janvier 2018
L M M J V S D
« Déc    
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
293031  
"Un homme n'est jamais tout à fait mort tant qu'il y a quelqu'un pour prononcer son nom" Antoine de SAINT-EXUPÉRY

Il y a Cent Ans…

JANVIER 1918

– 1er. Cinéma : Charlie Chaplin inaugure ses propres studios à Hollywood.

– 4. Le gouvernement soviétique reconnaît l’indépendance de la Finlande.

– 6. L’Allemagne reconnaît, à son tour, la république de Finlande.

– 7. L’Allemagne retire 75 000 hommes du front de l »Est pour les transférer sur le front occidental.

– 8. USA : le président Woodrow Wilson présente au Congres son plan de paix en 14 points.

– 14. Allemagne : attaque aérienne française au-dessus de Karlsruhe.

-15. France : arrestation de Joseph Caillaux. «Le Figaro» considère la carrière politique de l’ancien ministre comme terminée.

– 15. Empire austro-hongrois : la grève générale des travailleurs s’étend aux villes de Budapest et de Prague.

– 19. Russie : le gouvernement soviétique disperse l’Assemblée constituante par la force.

– 23. France : restrictions alimentaires. La carte de pain donne droit à 300 g par Jour.

– 24. Paris : le philosophe Henri Bergson est reçu à l’Académie française.

– 27. Finlande : les communistes tentent de prendre le pouvoir par la force.

– 28. Allemagne : les spartakistes, socialistes révolutionnaires, appellent à la grève générale.

– 28. Russie : constitution de l`armée rouge sous l’impulsion de Lev Davidovitch Bronstein, dit Léon Trotski.

NAISSANCES :

– 15. Gamal Abdel Nasser homme d’État égyptien ( † 28.9. 1970).

– 26. Nicolae Ceaucescu homme d’État roumain.

– 28. Suzanne Flon comédienne française.

Chronique du XXe siècle – Édition Larousse

Parution du bulletin trimestriel n°48, du CGCP

J'aime, donc je partage...

Parution du bulletin trimestriel n°48, du CGCP

Fidèles au rendez-vous de nos lecteurs, nous vous proposons le dernier bulletin trimestriel du CGCP.

Vous retrouverez dans ce numéro l’habituel article sur les vieux métiers. Le Bonnetier est aujourd’hui à l’honneur. Que de souvenirs remontent dans notre mémoire ! Les lieux, les méthodes, les habitudes sociales et … la mode !

Nous souhaitions poursuivre la publication des « fiches pratiques », mais les bénévoles nous

Lire la suite… » » »

LA VIE A CONFOLENS AU XVIII° SIÈCLE

J'aime, donc je partage...

LA VIE A CONFOLENS AU XVIII° SIÈCLE

Au XVIII° siècle, Confolens était le rendez-vous d’une petite société élégante et polie qui subissait l’impulsion du grand mouvement philosophique de Paris, et qui s’associait à l’esprit du temps par sa curiosité un peu naïve sur toutes les questions à l’ordre du jour, par son enthousiasme pour la franc-maçonnerie et par son goût pour le théâtre de société.

Un des caractères les plus saillants de ses préoccupations, c’était

Lire la suite… » » »

JEAN BASTIER DE LA PÉRUSE

J'aime, donc je partage...

JEAN BASTIER DE LA PÉRUSE

Au XVI° siècle, le Confolentais compta des poètes. Il en est un, peu connu, qui mériterait la célébrité, car il a tenu un rang très honorable dans la poésie française, à côté des Ronsard, des Baïf, des Jodelle et « du gentil Belleau » : c’est Jean Bastier de la Péruse. Son nom véritable était Jean Bastier, mais comme il ne lui semblait pas assez relevé, il y ajouta celui

Lire la suite… » » »

LA PORTE DU PALET, A ANGOULÊME

J'aime, donc je partage...

LA PORTE DU PALET, A ANGOULÊME

La Porte du Palet, qui était située entre les deux petites places du même nom, est indiquée dans les anciens titres sous différentes dénominations; elle est appelée ; Porte des SSts-Apâtres Pierre et Paul dans une charte de Charlemagne de l’année 781 ; elle se nomme ensuite Porte St-Pierre; puis Porte des Beaux, probablement de « reus » (coupable), parce que non loin de là l’on exécutait les gens

Lire la suite… » » »

Dépouillements : curiosités

J'aime, donc je partage...

Saulgond – Registre paroissial de 1752-1771

« Le vingt un aoust de la présente année, le soleil à été acheté des deniers de la fabrique chez Mr Loir Marchand orfevre à paris, sur le pont nôtre dâme à l’image de St andré, il à couté Cent

quatre-vingt seize Livres, le son étuit neuf Livres, de La quelle somme à etée deduitte celle de

vingt deux Livres, valeur de l’ancien soleil, que Le dit orfèvre à

Lire la suite… » » »

CONTE DE NOËL - LA FÉE DE MAGNERIT

J'aime, donc je partage...

CONTE DE NOËL – LA FÉE DE MAGNERIT

ou la merveilleuse histoire de deux enfants d’Aunac.

Le coteau de Magnerit touche à l’une de ses extrémités à la commune d’Aunac et, en la contournant en différents points, on arrive à plusieurs autres communes, toutes petites, mais riches par leur sol fertile et les bras vaillants de leurs paysans.

Vers 1640, par un jour de Noël, froid, mais sec et ensoleillé, une enfant blonde et douce,

Lire la suite… » » »

VIEILLES COUTUMES DU CONFOLENTAIS

J'aime, donc je partage...

VIEILLES COUTUMES DU CONFOLENTAIS

 

LA MORT

Quand la mort frappe un membre de la famille, il est d’usage d’arrêter la pendule à l’heure du décès, sans doute pour mieux fixer cette heure douloureuse clans le souvenir et pour qu’aucun bruit ne vienne troubler ou distraire le recueillement de ceux qui restent; mais aussi, je crois, du moins à l’origine, pour marquer que toute vie est suspendue, arrêtée dans la maison. Ce qui tiendrait à

Lire la suite… » » »

CARNET D'UN JEUNE OUVRIER, VERS LE MILIEU DU XIX° SIÈCLE

J'aime, donc je partage...

CARNET D’UN JEUNE OUVRIER, VERS LE MILIEU DU XIX° SIÈCLE

Ce Carnet appartenait à mon père. La comparaison des prix actuels avec ceux d’alors m’a semblé amusante et j’en détache quelques extraits.

— Juin 11. — J’entre en apprentissage chez M. Mourou, boulanger à Ruffec, pour dix-huit mois. Le métier exigede la force physique et un bon tempérament; c’est pourquoi on a attendu jusqu’à ce jour.

Mon père donne cent cinquante francs, dont moitié en

Lire la suite… » » »

LA SUPERSTITION AU XIX° SIÈCLE DANS LA RÉGION D'AUNAC

J'aime, donc je partage...

LA SUPERSTITION AU XIX° SIÈCLE DANS LA RÉGION D’AUNAC

Je voudrais n’avoir que peu de choses à dire sur ce sujet, car, en ma double qualité d’instituteur et d’habitant d’Aunac où je suis né, je serais heureux de constater que mes voisins et compatriotes n’attachent d’importance qu’aux choses sensées; malheureusement, il n’en est point encore ainsi. Je vais d’abord énumérer sommairement les absurdités qui ne sont pas particulières à Aunac, mais qui ont prise encore

Lire la suite… » » »

Rigueur de l'hiver 1709

J'aime, donc je partage...

Registres de Marthon. Notes de J. ALLARD, curé.

« À la postérité » « Si l’hiver de 1709 se fit ressentir par sa violence et la longue continuation de ses frimas et de ses glaçons qui enlevèrent presque tous les grains qui étaient sur la terre et causèrent une si grande cherté dans tout le royaume, l’on peut dire que l’été de 1716 n’a pas été moins rude par ses chaleurs excessives et sa longue

Lire la suite… » » »