avril 2015
L M M J V S D
« Mar   Mai »
 12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
27282930  
"Un homme n'est jamais tout à fait mort tant qu'il y a quelqu'un pour prononcer son nom" Antoine de SAINT-EXUPÉRY

Il y a 100 ans…

Mars 1919

1er. La Belgique se met à l’heure d’été.

1er. Henri Farman est autorisé à établir une liaison aérienne entre Bruxelles et Paris.

3. Pologne : le gouvernement demande à l°Allemagne la reconstitution des frontières

polonaises de 1772.

3. Berlin : le Parti communiste allemand appelle à la grève générale.

4. Moscou : fondation par Lénine de la IIIe Internationale, dite Internationale communiste.

4. France : le Sénat ratifie la loi autorisant les époux divorcés et remariés à divorcer une deuxième fois.

9. Bruxelles : premier match de football d’après-guerre : Belgique et France à égalité : 2 à 2.

10. Le conseil des Alliés est favorable à l’intégration à la Belgique des villes d’Eupen et de Malmédy.

13. La Grande-Bretagne cesse de soutenir le franc sur le marché des changes.

15. France : l’anarchiste Louis Cottin, auteur de l’attentat contre Georges Clemenceau. est condamné à mort par le Conseil de guerre.

2l. L’Allemagne commence à livrer sa flotte commerciale aux Alliés.

21. Hongrie : le Parti communiste hongrois, dirigé par Bela Kun, prend le pouvoir à la faveur d’une insurrection révolutionnaire.

23. Italie : Benito Mussolini fonde le mouvement italien fasciste (« Fasci di Combattimento »).

25. David Lloyd George, se démarque de la position française sur l’Allemagne.

27. Belgique : à la Chambre début des débats sur le suffrage universel.

31. France : entrée en vigueur de la loi sur les pensions de guerre.

31. Allemagne : insurrection révolutionnaire dans la Ruhr.

 

Source :  Chronique du XXe siècle – Édition Larousse

Les vertus de l’huile d’œuf... pour être belle au XVIIe siècle...

J'aime et je partage...

…et se conserver un teint de perpétuelle jeunesse…

images

Matière à préparation … Il n’y a plus qu’à cuire dans l’eau et suivre scrupuleusement les explications dans le texte ci-joint.

Pour cette préparation il faut des œufs de sept ou huit jours et non pas plus frais, parce qu’étant trop visqueux l’huile ne s’en séparerait pas bien. On les fera bouillir dans de l’eau jusqu’à ce qu’ils soient durs, on en séparera la coquille et le blanc, on émiera le jaune dans une terrine qu’on placera sur un petit feu, on agitera la matière par une espatule ou avec un bistortier jusqu’à ce qu’elle rougisse un peu et qu’il en sorte comme de la moelle fondue ; on la mettra alors dans un sac de toile de chanvre forte et on l’exprimera le plus fortement que l’on pourra entre des plaques bien chaudes et il en sortira une huile jaune qu’on gardera.

L’huile d’œuf est propre pour adoucir la peau, pour se conserver un teint de perpétuelle jeunesse. Cette huile est souveraine pour effacer les rides, les cicatrices, pour remplir les cavités de la petite vérole. Elle soulage la douleur des brûlures. Elle adoucit les crevasses du sein qu’elle régénère. Il suffit de s’en oindre généreusement sur une peau décrassée préalablement à l’esprit de vin et de renouveler l’application autant de fois qu’on voudra pour en avoir de probants résultats.

Quand on veut rendre l’huile d’œuf blanche et lui ôter l’odeur d’empyreume que le feu lui a donné, il faut l’exposer à la rosée de la nuit et du matin pendant le mois de mai, l’agitant de temps en temps et continuer douze ou quinze nuits.

On chauffe et l’on dessèche les jaunes d’œufs durcis avant que de les presser afin d’en faire dissiper l’humidité aqueuse qui empêcherait que l’huile ne se séparât, mais il faut prendre garde que ce soit par un feu modéré, car si l’on y donnait une chaleur trop grande, la matière se brûlerait en sorte que l’huile qu’on en tirerait serait brune et elle sentirait trop le rôti ; les marques que les jaunes d’œufs sont suffisamment desséchés sont quand il n’en sort plus de vapeur et qu’ils commencent à se mettre en écume, il faut alors les mettre promptement à la presse.

Si après que l’huile jaune a été exprimée, on retire le marc des œufs de la presse, qu’on le réduise en poudre et qu’on le raréfie par un feu un peu plus fort qu’auparavant le remuant toujours avec un bistortier il se mettra alors en écume à cause d’une humidité visqueuse qu’il contient, il faudra alors le mettre chaudement à la presse et il en sortira une huile brune qui sentira plus l’empyreume que la précédente et qui sera moindre en vertu parce qu’elle aura été moins raréfiée. Quelques uns arrosent la matière avec de l’esprit de vin avant que de la mettre à la presse pour en rendre l’huile claire ou moins épaisse, mais c’est de l’esprit de vin perdu parce que la chaleur le fait entièrement dissiper en l’air, de plus l’esprit de vin ne convient guère aux qualités de l’huile d’œuf.

SourceL’art de se bien porter, Paris, avec approbation et privilège du roi,

Chez Flandin rue de la Harpe, près les Fossés Saint Jacques, 1683

Ah… Jeunesse !

Jean-Marie Bouzy

3 commentaires pour Les vertus de l’huile d’œuf… pour être belle au XVIIe siècle…

Laisser un commentaire

Vous pouvez utiliser ces balises HTML

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

  

  

  

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.