novembre 2017
L M M J V S D
« Oct   Déc »
 12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
27282930  
"Un homme n'est jamais tout à fait mort tant qu'il y a quelqu'un pour prononcer son nom" Antoine de SAINT-EXUPÉRY

Il y a Cent Ans…

Novembre 1918

1er. Allemagne : révolte des marins de la rade de Kiel.

3. Signature de l’armistice entre l’Autriche et les Alliés.

5. Allemagne : mouvement de grève générale.

7. Munich : le socialiste Kurt Eisner proclame la république des Conseils de Bavière.

8. La Roumanie déclare la guerre à l’Allemagne.

9. Allemagne : le mouvement révolutionnaire contraint l’empereur Guillaume II à abdiquer. Le chancelier Max de Bade démissionne.

9. L’empereur allemand Guillaume II s’exile aux Pays-Bas.

9. Allemagne : la République est proclamée.

11. Rethondes : signature de l’armistice : l’Allemagne capitule et restitue a la France l’Alsace-Lorraine.

11. Autriche : l’empereur Charles 1er abdique.

13. Armistice entre les Alliés et la Hongrie.

13. La Russie résilie le traité de Brest-Litovsk.

14. Pologne : Jozef Pilsudski devient chef d’État avec pleins pouvoirs dictatoriaux.

14. Tchécoslovaquie : Thomas Masaryk est élu président de la République.

17. Les Allemands évacuent Bruxelles.

21. Belgique : le roi Albert 1er rentre à Bruxelles. Un nouveau gouvernement est constitué.

21. Les dernières troupes allemandes évacuent l’Alsace-Lorraine.

25. France : Philippe Pétain entre dans Strasbourg.

NAISSANCE

9. Spyrou Agnopoulos, dit Spyrou Agnew. homme politique nord-américain.

DÉCÈS

10. Wilhelm Apollinaris Kostrowitsky, dit Guillaume Apollinaire, poète et romancier français (* 26.8. 880).

Chronique du XXe siècle – Édition Larousse

18 novembre 1890 : Le « toast d'Alger »

18 novembre 1890 : Le « toast d’Alger »
Le 18 novembre 1890, le cardinal Charles Lavigerie, archevêque d’Alger, prend prétexte d’une visite de l’escadre française de la Méditerranée dans sa ville pour lever son verre devant les officiers.
Le prélat, à 65 ans, jouit en France et dans le monde d’un immense prestige dû à son ouverture d’esprit et à son action missionnaire. Il a fondé les Pères blancs et les Sœurs missionnaires de Notre-Dame d’Afrique. Deux ans plus tôt, en 1888, il s’est aussi lancé dans une vigoureuse campagne contre l’esclavage…
Le pape Léon XIII souhaite en finir avec les querelles sans fin entre l’Église catholique et les dirigeants laïques de la IIIe République, qui divisent la France et empêchent les catholiques de participer à la vie politique de leur pays. Il fait donc appel au cardinal pour amorcer le Ralliement des catholiques au « gouvernement actuel de leur pays ».
C’est le fameux « toast d’Alger » :
« Quand la volonté d’un peuple s’est légalement affirmée, quand la forme d’un gouvernement n’a rien de contraire aux principes qui seuls peuvent faire vivre les nations chrétiennes et civilisées ; quand, pour tenter d’arracher son pays aux abîmes qui les menacent, il faut l’adhésion à cette forme de gouvernement, le moment vient de déclarer, enfin, l’épreuve faite et de sacrifier tout ce que la conscience et l’honneur ordonnent à chacun de nous de sacrifier pour le salut de la religion et de la patrie. C’est ce que j’enseigne autour de moi. Et ce que je souhaite voir enseigner en France par tout notre clergé et, en parlant ainsi, je suis certain de n’être désavoué par aucune voix autorisée ».
Mais avant que le toast n’ait produit la réconciliation attendue, l’Affaire Dreyfus va raviver la fracture entre militants catholiques et laïcs ! Il faudra encore beaucoup d’années, une quinzaine, avant que les extrémistes des deux camps ne laissent la place à une cohabitation de bon aloi, fondée sur la séparation des Églises et de l’État.

1 commentaire pour 18 novembre 1890 : Le « toast d’Alger »

  • Un problème politique et social récurrent : Les menées des affaires de l’État et leur échos chez les fidèles néanmoins citoyens de religions diverses, en l’occurrence, celle prépondérante à cette époque des catholiques.
    Louable initiative et honorables propos du cardinal Charles Lavigerie.

    Oui l’affaire Dreyfus dès 1894 allait diviser les français et la position des catholiques soutenant les antidreyfusards ne pouvait qu’être néfaste à un rapprochement entre laïcs et catholiques.
    http://www.mirebalais.net/article-3161662.html

    Et la loi de 1905 sur la séparation de l’église et de l’État, si elle clarifiait la légitimité des uns et des autres sous leurs bannières respectives, permettant la cohabitation, n’a non plus évité les excès parfois haineux dans moult communes où maire républicain et membre du clergé s’affrontaient âprement, la moindre affaire publique ou cléricale étant source de litiges.

Laisser un commentaire

Vous pouvez utiliser ces balises HTML

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

  

  

  

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.