janvier 2011
L M M J V S D
« Déc   Fév »
 12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
31  
"Un homme n'est jamais tout à fait mort tant qu'il y a quelqu'un pour prononcer son nom" Antoine de SAINT-EXUPÉRY

Il y a Cent Ans…

Novembre 1918

1er. Allemagne : révolte des marins de la rade de Kiel.

3. Signature de l’armistice entre l’Autriche et les Alliés.

5. Allemagne : mouvement de grève générale.

7. Munich : le socialiste Kurt Eisner proclame la république des Conseils de Bavière.

8. La Roumanie déclare la guerre à l’Allemagne.

9. Allemagne : le mouvement révolutionnaire contraint l’empereur Guillaume II à abdiquer. Le chancelier Max de Bade démissionne.

9. L’empereur allemand Guillaume II s’exile aux Pays-Bas.

9. Allemagne : la République est proclamée.

11. Rethondes : signature de l’armistice : l’Allemagne capitule et restitue a la France l’Alsace-Lorraine.

11. Autriche : l’empereur Charles 1er abdique.

13. Armistice entre les Alliés et la Hongrie.

13. La Russie résilie le traité de Brest-Litovsk.

14. Pologne : Jozef Pilsudski devient chef d’État avec pleins pouvoirs dictatoriaux.

14. Tchécoslovaquie : Thomas Masaryk est élu président de la République.

17. Les Allemands évacuent Bruxelles.

21. Belgique : le roi Albert 1er rentre à Bruxelles. Un nouveau gouvernement est constitué.

21. Les dernières troupes allemandes évacuent l’Alsace-Lorraine.

25. France : Philippe Pétain entre dans Strasbourg.

NAISSANCE

9. Spyrou Agnopoulos, dit Spyrou Agnew. homme politique nord-américain.

DÉCÈS

10. Wilhelm Apollinaris Kostrowitsky, dit Guillaume Apollinaire, poète et romancier français (* 26.8. 880).

Chronique du XXe siècle – Édition Larousse

Le Père Cent ...

J'aime et je partage...

Voilà un peu plus d’un mois que le Père Noël accomplissait sa grande tournée des chaumières  …

Et voici que, quelques jours avant la Chandeleur, nous parviennent ici,  moult avis de « passage d’arme à gauche« *  du Père Cent !…

Une abondance de « faire-part » hauts en couleurs et de tous âges, provoquée par une annonce  de notre ami Guy Delousme lequel a tiré (au flanc) en premier …

Émotions chez les Biffin ! …

SOUVENIRS  DE NOS VINGT ANS !

Un Avis datant de 1900 transmis par Annie Meslier

Un Avis datant de 1900 transmis par Annie Meslier

Pc3-de-Annie-MelierLe « Père Cent » : Bidasse ! plus  que cent jours au jus ! …

Les appelés sous les drapeaux se devaient de célébrer en grande pompes les funérailles de ce «  père cent », véritable ectoplasme qui planait au dessus des casernes. L’humour est toujours de rigueur, jeux de mots faciles ou alambiqués : chacun contribue à sa manière à cette célébration. Le but avoué de cette communication est de pouvoir célébrer dignement, et de collecter l’argent du festin auprès de leur entourage.

Ces «  faire part » sont les témoignages  graphiques et tellement expressifs de leur créativité où le désespoir se lit quelquefois sous un humour tenace qui rappellera l’almanach Vermot.

NB : Pour faciliter leur lecture, en cliquant sur les documents  de part et d’autre, et ci-dessous, vous obtiendrez l’image agrandie, de chacun, dans une nouvelle fenêtre .

Pascal Baudouin  nous dit : « Le Père Cent ! Rendez vous  redouté des cadres de service , car le « père cent » était souvent l’occasion d’une grosse fête et d’un feu d’artifice de bière ! »

On  a aussi quelquefois célébré  la mort  du « Père Cinquante » , encore plus près de « la quille » ! Jean Pierre N. nous apporte son témoignage Allemagne, 1970 :

Pc1-Jpnaud

"Père Cent" transmis par Jean-Pierre Naud ...

Pc2-Jpnaud

"Père Cinquante" transmis par Jean-pierre Naud

Le  marsouin : élite de l’infanterie de Marine, plus amphibien que cétacé ; il a souvent le gosier sec car il opère en zone chaude ! André Brun, nous a communiqué ces trois « documents » à suivre qui en attestent …

Pc-Brun-A-

"Père Cent" transmis par André Brun

Pc2-Brun-A

"Père Cent" transmis par André Brun

Pc3-de-Brun-A-jpg

"Père Cent" transmis par André Brun

Jean-Jacques Nevin nous éclaire sur le sujet :

« Le Père cent est né au moins  avant 1940, Celui que j’avais évoqué « laissez les sous venir » datait de 1937.Un ouvrier de mon père l’avait envoyé du 4e Zouave à Mourmelon en 1937.Il faisait, hélas, partie de ces classes ,appelées pour deux ans, qui étaient libérables au moment de la déclaration de guerre en 1939 et ont continué leur service. Certains comme celui dont je parle y sont morts. Lui c’est le 23 mai 1940 dans la poche de Dunkerque. D’autres sont partis prisonniers en Allemagne et sont revenus huit ans après !…Parfois avec des enfants de cet âge à leur foyer qu’ils n’avaient jamais vus. Ils étaient nés en 1917.18.19. et sont de moins en moins nombreux.

Personnellement, en 1951 en Algérie nous avons fêté le « père cent » mais sans envoi de faire-part. »

Jean Delage précise :

« Pour ceux d’Algérie ,au début des « évènements » il n’y avait pas de « père cent » pour la bonne raison :  notre libération  a été repoussée plusieurs fois. J’ai appris la fin en rentrant de mission. je n’ai pas trainé dans le coin !

Gilbert Naffrechoux a lui aussi des souvenirs : « J’ai retrouve le faire part de ma classe ,en Allemagne » …

PC-gilb-Na

"Père Cent" transmis par Gilbert Naffrechoux ...

Quille-de-marcel-Bardet-2

Photos d'une quille transmise par Marcel Bardet

Quille-de-Marcel-Bardet

Photos d'une quille transmise par Marcel Bardet

A propos de « La  QUILLE », explique Marie Jeanne Durand Saint-Omer, c’était le bateau qui ramenait les forçats libérés de Cayenne à la fin du 19ème siècle .  « La quille »   était le symbole de la liberté retrouvée.  Symbole qui a été repris plus tard par l’armée ; les  libérables confectionnaient  pour cet événement leur QUILLE , le plus joliment décorée…à leur goût .

et Patrice Lucquiaud de renchérir : S’agissant de la quille, ce que vous dites est exact…Et on peut  ajouter à cela l’expression « prendre ses jambes à son cou » ou bien en argot ses « quilles » pour détaler … Et le bidasse d’imager cela en se parant d’un collier auquel pend une quille  parfois confectionné en cuivre dans une balle de MASS 36 (-52) ou du fusil américain à chargeur de 9 balles  GARAND.

Il y a aussi l’exclamation ! « la quille Bordel ! » ( J’ai entendu et aussi crié cela …)  la connotation est quelque peu virile si l’on pense que pour calmer les ardeurs des jeunes recrues , on mettait du bromure dans le vin … d’où après avoir fini son temps d’armée l’espoir restait au « biffin »,  n’étant plus soumis à ce procédé de  retrouver sa forme (osons nous, ici,  imaginer ce, à quoi la quille est assimilée…)

Chroniques Météo de l’hiver 56 :

S’engage une conversation entre Guy Clément,Jacques Baudifieret Michel Basly :

– Tiens , dit Jacques Baudifier, un mécano d’aviation ?
En 1956, j’étais à la BA de Mourmelon.
– J’y ai fait trois ans, dit Guy Clément …… mais un peu plus tard, en 1969…
– En février 1956, j’étais à la 12° escadre de chasse Cambrai-Epinoy….il ne faisait pas chaud pendant les classes ! rétorque  Michel Basly.
– Effectivement,confirme jacques,j’ai quitté Toulon le premier février,il faisait froid, aux alentours de Zéro, mais sans plus… le Lendemain, à Aix en Provence : vague de froid, moins 10°, mais, trois jours après, j’étais à Aulnat (Clermont ferrant) et la température est descendue jusqu’à -30°!-J’y suis resté un mois…

De retour à la vie civile, on retrouve la liberté, ses excès et l’on célèbre encore : ode à la quille !

Pc1GePied

"Père Cent" transmis par Gérard Piedebout

Pc2GePied

Magnifique Ballade transmise par Gérad Piedebout

Pc3GePied

"De la vie militaire et de ses conséquences" transmis par géard Piedebout

Hélas, la libération prochaine,  pour certains camarades, ce ne fut pas l’occasion de faire la fête, comme nous l’évoque, ici, Joël Guillon …

« J’ai eu ce privilège, si je puis m’exprimer ainsi, de fêter le Père Cent en Août 1954 et ma libération 3 mois après, non sans subir quelques tracasseries disciplinaires pour des motifs futiles. La quille, c’était celle du bateau qui nous ramenait vers la France en Octobre1956 après cette période de rappel qui a duré 6 mois, mais certains de ceux qui nous accompagnaient à l’aller, avaient perdu la vie et fait pleurer des fiancées, des épouses et parfois des enfants ».

A son tour, Héloïse Badinand qui a retrouvé les « précieuses reliques » qui suivent, dans la cantine souvenir de ses parents, explique :

« Étant pourtant d »une famille d’officiers, je n’avais jamais entendu parler de  cette « fête ».je ne sais d’ou vient ce faire part, mais grace à lui, et à vous tous,on s’instruit et ,j’ai appris par mes petits enfants qui m’ont aidée à fouiller,  que le « Père Cent » était fété, de nos jours, dans leur lycée par les bacheliers.Comme quoi, rien ne se perd… »

Pc2-de-H

"Père Cent" transmis par Héloîse Badinand

Pc3-de-H

"Père Cent" transmis par Héloîse Badinand

Et quand il s’agit de se se faire « la belle » …  2ème classe Lucquiaud « taulard »  Quartier Fayolle Angoulême 1963

File1402 File1402aFile1402b


Mesdames, après cela, reconnaissez que l’Armée ça vous rend un homme « mur » !…

Merci à Marie-Jeanne Durand Saint-Omer  pour cette croustillante compilation des « Père Cent » remis gracieusement par nos amis colistiers du Forum CGCP .

3 commentaires pour Le Père Cent …

  • avatar Claude Thibault

    Je viens de publier dans la revue Le Vieux Papier, organe trimestriel de l’association eponyme, un article sur Le Pere Cent dans les troupes coloniales au milieu des années 50. Je possede quelques faire-part de cette époque et démarre une collection de ces documents. Un interet pour vous ?

  • avatar Lecourt

    J’ai un faire part datant de juin 1937 (Villacoublay). Si vous êtes intéressé je peux vous l’envoyer. Quelle est l’adresse email ?

    Cordialement,
    Dominique Lecourt

  • A propos de : « passer l’arme à gauche » il faut savoir que cette locution provient du langage militaire. Au XVIIe siècle, quand les soldats devaient charger leur fusil, ils le tenaient de la main gauche, afin de pouvoir utiliser leur main droite et être plus à l’aise. Cependant, les mouvements à effectuer étaient longs et nombreux, laissant les soldats très vulnérables. « Passer l’arme à gauche » pouvait donc à ces occasions être synonyme de mourir. De plus, lors des funérailles avec les honneurs militaires, les soldats passaient leur arme à gauche, canon vers le sol, en signe de deuil et de respect envers le défunt. Enfin, le mot « gauche » a toujours eu une connotation négative.
    Définition « Internaute encyclopédie« 

Laisser un commentaire

Vous pouvez utiliser ces balises HTML

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

  

  

  

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.