité de paix.

19. Jules Védrines atterrit sur le toit des Galeries Lafayette.

23. Gand : réouverture solennelle de l°université française.

25. Paris : l°usine de munitions d’André Citroën, au quai de Javel, devient une usine d’automobile.

25. Les Alliés approuvent le plan du président américain Woodrow Wilson pour la fondation de la Société des nations.

27. Aviation : H. Roget et F. Coli traversent la Méditerranée en 5 heures.

30. Les Alliés avancent 10 milliards de francs belges à la Belgique.

NAISSANCES

5. Jacques Laurent, dit Cécil Saint-Laurent, écrivain français.

15. Maurice Herzog, alpiniste et homme politique français.

DECES

6. Theodore Roosevelt, homme d’Etat américain (* 27.lO.l858.

15. Rosa Luxemburg. théoricienne et propagandiste socialiste allemande (* 5.3.l87l).

15. Karl Liebknecht, propagandiste socialiste allemand (*l3.8.l87l).

 

Source :  Chronique du XXe siècle – Édition Larousse

 

 

 

13 mars 1569 : Les protestants français sont défaits à Jarnac

J'aime et je partage...

13 mars 1569 : Les protestants français sont défaits à Jarnac
Les armées catholiques et protestantes s’affrontent à Jarnac, près de La Rochelle, le 13 mars 1569, après que la reine Catherine de Médicis eut interdit le culte réformé (protestant) par l’édit de Saint-Maur (25 septembre 1568). Ainsi débute une troisième guerre de religion.
Les protestants, moins nombreux que les catholiques, sont commandés par Coligny et Condé, ainsi que par Jeanne d’Albret et son fils, le roi Henri III de Navarre (futur roi de France sous le nom d’Henri IV).
L’arrière-garde protestante, conduite par Coligny, est défaite par surprise. Condé tente de la secourir avec 300 cavaliers. Trop tard. Le prince, bien que blessé, se jette néanmoins dans la bataille. Contraint à la reddition, il relève sa visière et tend son épée à un gentilhomme catholique.
C’est alors que Joseph de Montesquiou, capitaine des gardes d’Henri d’Anjou, (futur Henri III), lui tire un coup de pistolet dans la tête à bout portant ! À cette mort par traîtrise s’ajoute la profanation : la dépouille de Condé, prince de sang, est juchée sur une ânesse et renvoyée de cette façon aux protestants.
Selon certains historiens, la perfidie de Montesquiou aurait inspiré l’expression : « coup de Jarnac ». Selon d’autres, celle-ci rappellerait le duel judiciaire entre le baron de Jarnac et le seigneur de La Chataîgneraie (1547).

Laisser un commentaire

Vous pouvez utiliser ces balises HTML

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

  

  

  

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.