"Un homme n'est jamais tout à fait mort tant qu'il y a quelqu'un pour prononcer son nom" Antoine de SAINT-EXUPÉRY

Il y a Cent Ans…

OCTOBRE 1917

– 9. Paris : l’Académie de médecine préconise, pour lutter contre la dépopulation, de réprimer l’avortement et d’attribuer des allocations aux familles nombreuses.

– 15. La danseuse hollandaise Mata-Hari est fusillée par un peloton français. après avoir été accusée d’espionnage au profit des Allemands.

– 15. La 7° armée allemande s’empare des îles d’Oesel et de Dago, dans la Baltique.

– 23. Paris : démission du cabinet Painlevé.

– 23. Russie : Lénine obtient du comité central bolchevique le vote de la préparation immédiate de l’insurrection armée.

– 24. Paris : le cabinet Painlevé est reconstitué. Louis Barthou remplace Ribot comme ministre des Affaires étrangères. -›

– 24. Italie : douzième et dernière offensive d`Isonzo : le front italien est rompu par les forces austro-hongroises, dirigées par von Below. Cette défaite italienne, à Caporetto, se solde par de lourdes pertes (293 000 prisonniers et 3000 canons italiens).

– 24. Les Autrichiens occupent le Frioul (Italie).

– 26. La 6° armée française, conduite par Maistre, conquiert le fort de Malmaison à l’ouest du Chemin des Dames.

– 31. Norvège : parution du roman «Bénédiction de la terre››, de Knut Hamsun.

NAISSANCES

– 15. A.M. Sehlesinger, homme politique américain.

– 20. Jean-Pierre Melville, cinéaste francais († 2.8.1973).

– 21. Dizzy Gillespie, trompettiste de jazz américain.

DECES

– 9. Husayn Kemal Pacha suItan d’Egypte (*1853).

– 15. Margareta Gertruida Zelle, dite Mata-Hari,danseuse et aventurière hollandaise (*7.8.1876).

Chronique du XXe siècle – Édition Larousse

Origine du lignage d’Aizie

Origine du lignage d’Aizie

Ruffec Aizie

I I

1111-Hilduin le Jeune—————Guillaume Chenin Ier ——————-Châlon chanoine de

paraît dans la charte de l’Abbaye de Bénévent Saint Etienne de Limoges

près de la Souterraine (Creuse)

I

Guillaume Chenin II. 1147

I

Guillaume III Chenin 1220

I

Guillaume IV Chenin 1243-47

I

Guillaume V cité le 23 nov. 1268.

——————————————————-

I I

———————— Plusieurs branches en Aunis et Poitou

I I

Hélie avant 1318 Gauvaigne ou Germain Chenin Ier – 1339

I

Gauvaigne II 1375-1376

I

(Gauvaigne III )

—————–Rupture: le château d’Aizie est perdu par le lignage des Ruffec. Vente à:

Ithier de Martreuil (1394)

I

Jean de Martreuil (1408-1420)

I

Guillaume de Martreuil

I

83

Jeanne de Martreuil mariée à (1): Antoine de Vivonne (meurt décapité)

à (2): Aymar de la Rochefoucauld (1427-1435)

I

Françoise de la Rochefoucauld mariée à Jean d’Estouteville, Seigneur de Torcy

Blanville, Montbazon, Aizie et Martreuil (1465).

I

arrêt du Parlement du 11 avril 1467: attribue le château et terre d’Aizie à

Marguerite de la Rochefoucauld mariée à Charles de Crussol

I

Renée du Fou (nièce de Marguerite) mariée à Louis de Rohan

nouvelle rupture————————————————————————————–

Cette ultime famille de Rohan vendit en 1584 la châtellenie d’Aizie à Philippe de Volvire, Seigneur de

Ruffec. Cf. plus loin note sur le personnage. Il s’agit d’un retour dans le giron. On notera le poids des femmes

dans l’apport successif de cette terre d’Aizie. La.première fracture s’opère durant la guerre de cent ans. Le sceau le plus ancien connu à ce jour date de 1269, Archives Nationales, sceau 1827. Les Chenin avaient une croix pleine ou engreslée très faiblement (cf. page précédente.) Quelques points d’ombre subsistent. Les recherches sur ce lignage “secondaire” se poursuivent.

¨ (51) – Droits de vinage et de charnage: Droits portant sur le vin et les charrois

(transports).

¨ (52) – Droits de jarriages: Droits portant sur les marchés = revenus essentiels.

¨ (53) – Jean Chandos:

Fut commissaire au roi d’Angleterre lors de la remise des villes en Poitou au moment de la guerre de Cent Ans. John Chandos, nommé Régent et Lieutenant du roi Edouard III en France, se présenta devant Verteuil le 25 octobre 1361. Alors que toutes les places se rendent, Verteuil résiste…

¨ (54) – Quatre-quintz:

Du latin quintus: Droit de mutation dû au seigneur lors de la vente d’un fief; il était normalement du 1/5ème du prix de vente. Quand il était payé non par le vendeur mais par l’acquéreur, le seigneur y ajoutait 1/5ème de 1/5ème. C’était le requint et ainsi de suite.

¨ (55) – Vigerie: Droits liés à la justice.

¨ (56) – Rendre hommages:

En latin hominium, hominagium, hommagium. Acte par lequel on reconnaît être l’homme, c’est à dire le vassal d’un autre. Le mot a remplacé, à partir du XIème siècle, commendatis. Le rite comportait la “dédition de soi” (le vassal met ses mains jointes dans celles du seigneur, qui était l’hommage proprement dit; le serment de foi du vassal d’où l’expression: foi et hommage, facultativement le baiser. On distingue l’hommage lige: celui qui était prêté au seigneur auquel on se devait en priorité. L’hommage de paix, rite destiné à rétablir la paix entre deux adversaires.

L’hommage en marche, c’est à dire en frontière, coutume pratiquée aux frontières de la Normandie et aux confins Champagne- Bourgogne, destiné à assurer la paix entre princes limitrophes. L’hommage servile enfin qui est l’acte par lequel un homme libre se constitue serf.

¨ (57) – Echanson: Officier qui était chargé de verser à boire au Roi ou à quelques

grands personnages. N’a plus que valeur honorifique et fut une charge qui

84

s’achetait fort chère.

¨ (58) – De Broglie: se prononce “de Breuil”. Dernière famille possesseur de la

Terre de Ruffec à la veille de la Révolution Française.

¨ (59) – Mense capitulaire: Mense = du latin mensa = ce qui doit servir à nourrir. Revenu ecclésiastique. La mense capitulaire était réservée au chapitre, c’est à dire à une communauté de moines.

¨ (60) – Emigration: Dès 1789 et notamment autour de la “grande peur” dont l’un des 6 principaux foyers fut Ruffec, l’émigration commença. Elle fut plus tardive dans notre région et se développa à partir de la nationalisation des Biens du Clergé.

¨ (61) – Gargouille :Conduit d’évacuation des eaux, percé généralement dans une corniche et généralement orné d’un mascaron ou d’un mufle.

¨ (62) – La cour possède un sully: un tilleul.

¨ (63) Les Templiers de Villegats:

Le bourg de Villegats est situé à cinq kilomètres au sud de Ruffec sur l’ancienne voie romaine appelée la Chaussée. L’origine du peuplement est lié à une très importante Commanderie de l’ordre des Templiers à l’ouest du bourg actuel et le dominant, en vis à vis de l’Eglise dédicacée à Saint-Benoît. Les Templiers de Villegats installent leur maison à la limite de la dorsale de l’ancienne forêt d’Argenson et dans une zone boisée que possédait en partie l’Abbaye de Nanteuil en Vallée. Le bâtiment encore imposant l’était encore davantage si l’on en croit un Mémoire tardif qui fait mention “d’une maison-forte avec double enceinte de murailles, créneaux, tours, fosses et ponts-levis”. Sa première mention littéraire date de 1194 et la protection royale lui est assurée constamment. La commanderie des Templiers disparaît à la suite du procès qui débute le 22 mars 1312 et qui s’achève le 2 mai de la même année. Les documents parlent alors de l’Ordre de Saint-Jean de Jérusalem. La guerre de centans la place au premier plan au XVème siècle entre Français et Anglais. Villegats a dans le siècle suivant un rayonnement exceptionnel et ses possessions sont multiples…La découverte récente de livres terrier a retardé la publication de synthèse consacrée à la Châtellenie de Ruffec et dont la sortie était prévue en 1995.

¨ (64) Philippe de Volvire:

Il é véritable fortune, en recevant la terre de Ruffec. Entre temps, Philippe avait compris, en bon cadet, que son avenir se jouait à la cour. Usant d’influences, il bénéficia de l’appui de Catherine de Médicis et fut investi par lettres-patentes du 19 juin 1573 du gouvernement d’Angoumois. A ce titre le 12 septembre de la même année, il entre en qualité de gouverneur dans la ville d’Angoulême. Il garda ce titre jusqu’à son assassinat dans son hôtel de Paris le 6 janvier 1585. Il avait alors 51 ans. Henri III, au delà des raisons de ce meurtre, le conserva dans ses bonnes grâces, puisqu’il érigea sa baronnie en marquisat et le fit Chevalier de l’Ordre du Saint-Esprit en 1582…Une dalle commémorative se trouve dans la Cathédrale d’Angoulême.

Ci-gît Philippe de Volvire Marquis de Ruffec Chevalier du Saint-Esprit.85 Gouverneur d’Angoumois Assassiné à Paris en 1585 à l’âge de 51 ans. Par ses vertus chrétiennes et ses services éminents il mérita le respect et la reconnaissance éternelle de cette ville. Enterré en Fév 1586

de nouveau le 26 mars 1865.

¨ (65) – Ban et arrière ban : Service armé dû au Roi, en cas de nécessité, par tout homme libre apte à combattre – souvent remplacé par une taxe. Arrière ban: mobilisation générale.

¨ (66) Louis, duc de Saint-Simon:

Le personnage est très connu dans le lignage des familles qui ont possédé le château et la terre de Ruffec. Une plaque est apposée sur le mur de la place de l’Eglise Saint-André. Saint-Simon commença la rédaction des Mémoires à la fin de 1739. Claude de Saint-Simon, le père du Mémorialiste, avait épousé en premières noces Diane de Budos. Etait née de cette union, en 1646, la demi-soeur de Louis de Saint-Simon: Marguerite Gabrielle Louise de Saint-Simon, Duchesse de Brissac. En seconde noce, Charlotte de Laubespine, lui apporte alors la terre de Ruffec; de ce mariage va naître le Mémorialiste Louis de Saint-Simon; celui-ci donna de sa mère dont on n’a pas de portrait, un témoignage touchant:

“La considération de n’avoir point de garçons engagea, [mon père] quoique vieux, à

se remarier. Il chercha une personne dont la beauté lui plût, dont la vertu pût le rassurer, et dont l’âge fût le moins disproportionné au sien qu’il fut possible. Il en trouva toutes ces choses si difficiles à rassembler que dans ma mère…..Il eut tout lieu d’être content de son choix. Il trouva une femme toute pour lui, pleine de vertu, d’esprit et de grand sens, et qui ne songea qu’à lui plaire et à le conserver, à prendre soin de ses affaires et à m’élever de son mieux”. L’auteur des Mémoires fit porter à son fils aîné Jacques Louis (1698-1748) le titre de Duc de Ruffec, puis à sa fille Marie-Christine Chrétienne (1728-1774), le titre de Duchesse de Ruffec. Cette dernière mariée à Charles Maurice de Matignon Grimaldi, frère du Prince de Monaco et Comte de Valentinois, en proie à de graves difficultés financières, dut vendre cette terre à rapports en 1762 au Comte Charles-François de Broglie. Est-il nécessaire de rappeler que l’on doit les premières forges de Taizé-Aizie à ce lignage et que la fondation d’un “Hôpital Royal Notre Dame des Anges” est dû aussi à cette famille. 90 ans après l’édition de l’Abbé Jacques, l’Hôpital est le premier employeur de la ville de Ruffec.

¨ (67) – Le moulin de Chabenier:

Il s’agit là de l’ancien moulin à papier de “Chez-Bessier” qui est devenu depuis Cheptier. cf. Les moulins à papier en Angoumois, Périgord et Limousin au 17ème siècle de Gabriel Delâge.

¨ (68) – Poids de marc: Mesure de poids spéciale utilisée pour les métaux précieux. Le marc de Troyes, en usage en France, dans les ateliers monétaires royaux, pesait 245 grammes.

¨ (69) – Rideaux de siamoise: tissu de soie.

¨ (70) – M. Favraud: Erudit, auteur d’ouvrages et d’articles régionaux dont Notes rétrospectives sur Ruffec.

¨ (71) Levée de 300 000 hommes:

Par décret des 11 et 13 juin 1791, l’Assemblée Nationale Constituante ordonne dans “chaque département, une conscription libre de gardes nationales de bonne volonté dans la proportion de un sur vingt”. Art.13. Le décret préfigure la levée en masse “des soldats de l’an 2”. L’encadrement pour la revue du 4 décembre 1791 est assuré par le quartier-maître, trésorier Nicolas Mondion de Ruffec, alors âgé de 27 ans. La compagnie de grenadiers a pour Sous-Lieutenant, François Laroche de Ruffec âgé de …16 ans! Ruffec arme 3 compagnies, la première, la quatrième la plus célèbre avec comme Capitaine Pierre Armand Pinoteau âgé de 22 ans et le Sous-Lieutenant Pierre Perrin, toujours de Ruffec et de même âge, et la septième. Comme chacun sait, la ville de Ruffec possède dans ses Archives le portrait de Laroche en sous-lieutenant de dragons et un portrait un peu figé du général Pinoteau.

¨ Bibiographie des notes

– Lexique historique du Moyen-Age, Armand Colin, 137 pages avec annexes. Février 1982.

– Lexique historique de la France d’Ancien Régime, Armand Colin, 325 pages, 1981.

– Vocabulaire de l’Architecture, Ministère des Affaires Culturelles, 234 pages.

– J.F. Comte, Présentation du fonds ancien des Archives de l’Hôpital et Hôtel-Dieu

Notre Dame des Anges de Ruffec. (XVIIème siècle-1830), oct. 1983, 125 pages.

– Châteaux, Manoirs et Logis de la Charente, Association Promotion Patrimoine,

500 pages. articles Ruffec, Aizie, Nanteuil en Vallé, J.F. Comte. oct 1993.

– Quelques articles des Bulletins et Mémoires de la Société Archéologique et

historique de la Charente.

– Autres références intra…

– J.F. Comte, Histoire d’un petit équateur: Ruffec et sa châtellenie, Contribution au millénaire d’une ville: 1995-1996. Ouvrage à paraître. L’Edition a pris un retard en raison de la découverte récente par l’auteur de sources importantes concernant la Commanderie des Templiers de Villegats. La date de parution devait être 1995. (2 tomes). Je prie mes lecteurs potentiels de bien vouloir m’excuser.

– Dictionnaire Historique des Communes de la Charente, sous la Direction de F.

Pairault, Canton de Ruffec, notices, J.F. Comte. 2 pages sont consacrées à Taizé-Aizie.

Editions Horwarth.

Suite : La Vie économique