"Un homme n'est jamais tout à fait mort tant qu'il y a quelqu'un pour prononcer son nom" Antoine de SAINT-EXUPÉRY

Il y a Cent Ans…

- 1er février 1917 : Allemagne / début de la guerre sous-marine à outrance, sans restriction et sans avertissement, avec la mise en service de 150 sous-marins allemands.
- 3 février 1917 : Torpillage après sommation du bateau américain "Housatonic". Le président américain Woodrow Wilson, rompt les relations diplomatiques avec l'Allemagne.
- 3 février 1917 : Berlin / la crise du charbon entraîne la réglementation de la consommation de ce produit.
- 4 février 1917 : Bruxelles / création du Conseil flamand par un groupe d'activistes.
- 5 février 1917 : Rupture des relations diplomatiques entre les États-Unis et l'Autriche-Hongrie.
- 10 février 1917 : Londres / début des négociations entre l'Organisation sioniste mondiale représentée par - Chaïm Weizmann, et le gouvernement britannique en vue de l'installation d'un foyer juif de Palestine.
- 17 février 1917 : France / la Chambre vote l'attribution d'un franc par jour aux soldats des tranchées.
- 17 février 1917 : Décès d'Octave Mirbeau, écrivain français (* 16.2.1848).
- 18 février 1917 : Le commandement suprême de l'armée allemande reprend l'offensive contre la Russie.
- 19 février 1917 : Décès de Charles Émile Auguste Durand, dit Carolus Duran, peintre français (* 4.7.1837).
- 21 février 1917 : En 3 semaines, 134 bateaux alliés et non-belligérants sont coulés par les forces allemandes. C'est le premier bilan de la guerre sous-marine à outrance.
- 24 février 1917 : Méditerranée / Le navire "Dorothea", transportant des troupes britanniques est coulé par un sous-marin allemand.
- 24 Féveier1917 : Les Américains prennent connaissance du télégramme d'Arthur Zimmermann, secrétaire d’État allemand aux Affaires extérieures, qui demande au Mexique d'entrer en guerre contre les États-Unis.

Source : « Chroniques du XXe siècle – Larousse.

A propos ...

Ce blog est la vitrine externe du CGCP ….

Qu’est-ce le CGCP ?

Le « Cybergroupe Généalogique de Charente Poitevine » (C.G.C.P.) est une association (loi 1901) libre et indépendante, affiliée à la Fédération Française de Généalogie. Affirmant une identité culturelle, sa localisation ne relève d’aucune définition de limites administratives départementales et ne saurait être enfermée dans un périmètre géographique défini. Le C.G.C.P. s’attache aux racines culturelles d’une région : la « Charente Poitevine », et son but est de permettre le rayonnement de la généalogie auprès de généalogistes amateurs, grâce aux données librement recueillies par ses bénévoles.

Origine du CGCP

C’est fin 1994 que le fondateur du CGCP, alors en conflit avec les orientations stratégiques d’une autre association, crée une section de généalogie au sein de l’Espace Créatif de Taizé-Aizie – 16700 (association locale pluridisciplinaire). Ayant lui-même eu à dépouiller et compiler les mariages non filiatifs du canton de Ruffec, il bénéficia d’un travail similaire effectué par un ami sur Villefagnan, puis fut rejoint par un autre ami sur Champagne-Mouton. Enfin l’un de ses cousins germains lui légua tout son travail des mariages paroissiaux du Sud-Vienne et Sud-Est Deux-Sèvres.
L’intérêt des généalogistes amateurs pour cette zone grandissant, c’est au printemps 1999 que fut lancé le premier forum sur Internet, rapidement suivi par la création officielle du CGCP et le dépôt de ses statuts.

Définition de la Charente Poitevine

L’identité culturelle
Adolphe Joanne, dans son livre sur le département de la Charente, datant de 1868, parle de la période celtique en ces termes : « On ignore le nom de la peuplade celtique qui se fixa sur le sol du département de la Charente. Il est possible aussi qu’aucune tribu spéciale n’habitât le pays. A l’orient vivaient les PETROCORII (les périgourdins d’aujourd’hui) qui avaient sans doute poussé leur colonie sur le Bandiat et la Tardoire. Au nord-est résidaient les LEMOVICES ancêtres des limousins) et au nord les PICTAVI ou PICTONES (les poitevins). Le reste était occupé par les SANTONS (Saintongeais) »
L. Picat dans son livre sur  » Ruffec, son histoire  » précise :  » D’après les notes recueillies, en 963, Guillaume Comte du Poitou et Duc d’Aquitaine aliéna une partie de son comté (le Poitou) et le donna pour fief à Guillaume Taillefer II. C’est cette partie du Poitou qui devait devenir la terre de Ruffec. »
En 1790, pour constituer le département de la Charente, il fut pris 44.000 Ha au Poitou. (Brigueil et Montrollet par exemple, puis Lesterps, Brillac, Abzac, Pleuville, Alloue etc.) mais il fut abandonné une bonne partie aux Deux-Sèvres (Montalembert, Hanc, Pioussay, etc.) Une partie de la Saintonge a été rattachée à la Charente.
Par ailleurs, la partie de la Charente actuelle qui faisait historiquement partie du Limousin aux premiers contreforts du Massif Central, fut elle aussi « annexée » à l’époque de la Révolution. Le brassage des cultures limousines et poitevines s’accéléra si vite que l’on ne peut aujourd’hui, bien souvent distinguer les différentes origines. Les quelques communes choisies dans la Haute-Vienne représentent cette frontière culturelle, au delà de laquelle, on ne parle plus culturellement de « Charente Poitevine », mais de « Charente Limousine ».
Ainsi fut constitué un pays de traditions, possédant des caractères géophysiques homogènes, associés à la présence humaine tout autant homogène, issu de ces différents brassages et muni d’une identité forte : La Charente Poitevine.

L’identité géographique
Le canton de Ruffec se trouve situé aux confins de trois départements : les Deux-Sèvres, la Vienne, et la Charente. La délimitation commune des départements concernés, ajoutée aux influences développées précédemment, fait nettement apparaître une zone s’étendant des Pays Mellois à l’ouest, jusqu’aux abords de la Charente Limousine, autre identité culturelle bien définie.
Et comme une simple zone géographique ne peut tenir compte des histoires familiales forcément riches et variées, quelques cantons des régions contiguës de la Charente-Maritime et la Haute-Vienne confortent un ensemble historiquement, humainement et culturellement homogène.
C’est ainsi que le CGCP a défini sa zone dite « Zone de Prédilection » (relative à son identité culturelle), à ne pas confondre avec sa « Zone de Couverture » (relative aux actes figurant dans sa base de données et mis à disposition des adhérents).
En se basant sur les définitions administratives cantonales, la « Zone de Prédilection » est déterminée comme suit :
16 – Charente :
– Aigre
– Chabanais
– Champagne–Mouton
– Confolens
– Mansle
– Montemboeuf
– Ruffec
– Saint–Claud
– Villefagnan
17 – Charente–Maritime :
– Aulnay
– Matha
79 – Deux–Sèvres :
– Brioux–sur–Boutonne
– Celles–sur–Belle
– Chef–Boutonne
– La–Mothe–St–Héray
– Lezay
– Melle
– Sauzé–Vaussais
86 – Vienne :
– Availles–Limouzine
– Charroux
– Civray
– Couhé
– Gençay
– L’Isle–Jourdain
– Lusignan
– Vivonne
87 – Haute–Vienne :
– Mézières–sur–Issoire
– Rochechouart
– Saint–Junien
La « Zone de Couverture » du C.G.C.P. est définie par les départements touchés par la « Zone de Prédilection ».
En d’autres termes les départements de Charente, Charente-Maritime, Deux-Sèvres, Vienne et Haute-Vienne sont concernés.
Le C.G.C.P. ne prospecte pas dans la « Zone de Couverture », hors « Zone de Prédilection ». Il accepte seulement les données que les adhérents souhaitent lui transmettre.

zone_predilection_cgcp