"Un homme n'est jamais tout à fait mort tant qu'il y a quelqu'un pour prononcer son nom" Antoine de SAINT-EXUPÉRY

Il y a Cent Ans…

JUIN 1918

– 3. La Diète finlandaise accepte de ratifier un traité de paix avec l’Allemagne

– 4. Paris : Georges Clemenceau déclare à la Chambre : «Ne cédez à aucun prix. »

– 4. USA : l’armée américaine est mise un alerte car trois nouveaux navires ont été torpillés par des sous-marins allemands.

– 5. Moscou : on dit que 3 millions de marks auraient été offerts par Par l’ambassadeur allemand, W. von Mirbach, à des hommes politiques russes pour empêcher le gouvernement soviétique de passer dans le camp des Alliés.

– 11. Russie : création d’un comité de paysans pauvres chargé de procéder au partage des terres.

– 13. Arrêt des hostilités entre la Russie soviétique et la République autonome d’Ukraine.

– 15. Italie : l’offensive autrichienne. en Vénétie est repoussée.

– 17. Rumeurs : 40 millions de marks auraient été mis à la disposition du gouvernement soviétique par le ministre des finances allemand.

– 20. Autriche-Hongrie : début des émeutes et des grèves pour protester contre les difficultés de ravitaillement.

– 22. Le général français Charles Mangin arrête l’offensive allemande à 70 km de Paris.

– 26. La «Grosse Bertha» tire sur Paris.

– 28. Russie : le gouvernement soviétique nationalise les entreprises industrielles

– 30. Russie : l’armée rouge bat les cosaques dans le Sud-Ouest du pays.

NAISSANCE

– 27. Adolf Kieffer, nageur américain.

DECES

– 10.Arigo Boito, compositeur italien (*24.2.1848)

Chronique du XXe siècle – Édition Larousse

LA VIE A CONFOLENS AU XVIII° SIÈCLE

J'aime, donc je partage...

LA VIE A CONFOLENS AU XVIII° SIÈCLE

Au XVIII° siècle, Confolens était le rendez-vous d’une petite société élégante et polie qui subissait l’impulsion du grand mouvement philosophique de Paris, et qui s’associait à l’esprit du temps par sa curiosité un peu naïve sur toutes les questions à l’ordre du jour, par son enthousiasme pour la franc-maçonnerie et par son goût pour le théâtre de société.

Un des caractères les plus saillants de ses préoccupations, c’était de connaître ce qui se passait à Paris.

Aujourd’hui, nous sommes blasés sur la capitale, chacun connaît ses merveilles et tous les matins le journal nous apporte des nouvelles de la veille ; mais avant la Révolution, c’était chose pénible et difficile qu’un voyage à Paris; bien peu osaient l’entreprendre; on y songeait longtemps à l’avance et pour le plus grand nombre des déshérités, pour ceux qui vivaient et mouraient dans leur trou, sans en sortir, la poste n’apportait guère tous les huit ou dix jours que de rares et imparfaites nouvelles. Il fallait être l’élite de la société, avoir un goût prononcé pour les choses de l’esprit, ou bien avoir eu le bonheur d’y faire ses études, pour goûter les charmes d’une correspondance suivie avec Paris. C’était ordinairement par l’entremise des toucheurs de bœufs que cet échange de nouvelles avait lieu.

On sait que plusieurs fois par mois les bœufs étaient expédiés, par bandes, au marché de Poissy, sous la garde de conducteurs qui étaient, pour ainsi dire, les seuls commissionnaires du pays. Ils partaient et revenaient toujours chargés de lettres et de petits paquets, car la messagerie passait loin de nous et la poste faisait tant de détours que ce mode de correspondre était encore le plus prompt et le plus sûr.

D’après L. BABAUD-LARIBIÈRE, Eludes historiques et administratives.

Bulletin de la Société charentaise des études locales (1920) – Gallica.fr

1 commentaire pour LA VIE A CONFOLENS AU XVIII° SIÈCLE

  • On a du mal à imaginer ce genre de situation aujourd’hui à l’heure du TGV qui, en une heure et 15 minutes, nous conduit de Poitiers à Paris.

    La communication en long différé et loin d’être rigoureuse sur la véracité des faits et événements retransmis des jours après.

    Un bon article pour prendre la mesure de ce que c’était que vivre en province loin de la capitale… un eldorado en ce temps là !…

Laisser un commentaire

Vous pouvez utiliser ces balises HTML

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

  

  

  

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.