juin 2010
L M M J V S D
« Mai   Juil »
 123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
282930  
"Un homme n'est jamais tout à fait mort tant qu'il y a quelqu'un pour prononcer son nom" Antoine de SAINT-EXUPÉRY

Il y a 100 ans…

JUIN 1919

  • 1er. Berlin : le cadavre de Rosa Luxemburg, est retrouve dans le canal «Landwehr»
  • 3. Paris : les ouvriers du métro en grève paralysent la ligne nord-sud. Les grévistes organisent un meeting au bois de Boulogne.
  • 4. Les citoyens américains d’origine allemande organisent une collecte pour le Secours populaire allemand.
  • 4. Traité de paix entre les Alliés et la Hongrie.
  • 6. Italie : les fascistes publient leur manifeste.
  • 7. Francfort : ouverture de la première grande exposition du peintre Max Beckmann.
  • 15. USA : Charlie Chaplin présente «Une idylle aux champs ››.
  • 15. Premier vol transatlantique : les aviateurs Alcock et Brown réalisent la traversée victorieuse.-›
  • 15. Belgique : remise en service du navire école «De Smet de Nayer ››.
  • 16. Les Alliés rejettent les contre-propositions allemandes aux conditions de paix.
  • 19. France : grève des mineurs.
  • 20. Allemagne : le chancelier du Reich, P. Scheidemann, se retire. Il n’est pas prêt à signer le traité de paix avec les Alliés. G. Bauer lui succède.
  • 21. Écosse : la flotte allemande se saborde dans la baie de Scapa Flow.-›
  • 23. Face aux menaces de Georges Clemenceau, l’Assemblée nationale allemande se déclare prêtre à signer sans conditions le traité de Versailles.
  • 26. France : le Sénat vote la loi de réforme électorale.
  • 28. La délégation allemande signe le traité de paix de Versailles dans la galerie des Glaces.
  • NAISSANCES
  • 21. Guy Lux, animateur de télévision.
  • l9. Louis Jourdan, acteur français.
  • Source :  Chronique du XXe siècle – Édition Larousse

Vacances d'autrefois ...

J'aime et je partage...

Les congés payés… voilà un peu plus de 74 ans qu’est entrée en application la loi donnant droit aux congés payés à tous les travailleurs …

Imaginez la révolution que cela a pu être pour toutes ces familles qui, jusqu’à cette date du 7 juin 1936, n’envisageaient aucunement la possibilité de partir en vacances…

Ma mère, mon père, ma grand'mère paternelle, un ami de la famille et moi en barboteuse...

1946 : ma mère, mon père, ma grand-mère paternelle, une amie de la famille et moi en barboteuse...

Même pour les plus humbles, se retrouver avec du temps libre pour soi, les siens proches et ses amis, fut une source de grandes joies…

A l’occasion des 70 ans de cet événement qui a profondément bouleversé notre mode de vie, pendant toute une semaine, le J.T. de 13H  de TF1  a consacré une rubrique sur ce droit aux vacances pour tous avec retour sur images des vacances autrefois… Sympa !…

Avant guerre, sur la plage : mon père à droite, un ami et la chienne Bobbie

Avant guerre, sur la plage : mon père à droite, un ami et la chienne Bobbie ... Remarquez le "look" du maillot de bain homme ...

Mon père et ma mère fin des années "40" ...

Mon père et ma mère fin des années "40" ...

Ne voulant pas rater cette occasion, moi qui aime tant les chroniques du temps jadis, j’ai retrouvé quelques vieilles photos jaunies de ma famille pour illustrer ce petit article… Avec elles, des souvenirs resurgissent du passé…

Tenez parmi ceux-ci, celui-là encore chaud dans ma mémoire…

Ma mère, le chat Bibi, le Citron H repeint en blnc et son auvent ...

Ma mère, le chat Bibi, le "Citron H" repeint en blanc et son auvent ...

Mon père* (Ce héros … bientôt on va les fêter ces papas !…) , mon père  écris-je donc, était un original , inventif … A la fin des années  « 50 » il avait acheté, d’occasion, un vieux fourgon Citroën , type H , vous savez, un « tube » comme celui de « Louis la brocante »… La couleur de l’engin était d’un vieux bleu marine cauchemardesque … Le père a eu tôt fait de le repeindre en blanc … Bon, que croyez-vous qu’il allait faire de ce véhicule ?…  Vous donnez votre langue au chat … (  par exemple à celui que vous verrez sur les photos, un magnifique siamois du nom de Bibi…) En fait, le père a fait de cette camionnette un camping-car, voilà tout …  Et je te bricole un lit rabattable et je te fixe des placards hauts et bas et voilà un véhicule de loisir des premiers temps qui ne revient pas trop cher… Avec, nous allions, les week-ends du printemps, à la pêche sur les bords du Thouet et, en Bretagne à la Turballe, pendant 15 jours en été …  Deux anecdotes croustillantes me reviennent :

Premier campement avec le "tube"en 1956 ...
Premier campement avec le « tube »en 1956 …
Mon père à la pêche ...
Mon père à la pêche …

Nous étions à la pêche un de ces samedis de Juin à Gourgé (79) sur les bords du Thouet, et nous devions passer la nuit sur place ; je crois bien que nous étrennions le « camping-car » en question… Il avait fait très chaud et, en fin de journée, au loin, le tonnerre grondait. Ma mère** avait une peur bleue des orages. Il faut dire que celui qui s’annonçait était corsé … Elle insista auprès de mon père pour que nous rentrions au plus vite à la maison dont nous n’étions éloignés que de 30 Kms . A regret mon père plia ses lignes, remisa ses cannes à pèche, on démonta le auvent et nous repartimes sous le coup de 20 H. De grosses gouttes commençaient à tomber… Quelques kilomètres plus loin, parvenu à Sain-Jouin de Marnes, voilà que nous tombons en panne. Un déluge d’eau s’abattait sur la contrée… La pluie martelant la tôle ondulée du Tube faisait un bruit d’enfer. Ajoutez à cela, de ces éclairs fulgurant et vous saisirez fort bien, qu’à bord, l’ambiance était plutôt électrique. Et justement la panne était électrique, elle aussi… En fait il n’y avait plus de « jus « pour faire tourner le « moulin », la batterie étant à plat. Mon père, en homme prévoyant, avait, dans l’un des coffres arrières, une autre batterie destinée, elle, à l’alimentation en courant pour le séjour du campement. Sauvé !… Oui, certes, mais quelle installation !… car c’est avec des fils électriques à « pinces crocodiles » que mon père brancha la batterie annexe sur l’originaire, celle de secours ne pouvant trouver se place dans le compartiment destiné à cet effet là, sous le capot moteur ( Dans l’habitacle, comme il se doit pour un fourgon dit, à cabine avancée…) Le « Citron » redémarre sans difficulté … Alors là mes enfants, je vous dis que la fin du voyage retour fut plus qu’épique : le capot moteur interne ouvert, les fils baladeurs, les étincelles bleus de ceux-ci sur les cosses, la pluie battante, la nuit zébrée d’éclairs, les terrifiants coups de tonnerre, les hurlements de ma mère et notre vieille chienne Poppie affolée, prostrée sous mon siège, la langue pendante qui, comme disait le père, faisait le soufflet de forge, vraiment, le tableau était plutôt hallucinant… ce fut donc un mémorable retour d’une partie de pêche tombée à l’eau … sous des trombes d’eau…

La parfaite entente entre chien et chat ...

La parfaite entente entre chien et chat ... en vacances !...

 La Turballe 1959  : on peut être pêcheur Breton et jouer à la pétanque !...

La Turballe 1959 : on peut être pêcheur Breton et jouer à la pétanque !...

Ce devait être au cours de l’Eté 1959, cette fois, nous partions en vacances à La Turballe et mon père judicieusement, avait cru bon d’emmener notre 2CV en vacances elle aussi pour « rayonner » sur place sans avoir à désinstaller notre campement… Et quoi de plus naturel que pour faire suivre l’auto en question, nous  l’ayons en remorque, derrière le « Tube » … Notre garagiste, le brave M. W… avait prêté à mon père un « sulky » 2 roues avec timon sur lequel était fixé le train avant de la 2CV. Le « sulky » attelé au fourgon et voilà l’équipage bon pour prendre la route !… 250 Kms que nous allions parcourir prudemment, partant aux aurores … Je l’ai déjà dit, mon père était prévoyant et nous ne partions pas en vacances sans matériel ni provisions… Ainsi, il avait trouvé logique de charger la 2CV en remorque avec, le tonnelet de vin ( hé oui… ), la bouteille de gaz et d’autres fourbis avec, par dessus le tout, mon vélo… Bien …nous roulons pépère…. La traversée de Nantes s’est effectuée sans trop de difficulté mais voilà qu’en sortie de ville, nous devons franchir un passage à niveau en dos d’âne bien accentué ( pas seulement sur le « a » de âne, l’accent eh ! … attention hein ! c’est bien un Mirebalais* qui vous cause … ) On a du le franchir un peu vite le passage à niveau, car ça a touché par en dessous, je vous ju re … crack !!!! . Pliée la Deudeuche, pliée !… Eh oui, le poids en porte-à-faux a fait qu’un longeron de la plateforme châssis a cédé, lors de ce franchissement, si bien que la « tuture » est boursouflée dans ses soubassements, la pauvre !… Au niveau du montant central entre les portières, la caisse de la 2CV se trouve à peine à 5 cm. du sol… Jugez l’allure ! …  Enfin, ça tient encore et on parcoure les 80 derniers kilomètres à très faible vitesse pour ne parvenir à La Turballe qu’en fin de journée. Le lendemain le verdict du mécano du coin est sans appel : Il faut changer la plate-forme de la 2CV et pour cela, la démonter entièrement… Du coup, on n’en profitera pas pendant tout le temps des vacances et, le budget grevé par le coup de la réparation, eu pour conséquence que notre séjour bord de mer fut, quelque peu, écourté… Je me souviens de ce regard noir que ma mère a lancé à mon père quand elle a su le coût de la réparation… «  Hein Marcel, tu vois avec tes inventions !…» Pauvre papa, à la fin de nos vacances, il a du faire un aller et retour supplémentaire entre Mirebeau et la Turballe car, cette fois, il n’était plus question de prendre notre 2CV en remorque…

La 2CV en question, ma nièce , Poppie la chienne et moi ...

1956 : La 2CV en question à Charroux et devant : ma Nièce, Poppie la chienne, et moi ...

Épilogue : Billet d’humeur … billet d’humour …

Mon père remettant un petit billet (à cette époque nous n’avions pas encore le Franc « lourd », un billet de Mille vous permettait d’acheter un kilo de bœuf et une demi livre de beurre…) mon père donc, remis un petit billet à l’apprenti qui avait réparé la 2CV, ce dernier le remercia vivement …

« – Merci m’sieur ça va aider pour partir en vacances le mois prochain vous savez on a droit aux congés payés maintenant …

Mon père le coupa net lui rétorquant :

– Je sais jeune homme … moi aussi je suis, con … j’ai payé … »

NB :

– * Mon Père : Marcel Lucquiaud ( * 11/07/1902 à La Chapelle Bâton -86-  + 19/01/1988 à Mirebeau -86-)

– ** Ma Mère : Germaine Adolphine Moreau (* 18/10/1908 à Aubervilliers -93-  + 03/09/1962 à Mirebeau -86-)

2 commentaires pour Vacances d’autrefois …

  • avatar Guy Delousme

    C’est émouvant !
    D’autres allaient au Pyla-sur-mer en 4 CV !
    La 4CV , mignonne, populaire, économique, efficace ....
    Maintenant, en plus, on a les JRTT !

    • Oui Guy, la 4CV Renault, elle aussi très populaire, a participé à de nombreux raids de vacanciers, d’ailleurs, il en est une qui « pointe son nez » sur la photo des joueurs de pétanque sur le port de la Turballe (44) …

      je me souviens aussi de cette publicité du moment pour acquérir cette adorable petite auto : Payez votre 4CV type en 3 traites de 133 000 F. Le modèle « affaire » Elle était affiché au prix modique de 399 000 F. (francs anciens) en 1954/55 avant apparition de la Dauphine elle aussi à moteur arrière …
      « Nationale 7 ! » … Chantait Charles Trenet … Que de souvenirs !…

Laisser un commentaire

Vous pouvez utiliser ces balises HTML

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

  

  

  

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.