avril 2011
L M M J V S D
« Mar   Mai »
 123
45678910
11121314151617
18192021222324
252627282930  
"Un homme n'est jamais tout à fait mort tant qu'il y a quelqu'un pour prononcer son nom" Antoine de SAINT-EXUPÉRY

Il y a 100 ans…

JUIN 1919

  • 1er. Berlin : le cadavre de Rosa Luxemburg, est retrouve dans le canal «Landwehr»
  • 3. Paris : les ouvriers du métro en grève paralysent la ligne nord-sud. Les grévistes organisent un meeting au bois de Boulogne.
  • 4. Les citoyens américains d’origine allemande organisent une collecte pour le Secours populaire allemand.
  • 4. Traité de paix entre les Alliés et la Hongrie.
  • 6. Italie : les fascistes publient leur manifeste.
  • 7. Francfort : ouverture de la première grande exposition du peintre Max Beckmann.
  • 15. USA : Charlie Chaplin présente «Une idylle aux champs ››.
  • 15. Premier vol transatlantique : les aviateurs Alcock et Brown réalisent la traversée victorieuse.-›
  • 15. Belgique : remise en service du navire école «De Smet de Nayer ››.
  • 16. Les Alliés rejettent les contre-propositions allemandes aux conditions de paix.
  • 19. France : grève des mineurs.
  • 20. Allemagne : le chancelier du Reich, P. Scheidemann, se retire. Il n’est pas prêt à signer le traité de paix avec les Alliés. G. Bauer lui succède.
  • 21. Écosse : la flotte allemande se saborde dans la baie de Scapa Flow.-›
  • 23. Face aux menaces de Georges Clemenceau, l’Assemblée nationale allemande se déclare prêtre à signer sans conditions le traité de Versailles.
  • 26. France : le Sénat vote la loi de réforme électorale.
  • 28. La délégation allemande signe le traité de paix de Versailles dans la galerie des Glaces.
  • NAISSANCES
  • 21. Guy Lux, animateur de télévision.
  • l9. Louis Jourdan, acteur français.
  • Source :  Chronique du XXe siècle – Édition Larousse

J’ai de la chance….

J'aime et je partage...

Je n’ai pas eu le bonheur de connaître mes grands parents, ils sont partis trop tôt et je suis arrivé trop tard. Enfant, toute ma famille se résumait à mes parents plus un oncle et deux tantes. Avec le temps j’ai eu la joie de faire la connaissance de deux cousins germains. L’un d’eux s’en est parti mais il me reste encore mon petit cousin bien qu’il approche de la soixantaine.  Aujourd’hui j’ai des cheveux blancs, j’ai mis il y a de cela quelques années le petit bout du doigt dans la généalogie. La main y est passée, ensuite le bras et je suis maintenant tombé tout entier au fond du tonneau partageant avec d’autres le même sort.

Je savoure le temps présent qui me permet de déguster celui du passé. Les voyages, la course aux horaires, tout cela j’ai connu. L’errance des déplacements de ma vie professionnelle ne m’intéresse plus. Avec la généalogie j’ai découvert autre chose, voyager dans le temps, retrouver mes ancêtres, découvrir avec eux leurs traditions, leur cadre de vie, les comprendre. Savoir d’où je viens.

Tout ce temps passé, je ne le fais pas pour moi seul, je le destine à ceux qui me suivent, mon fils, mes neveux et nièces. Eux, pris leur quotidien ne peuvent s’en occuper, mais ils savent que je m’en charge et ils sont friands de savoir tout ce qu’ils entrevoient de la famille qu’ils continuent de faire vivre avec leur jeune descendance. Il n’y a que ma belle sœur qui soit d’un avis différent. Elle dont le parcours professionnel ne souffrait qu’aucun de ses élèves n’émettent la moindre critique sur ses méthodes pédagogiques, campée dans ses certitudes, me rabaisse à la réalité de ceux que l’on plaçait de mon temps d’écolier, tout au fond de la salle de classe… là tout près du poêle à bois (plus tard à coke) qu’il fallait recharger à la récré… « Tes  recherches… ? », tu parles… tu ne fais que recopier !  D’ailleurs, tout est fait… les mormons s’en sont occupés et si tu vas sur internet, tout y est, tu cliques et tu as tout dans l’instant… Alors, tes recherches…. » (Gros, énorme point de suspicion, ce nouveau signe de ponctuation compris entre l’interrogation et l’exclamation).

Oui, je recopie comme un plumitif besogneux et lorsque je le fais, c’est que j’ai de la chance, la chance de pouvoir le faire. Ceux qui explorent le temps savent que la tenue des registres laisse parfois à désirer. Lorsque je recopie, je me dis que j’ai échappé à l’énorme tache d’encre qui noie à jamais le lien que je soupçonne même si parfois j’utilise les ressources d’un logiciel de retouches de photos pour tenter de faire ressurgir le texte perdu, effacé dont l’encre pâlie est toute entière absorbée dans le papier. Ces multiples manœuvres me prennent du temps, je ne suis pas persuadé que les mormons ont déployé le même intérêt que moi pour ramener à notre connaissance ceux qu’une maladresse ont égaré dans la nuit de l’intemporalité.

*** Oui, j’ai de la chance aussi d’avoir pu recopier un acte entier, sans que quelque trou dans le papier là tout juste au bon endroit ne perde le patronyme recherché, la date de l’évènement… *** Cela, tous ceux qui s’adonnent à ces recherches le savent. Et je ne parle même plus de la graphie instable du scripteur, ce qui fait dire au fonctionnaire de la mairie refusant de donner connaissance du document sur le prétexte qu’il ne sait le déchiffrer n’en ayant pas reçu la formation ! Prétexte certes, tout comme les obstacles rencontrés pour d’autres motifs, manque de temps, rtt, congé, attente du décret d’application sur l’abaissement de la règle des cent ans à soixante quinze ans, dont on ne veut pas entendre parler et que bientôt on reportera à ce qu’il était avant pour détricoter ce qui a été fait.

Oui j’ai de la chance de retrouver nombre de mes ancêtres, mais j’enrage de ne pas connaître la date exacte du décès de mon grand père paternel à raison de l’obstination de l’employée de mairie qui se refuse de me permettre de consulter la table décennale des décès, même si j’apporte tous les éléments prouvant ma filiation. Le motif est des plus futiles, elle doit vérifier mes dires, mais faute de crédits, elle ne peut le faire n’en ayant pas reçu la formation ! Certes, cela ne m’empêche pas de vivre, mais j’enrage de ne pas savoir alors que c’est là… tout proche.

Que dire d’autre ? J’ai aussi de la chance de retrouver ceux que je cherche lorsqu’ils sont là bien inscrits au milieu de la page du registre et non tout au bas en très petits caractères quand ils ne sont à jamais victimes d’une seconde mort, elle d’une disparition définitive de la mémoire par une mauvaise pliure, un bas de page déchiré, un manque au registre par un arrachement accidentel. Oui, j’ai encore de la chance de pouvoir lire l’évènement de leur vie, eux qui ne se trouvent pas dans le coin supérieur gauche ou droit du registre qui a subi l’assaut des dents ravageuses des rongeurs lorsque ces « vieux papiers » mal entreposés, n’intéressaient personne. Oui j’ai aussi de la chance, car le registre sur lesquels je les retrouve a échappé aux effets dévastateurs de l’humidité, des salissures d’une inondation. Oui j’ai encore de la chance car le registre existe encore… Ce que ma belle sœur ignore malgré le ton doctoral de son expression c’est que fouiller dans les archives de Paris, c’est rencontrer l’incendie de l’Hôtel de Ville de la capitale au temps de la Commune en 1871, c’est travailler ailleurs sur des archives très parcellaires reconstituées avec toute l’opiniâtreté ce ceux qui se sont efforcés avec leurs moyens de les reconstituer. Le siège de la ville de Soissons en 1814, l’incendie qui en résulte, la perte des archives, qui s’en soucie aujourd’hui ? Là, j’y ai aussi des ancêtres et je témoigne de ma reconnaissance à ceux qui m’ont permis de retrouver leurs traces. Que dire de ces autres localités détruites, anéanties durant les guerres… Lorsque je fouille dans une région dont l’Histoire (la grande) rejoint la mienne, je me dis que j’ai encore de la chance d’avoir échappé à toutes ces destructions, l’exemplaire du greffe seul est encore consultable et je peux ainsi renouer avec ceux que je fais revivre.

Oui, j’ai de la chance. J’ai la chance parfois de découvrir de véritables tables analytiques tout comme celles postérieures à 1806, tenues par quelque prêtre zélé, conscient de l’importance de ce qu’il faisait. Une très petite localité de l’Aisne, Bassoles, porte témoignage de mon propos. Un des registres des BMS des AD de Laon tient un exact décompte très renseigné des personnes nées, décédées et mariées entre 1771 et 1807, le temps de la présence de ce prêtre dans cette Paroisse devenue Commune, jusqu’à son propre décès. Quel bonheur de retrouver cela aujourd’hui ! Quelle chance nous avons aussi de disposer d’archives, très correctement conservées par une administration qui s’en soucie et de nous trouver dans un pays où l’on puisse si aisément les consulter.

Jean Marie Bouzy

6 commentaires pour J’ai de la chance….

  • avatar MARTIN

    Merci pour ces mots, J’avais l’impression au début de « gonfler » mes intelocuteurs (j’ai commencé la généalogie de ma famille il y a 3 ans seulement). Après les noms (je suis arrivé avec le travail de certains généalogistes et internet sous Henri IV), il y a les lieux, et dans ces lieux des histoires à raconter.
    C’est une approche complémentaire, j’ai pu ainsi retrouver et me rendre à la ferme ou demeuraient mes A.A.grands parents dans les années 1870…..
    Mes enfants sont maintenant plus attentifs et l’espère que mes petits-enfants conserveront ce patrimoine temporel du passé de leur ancêtres.
    Bien amicalement.
    Henri

  • avatar monique Fonvillars

    Bonjour,

    Vous avez aussi une autre chance, celle de pouvoir exprimer d’une manière extraordinaire ce que beaucoup d’entre nous ressentent mais ne savent le dire avec autant de verve.

    Amicalement

    MoniqiueF.

  • avatar guillon

    Comment pourrait-on ne pas croire à la chance. L’an prochain, je fêterai mes 20 ans (pour la 4ème fois) et mes quinze années passées en recherches généalogiques m’ont fait découvrir que mes parents étaient cousins par deux fois, éloignés, certes, ils ne le savaient certainement pas. Il en est de même de mes grands-parents paternels, qui l’étaient à trois reprises, illustrant ainsi la formule: « nous sommes tous cousins »
    Que de découvertes encore en perspective!….Reconstituer un patrimoine qui s’est éparpillé au fil des successions, ce n’est pas Internet qui me l’apprendra.
    Merci de nous rappeler ce travail de fourmi.
    Amicalement
    Joêl

  • avatar Jean-Pierre Naud

    Bonjour,

    Voilà des propos que je partage pleinement et qui sont fort bien écrits.
    Oui, comme vous je suis souvent émerveillé. Oui, comme vous, je dis aussi que j’ai de la chance.
    Mais vous savez, dans toute famille il y a une ou des personnes qui ne comprennent pas notre démarche de généalogiste. Ce fut le cas dans la famille de mon épouse…jusqu’à ce que je « prouve » à certains de mes beaux-frères, âgés de plus de 60 ans, que leur père avait une soeur jumelle… ce qu’ils ignoraient !
    Alors, ils se sont posés des questions…et du même coup,mes recherches « inutiles » ont commencé à avoir un sens pour eux.
    Bien cordialement
    Jean-Pierre Naud

  • avatar Jeannine Scour

    Bonjour,
    Jean-Marie je me retrouve dans tous ces mots, j’ai moi aussi des personnes autour de moi qui me regardent avec des yeux ronds lorsque je parle généalogie.
    Cela ne fait pas très longtemps (9 ans) que je me suis attelée à cette tâche gigantesque mais passionnante. Grâce à cela j’ai trouvé du côté de ma mère un cousin proche puisque son grand-père et mon AGP étaient frères. Je n’avais rien de ce côté là ce cousin m’a amené une très grande partie de la branche et moi quelques photos. Nous habitons à 50 km l’un de l’autre et sommes en contact très souvent. Ce jour là moi aussi j’ai eu une énorme chance. Et ce cousin s’appelle Jea-Marie comme vous !!!
    Très amicalement
    Jeannine

  • avatar isabelle gestin

    bonjour
    quelle lecture intéressante!! vous savez employer le mot juste qui résume sans nulle doute le sentiment de chacun!! Je suis dans le même état d’esprit que le vôtre: combien de fois me suis-je surprise à remercier (qui?) en découvrant un acte tant convoité?
    Et ce que votre belle-soeur oublie- en dehors de l’épanouissement intellectuel que procurent ces recherches- c’est la richesse des rencontres, le partage, l’amitié, la confiance, en un mot, l’aventure humaine sans son sens le plus large… et ça vaut largement toutes ses certitudes !!!!!!!!!!!!!!!!
    Je vous dis merci à vous aussi… amicalement isabelle

Laisser un commentaire

Vous pouvez utiliser ces balises HTML

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

  

  

  

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.