novembre 2017
L M M J V S D
« Oct   Déc »
 12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
27282930  
"Un homme n'est jamais tout à fait mort tant qu'il y a quelqu'un pour prononcer son nom" Antoine de SAINT-EXUPÉRY

Il y a Cent Ans…

JUIN 1918

– 3. La Diète finlandaise accepte de ratifier un traité de paix avec l’Allemagne

– 4. Paris : Georges Clemenceau déclare à la Chambre : «Ne cédez à aucun prix. »

– 4. USA : l’armée américaine est mise un alerte car trois nouveaux navires ont été torpillés par des sous-marins allemands.

– 5. Moscou : on dit que 3 millions de marks auraient été offerts par Par l’ambassadeur allemand, W. von Mirbach, à des hommes politiques russes pour empêcher le gouvernement soviétique de passer dans le camp des Alliés.

– 11. Russie : création d’un comité de paysans pauvres chargé de procéder au partage des terres.

– 13. Arrêt des hostilités entre la Russie soviétique et la République autonome d’Ukraine.

– 15. Italie : l’offensive autrichienne. en Vénétie est repoussée.

– 17. Rumeurs : 40 millions de marks auraient été mis à la disposition du gouvernement soviétique par le ministre des finances allemand.

– 20. Autriche-Hongrie : début des émeutes et des grèves pour protester contre les difficultés de ravitaillement.

– 22. Le général français Charles Mangin arrête l’offensive allemande à 70 km de Paris.

– 26. La «Grosse Bertha» tire sur Paris.

– 28. Russie : le gouvernement soviétique nationalise les entreprises industrielles

– 30. Russie : l’armée rouge bat les cosaques dans le Sud-Ouest du pays.

NAISSANCE

– 27. Adolf Kieffer, nageur américain.

DECES

– 10.Arigo Boito, compositeur italien (*24.2.1848)

Chronique du XXe siècle – Édition Larousse

Le Prieuré Saint-André à Mirebeau...

J'aime, donc je partage...

Historique :

Le clocher porche à l’Ouest

La construction de l’église remonte au XIe siècle mais elle fut en grande partie rebâtie au XIXe siècle dans un style néo-roman.

L’origine de sa fondation tient à la vente, en 1052, de l’évêque de Poitiers Isembert II à l’abbé de Bourgueil et à un de ses moines, d’une portion de 8 arpents de ses terrains (environ 350 ares) pour y établir un prieuré et son église. Cet ensemble communautaire à vocation religieuse placé sous l’autorité d’un prieur, dépendra de l’abbaye de Bourgueil.

L’archevêque de Tours, Barthélémi seigneur de Mirebeau a contribué par un don important à la fondation du prieuré ; l’église fut donc construite sur son emplacement actuel avec un enclos abritant un cimetière en s’étendant vers l’Est. Un fief don l’évêque, au XIIe siècle, avait un revenu annuel de 2000 livres… C’est aussi dans cette partie, au Nord-Est de l’église Saint-André que sera construite l’église Saint-Pierre qui dépendra de l’évêque de Poitiers. Ces deux églises seront d’ailleurs protégées par l’extension de la muraille probablement construite au XIVe siècle pendant les troubles de la guerre de Cent Ans, ce qui agrandit considérablement la ville vers le Sud comme le souligne le cadastre de 1813. Non loin sera construite la léproserie Sain-Jacques.

Le logis avec sa tour escalier

Le chevet côté Est

Ainsi, vers le milieu du XIe siècle, cette église constituait, avec son prieuré, cloître, ses hébergements et son cimetière, une véritable communauté autonome installée hors les murs, au sud des remparts de la ville. Il subsiste de cet ensemble, une belle salle capitulaire et un corps de logis du XIIIe siècle, avec sa tour d’escalier surmontée d’un clocheton pyramidale en pierre. Lors de la reconstruction, les murs gouttereaux ont été conservés ainsi que la charpente qu’ils supportaient, mais il ne reste plus aucune trace visible de l’ancien édifice.

Magnifique mise en valeur de la nef du narthex au chœur…

 

Descriptif…

La nef en pierres calcaires…

Bien que calquée sur le plan de l’ancienne priorale et reprenant sa disposition intérieure, l’église Saint-André apparaît comme un édifice entièrement du XIXe siècle. La construction de ses coupoles sur pendentifs constitue une prouesse architecturale, car elles furent élevées sans que l’ancienne charpente fût déposée… Mais ce souci d’économie est sans doute la cause de leur aspect surbaissé, retirant à la nef un élancement de grande ampleur. Pourtant le plan dessine 5 travées avec bas-côtés, transept, abside et absidioles en hémicycle, et c’est son tracé horizontal plutôt que ses élévations qui confère au vaisseau son allure imposante.

Du côté occidentale, un clocher porche forme narthex, et l’entrée se fait sous une tribune de pierre dont la balustrade finement ouvragée repose sur une corniche saillante portée par des modillons.

Bâtiment conventuel aile côté Est

Bâtiment conventuel aile côté Ouest

 

 

 

 

 

 

 

 

La salle capitulaire

La salle capitulaire en pierres calcaires date du XIII e siècle, elle est reliée à la priorale par une porte percée dans le bas-côté sud ouverte sur une petite galerie. La salle présente des dimensions modestes , mais l’espace est organisé selon des proportions remarquables. Au centre deux piliers circulaires assez maigres, couronnés de chapiteaux sobrement sculptés de motifs floraux dans lesquels apparaissent trois feuilles de trèfle, portent élégamment la retombée des arcs. Il sont au nombre de huit, les diagonaux, les doubleaux et les formerets dont les nervures concourantes reposent sur les piliers centraux et confèrent à l’ensemble l’allure d’un palmier. Couverte de 6 voûtes gothiques bombées, cette petite salle capitulaire ressemble à un écrin ; datée du XIIIe siècle, elle a fait l’objet de restaurations malencontreuses au XIXe.

 

 

Ce chapiteau représente une gorgone combattant à coups de crocs des serpents entrelacés. La facture en est soignée. Il s’agit d’une recréation typique du XIXe siècle, selon une école qui, à la suite de Viollet-le-Duc, savait remplacer les pièces abîmées en en retrouvant l’esprit. Il est néanmoins possible que ce otif soit la copie d’un chapiteau ancien.

 

 

Les nervures et arcs formerets diagonaux et doubleaux qui prennent appui su les murs latéraux de la salle capitulaire reposent sur des culs-de-lampe ouvragés, représentant des têtes grotesques ou des chimères langue pendante. Au nombre de douze, ces figurines sans doute endommagées ont été restaurées au plâtre, lors des travaux de consolidation de la salle au XIXe siècle. On peut toutefois penser que, bien inspirées de l’esprit gothique, elles reproduisent assez fidèlement les modèles anciens dont certains subsistent en partie.

 

 

 

Présentation extérieure

 

Laisser un commentaire

Vous pouvez utiliser ces balises HTML

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

  

  

  

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.