mai 2010
L M M J V S D
« Avr   Juin »
 12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
31  
"Un homme n'est jamais tout à fait mort tant qu'il y a quelqu'un pour prononcer son nom" Antoine de SAINT-EXUPÉRY

Il y a 100 ans…

Mars 1919

1er. La Belgique se met à l’heure d’été.

1er. Henri Farman est autorisé à établir une liaison aérienne entre Bruxelles et Paris.

3. Pologne : le gouvernement demande à l°Allemagne la reconstitution des frontières

polonaises de 1772.

3. Berlin : le Parti communiste allemand appelle à la grève générale.

4. Moscou : fondation par Lénine de la IIIe Internationale, dite Internationale communiste.

4. France : le Sénat ratifie la loi autorisant les époux divorcés et remariés à divorcer une deuxième fois.

9. Bruxelles : premier match de football d’après-guerre : Belgique et France à égalité : 2 à 2.

10. Le conseil des Alliés est favorable à l’intégration à la Belgique des villes d’Eupen et de Malmédy.

13. La Grande-Bretagne cesse de soutenir le franc sur le marché des changes.

15. France : l’anarchiste Louis Cottin, auteur de l’attentat contre Georges Clemenceau. est condamné à mort par le Conseil de guerre.

2l. L’Allemagne commence à livrer sa flotte commerciale aux Alliés.

21. Hongrie : le Parti communiste hongrois, dirigé par Bela Kun, prend le pouvoir à la faveur d’une insurrection révolutionnaire.

23. Italie : Benito Mussolini fonde le mouvement italien fasciste (« Fasci di Combattimento »).

25. David Lloyd George, se démarque de la position française sur l’Allemagne.

27. Belgique : à la Chambre début des débats sur le suffrage universel.

31. France : entrée en vigueur de la loi sur les pensions de guerre.

31. Allemagne : insurrection révolutionnaire dans la Ruhr.

 

Source :  Chronique du XXe siècle – Édition Larousse

Un... Deux... Trois... Glouch !

J'aime et je partage...
Clotilde est spécialiste du boudin blanc

Clotilde est spécialiste du boudin blanc

Ode à l’aubergiste (1)

C’est un principe avoué et reconnu par tous les vrais gourmands, que l’on ne saurait bien manger lorsque l’on mange seul. Entrez chez le plus fameux restaurateur ; observez trente personnes qui dînent à trente tables isolées, et vous ne remarquerez sur le visage d’aucun cette joie pure, cette douce hilarité qui doit se peindre sur toute face gourmande pendant l’exercice des fonctions dégustatrices; chacun a plutôt l’air de prendre en hâte une indispensable réfection que de faire avec réflexion et maturité un bon dîner.

Il en est à peu près de même de tous les plaisirs que l’on se procure en ce bas-monde ; il faut être au moins deux pour les bien goûter ; et il en est tels qui ne sont jamais plus vifs que lorsqu’ils sont partagés avec un très grand nombre de personnes. Le meilleur spectacle, le concert le plus harmonieux, le discours le plus éloquent ne vous fera qu’un plaisir médiocre si la salle est déserte : chaque spectateur est pour son voisin un spectacle : on s’électrise réciproquement, et les émotions ne sont jamais plus vives que lorsqu’elles sont ressenties par une grande multitude.

Il en est de même à table ; à chère égale, à service égal, plus elle est nombreuse, et plus on mange : l’appétit se développe par l’exemple ; une sainte émulation s’empare des convives, et la conversation, qui fait couler les heures, fait aussi digérer les morceaux. On ne craint point de paraître un gros mangeur quand tous les appétits sont à l’unisson ; et tel convive qui, s’il était seul, mangerait à peine un poulet, encouragé, enhardi, aiguillonné, stimulé par ses voisins, dévore un aloyau sans presque s’en apercevoir.

Le Glouch se mitonne à petit feu (2)

La cantinière des Grognards

La cantinière des Grognards

Les truffes n’ont qu’à bien se tenir, avec Clotilde nous sommes assurés d’une bonne récolte. Le 11 septembre à Charroux il y aura du boudin blanc truffé. Garanti ! Cochon qui s’en dédit… La truffe ne sera pas noire, nous devrons nous contenter de muquette d’Angoumois. Le pâté de perdreau – ces derniers sont juste sortis du nid – sera d’une extrême tendreté. Le foie gras a été préparé l’hiver dernier, un peu de maturité assurera son goût.

Ne reste que le programme des visites pour creuser notre appétit. Liliane veut nous imposer du saut à l’élastique sur le viaduc de l’Isle-Jourdain, on parle de ski nautique sur le plan d’eau du barrage de Millac, ou d’un galop d’essai avec des Bugatti sur le circuit du Vigeant. Soyons inquiets, vraiment.

(1) Journal des gourmands et des belles, ou, L’épicurien français, Alexandre-Balthazar-Laurent Grimod de La Reynière – 1807

(2) Le petit journal qu’on trouve route de Rochemeau à Charroux

Qu'elle est belle la Charente !

Qu’elle est belle la Charente !

Quelques notes à propos du château de Rochemeau.
Dressé au bord ‘un coteau dominant la Charente, le château de Rochemeau fut édifié à l’emplacement d’une forteresse féodale du X° siècle… Celle-ci, fut prise par Guillaume III comte du Poitou au cours d’une lutte contre les comtes de la Basse marche et du Périgord ; ce fief  est érigé en baronnie puis en vicomté  en 1599. Un bourg ruiné par les guerres entourait l’ancien château.
Un texte de 1611 fait état de fossés ou de douves encerclant la ville de Rocheteau… Entreprise par Georges d’Aubusson, seigneur de Rochemeaux et sénéchal de Basse Marche , la construction du château qu’on remarque actuellement, est achevée par sa veuve en 1633.
A remarquer le soubassement destiné à rattraper la dénivellation du terrain sur la façade orientée vers la vallée. La façade opposée, dont le rez-de-chaussée est surélevé, donne sur la cour. Un vaste escalier, à volée droite et voûtée en berceau rampant, dessert les étages.
Le corps de logis était autrefois encadré de deux pavillons carrés dont l’un a disparu avec la travée attenante au bâtiment central. Une chapelle néo-gothique donne sur la cour d’honneur.
En 1649, la paroisse de Rochemeau est supprimée et répartie entre celle de Charroux et de Savigné.
(Source : « Le patrimoine des communes de la Vienne » FLOHIC Edition…)

 

Les Glouchistes ne manqueront pas de belles demeures pour passer quelques nuits tranquilles.

Les Glouchistes ne manqueront pas de belles demeures pour passer quelques nuits tranquilles.

 

3 commentaires pour Un… Deux… Trois… Glouch !

  • avatar Isabelle

    Ou avez vous eu ses informations sur le 1er château féodale de Roche me aux ? Merci

  • thanks for great informations It’s a wonderful

  • Pour user de la salive et bien bagouler, faut-il avant cela, en produire …
    Et pour ça, quoi de plus favorable que des bons plats qui font tant saliver …
    Le gourmet n’a de goure-mot
    Le gourmand lui, a ventre-maux…

    Nez, bouche, oreilles, glorieux orifices !
    A table sont conviés aux plus joyeux offices…
    Humer, goûter, oyez !
    En convives avisés ,
    Savourez mots et mets !

    Rochemeau et son moulin (…à paroles… )
    Spectacle réjouissant que ce paysage se mirant dans le courant …
    Oui, ici bas, ce qui est beau et bon se partage …

Laisser un commentaire

Vous pouvez utiliser ces balises HTML

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

  

  

  

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.