"Un homme n'est jamais tout à fait mort tant qu'il y a quelqu'un pour prononcer son nom" Antoine de SAINT-EXUPÉRY

Il y a Cent Ans…

- 1er Mars 1917 : Empire Ottoman / Introduction du calendrier Grégorien.
- 2 Mars 1917 : Le Congrès américain réforme "l'Organic Act" pour Porto Rico , qui devient territoire des Etats Unis, et fait de ses habitants des citoyens américains.
- 8 Mars 1917 : Décès du Comte ferdinand von Zeppelin, inventeur dudirigeable ( *8.7.1838).
- 10 Mars 1917 : Petrograd / Manifestations et soulèvements des ouvriers, rejointspar la population, contre la famine et la guerre . C'est le début de la révolution de Février (d'après le calendrier russe).
- 10 Mars 1917 : Les troupes britanniques prennent la ville de Bagdad.
- 11 Mars 1917 : Paris / à la Sorbonne se tient le premier congrès national du Livre.
- 12 Mars 1917 : Armement des bateaux de commerce américain.
- 14 Mars 1917 : Démission du Général Lyautey du ministère de la Guerre.
- 14 Mars 1917 : Rupture des relations diplomatqiues entre la Chine et l'Allemagne.
- 15 Mars 1917 : Russie / Formation d'un governement provisoire sous la présidence du prince Lvov.
- 15 Mars 1917 : Russie / Sous la pression de l'état major, Nicolas II abdique en favuerde son fère, le grand duc Michel.
- 16 Mars 1917 : Russie / Le grand duc Michel renoce au trône.
- 17 Mars 1917 : Naissance de Carlos Cassola, écrivain italien.
- 17 Mars 1917 : Paris / Démission du cabinet Briand.
- 20 Mars 1917 : Paris / Constitution du ministère Ribot.
- 21 Mars 1917 : Belgique / Séparation administrative : les Flamands à Bruxelles, les wallons à Namur.
- 23 Mars 1917 : l'empereur d'Autriche, Charles 1er, présente une offre de paix à Raymon Poincaré.

Source : « Chroniques du XXème siècle – Larousse..

Les Maladies respiratoires

3 maladies respiratoires

● affection catarale ou catarhale ou cateralle ou catharale ou catharaque ou catarrhaque  ou cathérale, affection catarrhale adénamique ou adynamique, catarrhe, catharre pulmonaire, catarrhe pulmonaire adinamique, engorgement catarrhal des poumons, fièvre catarrhale, fièvre catararrhale avec affection cérébrale, catarrhale pulmonaire

(Occ.- 16, voir aussi enfants.

Orth.- cathere, catare, catharre etc./catarrhe. Def.- inflammation et hypersécrétion des muqueuses, particulièrement des voies respiratoires, broncho-pneumonies, broncho-pneumopathies, pneumopathies diverses.

Cit. 1- « Fluxion, (Med.) ce terme est employé le plus communément dans les écrits des anciens, pour exprimer la même chose que celui de catarrhe ; par consequent on y trouve la signification de l’un & de l’autre également vague […] [1]»

Cit. 2- « CATARRHE, (Med.) fluxion ou distillation qui, selon Hippocrate, se fait de la tête dans la bouche, & delà sur la trachée-artere & le poumon. Le siége de cette maladie est dans les finus de la base du crâne, & les glandes de la membrane pituitaire qui tapisse ces sinus. Cette humeur étant en plus grande quantité qu’elle ne doit être, & devenant acre, occasionne les symptomes suivans : une chaleur & une sécheresse insupportables dans le gosier & le nez, dans la bouche & la gorge ; l’engorgement des vaisseaux de ces parties, d’où naissent la roideur dans les muscles du cou, la tension des tégumens, l’enchifrenement, l’écoulement involontaire d’une humeur séreuse & acre par les narines ; ce qui caractérise ce que l’on appelle vulgairement rhûme de cerveau [2] »).

Orth.- adénamique, adinamique/adynemique. Def.- état morbide, état d’extrême faiblesse musculaire qui accompagne certaines maladies.

Com 1.- le substantif catarrhe n’est jamais employé seul. Com 2.- peut-être pneumonie ou pleurésie).

affection de poitrine chronique (Occ.- 2. Imprécis, pas de commentaire).

affection organique du cœur et des poumons (Occ.- 1. Com.- voir ci-dessus affection catarale et ci-dessous fluxion et les nombreuses catégories d’affections pulmonaires, y compris et principalement la tuberculose pulmonaire).

asthme humoral, maladie asthmatique (Occ.- 2.

Def.- affection respiratoire caractérisée essentiellement par une respiration difficile accompagnée d’un bruit sifflant et par des accès de suffocation intense.

Cit.- « difficulté de respirer, maladie de poitrine, accompagnée d’une espece de sifflement. On lui a aussi donné les noms de dyspnée & d’orthopnée, mots tirés du Grec, & que l’on doit rendre en François, par ceux de respiration difficile, ou respiration debout ; situation favorable au malade, lorsqu’il est dans un accès d’asthme [3]»).

asthme sech (Occ.- 1. Orth.- sech : sec. Def.- asthme sec, sans expectorations.

catarrhale, catarrhe (voir affection catarale, fièvre hétique catarrhale, fluxion catarrhe).

fièvre hétique catarhale (Occ.- 1.  Orth.- hétique/étique, étésie/étisie.

Def.- qui provoque une étisie, une maigreur extrême. Cit.- « À cette époque, ses traits [de Prascovie] étaient déjà fort altérés par l’étisie prononcée qui la minait sourdement [4]». Voir aussi ci-dessus affection catarrhale).

fluxion de poitrine, fluxion catarrhale de poitrine,  fluxion catarrhale pulmonaire (Occ.- 5. Com.- peut-être pneumonie ou pleurésie, ou congestion pulmonaire. voir aussi ci-dessus affection catarale).

Cit.-: « […] se divise en vraie & en fausse : la vraie que l’on confond avec la péripneumonie, est une inflammation de la poitrine, qui a pour signes une fievre aiguë & continue, un pouls dur, une douleur de côté aiguë, inflammatoire, qui augmente beaucoup durant l’inspiration, qui diminue dans l’expiration, une toux seche continuelle qui cause de grandes douleurs, & qui met le malade en danger d’etre suffoqué. Toutes les parties de la poitrine sont le siege de cette maladie : on la distingue en vraie & en fausse, en seche & humide. La vraie est celle où la douleur attaque la plevre & ses expansions qui s’étendent sur le poumon. La fausse est celle où la douleur est plus profonde, & attaque les muscles intercostaux & les parties qui les recouvrent [5]» ).

engorgement bronchique (Occ.- 1.

Def.- inflammation de la muqueuse de la trachée-artère et des grosses et moyennes bronches).

épanchement séreux à la poitrine (Occ.- 1. Def.- probablement un épanchement pleural : Le terme désigne la présence d’un liquide dans la plèvre. En cas d’inflammation, d’infection virale ou bactérienne, de cancer primitif ou métastasé, d’insuffisance cardiaque, de cirrhose ou de pancréatite, de lupus ou de polyarthrite, cet espace contient un liquide, transsudat ou exsudat, sérosité inflammatoire, pus, sang. Une atteinte inflammatoire de la plèvre, accompagnée ou non d’un épanchement, est désignée sous le terme de pleurésie).

hémophtisie (Occ.- 1.  Orth.- hémophtisie/hémoptysie.

Def.- expectoration du sang provenant d’une hémorragie des voies respiratoires. Ce sang est rouge, aéré, en quantité très variable en fonction des causes de l’hémoptysie. Ce symptôme peut témoigner de maladies variées mais potentiellement graves, autrefois le plus souvent la tuberculose.

Cit.- « Ce terme est employé pour désigner l’espece d’expectoration lésée quant à la matiere dans laquelle on rend du sang, ou des crachats sanglans […] Ainsi l’hémoptysie consiste dans une éjection par la bouche, de sang vermeil & écumeux, sorti des poûmons, accompagnée ou, pour mieux dire, précédée de la toux & d’un peu de gêne dans la respiration, avec un sentiment d’ardeur dans quelque partie de la poitrine, & de douleur pungitive ou semblable à celle que procure une solution actuelle de continuité, par l’effet de quelque déchirement dans une partie sensible [6]»).

humeur surmontée sur la poitrine (Occ.- 1. Com.- pas de définition, trop imprécis).

mal de gorge (Pour les occurrences voir en 1. Com.- probablement une diphtérie : une angine qui se caractérise par la formation de fausses membranes à l’entrée des voies respiratoires. La localisation des bacilles sur le larynx peut provoquer l’asphyxie par l’obstruction du conduit aérien : c’est le croup. Fréquente jusqu’au début du XXème siècle. Le bacille a la propriété de produire des toxines diphtériques qui peut entraîner une atteinte cardiaque potentiellement mortelle).

maladie de poitrine, maladie de poitrine chronique, maladie pulmonaire, maladie

phthisique pulmonaire, phthysie catarrhale pulmonaire (Occ.- 13. Orth.- phthisie/phtisie ou phthisie.

Def.- désigne une des formes de la tuberculose pulmonaire. Mais à la fin du XVIIIes on groupait sous le nom de «phtisie» toutes les consomptions mal précisées, et l’on s’en tenait à la connaissance de quelques symptômes prédominants communs à toutes sortes de maladies

Cit.- « […] se dit en général de toute exténuation, consomption, amaigrissement, desséchement & marasme qui arrivent au corps humain. Dans le langage ordinaire on n’entend par ce mot que la seule consomption tabisique du poumon. […] Si les poumons, ou quelqu’autre partie noble, sont réellement rongés par un ulcere, on appelle cette maladie consomption ; & celle qui attaque le poumon, se nomme phtisie ; ce qui provient de tout ulcere, ou de toute autre cause de pareille nature […] [7] » ).

péripneumonie, péripneumonie bilieuse (Occ.- 1.  Def.- Inflammation de la plèvre. Le terme est le plus souvent employé comme synonyme de pneumonie au sens général du terme. Elle est, causée le plus souvent par une infection due à des bactéries, des virus, des germes atypiques, des champignons (mycoses) ou d’autres parasites [Wikipédia].

Cit.- « inflammation du poumon, que l’on distingue en vraie & en fausse […]. La péripneumonie vraie est l’inflammation de la substance même du poumon, avec secheresse, chaleur & douleur. Les vaisseaux susceptibles de cette inflammation sont les arteres bronchiales & les arteres pulmonaires : elle est plus ou moins dangereuse. […]  Péripneumonie fausse. Cette maladie tire ordinairement son origine d’une humeur muqueuse ou pituite lente, dont toute la masse du sang se trouve empreinte, & qui engorge insensiblement les vaisseaux sanguins ramifiés sur les bronches, & les ramification des vaisseaux pulmonaires &  bronchiques […] [8]»

Com.- à noter que le terme « pneumonie » n’apparaît pas dans l’Encyclopédie de Diderot, contrairement au terme « péripneumonie ).

poitrinaire (Occ.- 1. Def.- synonyme de tuberculeux).

rhume (maladie de) accompagnée de rougeole, rhume de poitrine (pour les occurences voir en 1 rhume et aussi 1 rougeole. Def.- rhume, du Grec rheûma, « écoulement ».

Cit.- « c’est une altération contre nature causée par une légere phlogose ou inflammation sur la trachée artere, le larinx ou les poumons ;ou une irritation produite par une sérosité qui tombe sur ces parties, qui blesse les fonctions qui en dépendent [9]»).

Total des décès pour les maladies pulmonaires : 38

[1] Diderot D. & D’Alembert J.- Encyclopedie, 1ere edition tome 6.djvu/932

[2] 1ere edition tome 5.djvu/641

[3] Diderot D. & D’Alembert J.- Encyclopedie, 1ere edition tome 1.djvu/836

[4] X. De Maistre, Sibérienne, 1815, p. 381

[5] Diderot D. & D’Alembert J.- Encyclopedie, 1ere édition, tome 12.djvu/763

[6] Diderot D. & D’Alembert J.- Encyclopedie, 1ere edition tome 8.djvu/117

[7] Diderot D. & D’Alembert J.- Encyclopedie, 1ere edition tome 12.djvu/532

[8] Diderot D. & D’Alembert J.- Encyclopedie, 1ere edition tome 12.djvu/378

[9] Diderot D. & D’Alembert J.- Encyclopedie, 1ere edition, tome 14.djvu/265

suite : Les maladies digestives et intestinales