"Un homme n'est jamais tout à fait mort tant qu'il y a quelqu'un pour prononcer son nom" Antoine de SAINT-EXUPÉRY

Il y a Cent Ans…

- 1er Mars 1917 : Empire Ottoman / Introduction du calendrier Grégorien.
- 2 Mars 1917 : Le Congrès américain réforme "l'Organic Act" pour Porto Rico , qui devient territoire des Etats Unis, et fait de ses habitants des citoyens américains.
- 8 Mars 1917 : Décès du Comte ferdinand von Zeppelin, inventeur dudirigeable ( *8.7.1838).
- 10 Mars 1917 : Petrograd / Manifestations et soulèvements des ouvriers, rejointspar la population, contre la famine et la guerre . C'est le début de la révolution de Février (d'après le calendrier russe).
- 10 Mars 1917 : Les troupes britanniques prennent la ville de Bagdad.
- 11 Mars 1917 : Paris / à la Sorbonne se tient le premier congrès national du Livre.
- 12 Mars 1917 : Armement des bateaux de commerce américain.
- 14 Mars 1917 : Démission du Général Lyautey du ministère de la Guerre.
- 14 Mars 1917 : Rupture des relations diplomatqiues entre la Chine et l'Allemagne.
- 15 Mars 1917 : Russie / Formation d'un governement provisoire sous la présidence du prince Lvov.
- 15 Mars 1917 : Russie / Sous la pression de l'état major, Nicolas II abdique en favuerde son fère, le grand duc Michel.
- 16 Mars 1917 : Russie / Le grand duc Michel renoce au trône.
- 17 Mars 1917 : Naissance de Carlos Cassola, écrivain italien.
- 17 Mars 1917 : Paris / Démission du cabinet Briand.
- 20 Mars 1917 : Paris / Constitution du ministère Ribot.
- 21 Mars 1917 : Belgique / Séparation administrative : les Flamands à Bruxelles, les wallons à Namur.
- 23 Mars 1917 : l'empereur d'Autriche, Charles 1er, présente une offre de paix à Raymon Poincaré.

Source : « Chroniques du XXème siècle – Larousse..

Cassinomag N° 33

Chers lecteurs Internautes, trouvez ci-dessous, le 33ème exemplaire du Cassinomag.

L’année 2017 marque le pas avec les difficultés des années précédents et la réouverture du Site Gallo-Romain de Cassinomagus est annoncé pour le 29 Avril prochain.

Chers amis lecteurs de ces pages nous vous remercions de votre attention et de votre intérêt pour la cause de notre site qui mérite d’être toujours plus et mieux connu.

Michel Basly.

Lire la suite… » » »

Sonneur de cloches en 1711... à en être "sonné"...

Découverte à La Chapelle-Vendômoise d’une perle de l’histoire.

« Le 6ème jour de décembre, l’an 1711, à l’issue de notre messe paroissiale (1) au banc de la mancelle où se sont assemblés les habitants de La Chapelle-Vendômoise (2) au son de la cloche et en la manière que l’on a de coutume de s’assembler pour affaires de la paroisse ; dans laquelle assemblée se sont trouvés avec Nous, Curé de la

Lire la suite… » » »

LA MOBILISATION A TOURRIERS en 1914

LA MOBILISATION A TOURRIERS

Jeudi, 30 juillet 1914. La population ne croit pas à la guerre. Elle espère toujours que « tout s’arrangera ».

Vendredi, 31 juillet 1914, 11 heures du soir. Le maire reçoit un télégramme de la Préfecture « Tenir chevaux classés prêts à conduire centre de réquisition. Prière propriétaires de donner immédiatement ration foin et. avoine ; munir chevaux d’une bride et longe bon état. »

Il fait nuit noire. J’aocompagne le

Lire la suite… » » »

LA SUPERSTITION AU XIX° SIÈCLE DANS LA RÉGION D'AUNAC

LA SUPERSTITION AU XIX° SIÈCLE DANS LA RÉGION D’AUNAC

Je voudrais n’avoir que peu de choses à dire sur ce sujet, car, en ma double qualité d’instituteur et d’habitant d’Aunac où je suis né, je serais heureux de constater que mes voisins et compatriotes n’attachent d’importance qu’aux choses sensées; malheureusement, il n’en est point encore ainsi. Je vais d’abord énumérer sommairement les absurdités qui ne sont pas particulières à Aunac, mais qui ont prise encore

Lire la suite… » » »

Rigueur de l'hiver 1709

Registres de Marthon. Notes de J. ALLARD, curé.

« À la postérité » « Si l’hiver de 1709 se fit ressentir par sa violence et la longue continuation de ses frimas et de ses glaçons qui enlevèrent presque tous les grains qui étaient sur la terre et causèrent une si grande cherté dans tout le royaume, l’on peut dire que l’été de 1716 n’a pas été moins rude par ses chaleurs excessives et sa longue

Lire la suite… » » »

PASSAGE DE PERSONNAGES CÉLÈBRES à Angoulême

22 mai 1846

Son Excellence, le maréchal Soult, duc de Dalmatie, président du Conseil des Ministres, est passé à Angoulême. Arrivé le soir, il a couché à l’hôtel de la Croix d’Or, au faubourg L’Houmeau, et est reparti le 23 au matin, pour son château de Soult-Berg.

25 octobre 1846

Le duc de Nemours est arrivé ce matin, à une heure et, venant d’Espagne où il était allé assister au mariage de son frère, le

Lire la suite… » » »

PASSAGE DE PERSONNAGES CÉLÈBRES à Angoulême

21 avril 1846

À 5 heures et demie du soir, S. A. R. Ibrahim Pacha, fils aîné du vice-roi d’Égypte, et vainqueur des Turcs dans la bataille de Nézib, a fait son entrée à Angoulême par la porte Saint-Pierre, au bruit d’une salve d’artillerie de 21 coups de canons et au milieu d’une immense population qui couvrait les remparts de la ville et les allées et talus du jardin de la colonne. Un détachement de

Lire la suite… » » »

Métiers anciens : Garde-frein

Garde-frein

Un garde-frein est un employé du Service de l’Exploitation charger de serrer et de desserrer les freins d’un convoi ferroviaire sur ordre du mécanicien. Les convois ferroviaires comportaient quelques voitures ou wagons munis de vigie serre-frein répartis dans les convois en fonction de la nature des convois (voyageurs ou marchandises), du tonnage du train et du profil des voies. Les autres véhicules roulants étaient sans frein. Les gardes-frein étaient juchés dans ces vigies de

Lire la suite… » » »

PASSAGE DE PERSONNAGES CÉLÈBRES à Angoulême

8 mars 1846

Son Excellence Soleïman Pacha, ambassadeur de S. H. l’empereur des Turcs, est arrivée à Angou­lême vers les 5 h. du soir ; il a couché à l’hôtel des Postes, rue de l’Arsenal, et est reparti le lendemain 9 mars, à 10 h. du matin, prenant la route de Bordeaux.

Soleïman Pacha était accompagné de plusieurs secrétaires ou aides de camp. Il voyageait en chaise de poste, avec 2 postillons et 4 chevaux.

Lire la suite… » » »

Métiers disparus (suite) : Laveur au Chemin de Fer

Laveur au Chemin de Fer

Les laveurs (de chaudière) au chemin de fer étaient des ouvriers des Dépôts et Entretiens répertoriés dans les « manœuvres spécialisés ». Ils dépendaient du Service du Matériel et de la Traction. Ils avaient en charge l’entretien et le nettoyage du circuit hydraulique de la chaudière. Les tubistes nettoyaient et curaient les tubes à fumée et les voûtiers entretenaient les voûtes en briques et mortier réfractaires du foyer de

Lire la suite… » » »