"Un homme n'est jamais tout à fait mort tant qu'il y a quelqu'un pour prononcer son nom" Antoine de SAINT-EXUPÉRY

Il y a Cent Ans…

AVRIL 1918

– 3. L’armée britannique traverse le Jourdain et pénètre en Palestine.
– 5. Russie : les fusiliers marins japonais débarquent à Vladivostok.
– 8. Paris est bombardée par un canon allemand d’une portée de 128 km, la «Grosse Bertha ».
– 9. Nouvelle offensive allemande dans les Flandres.
– 14. Charlie Chaplin présente son moyen métrage «Une vie de chien››.
– 16. Autriche-Hongrie : démission du comte Czernin, ministre des Affaires étrangères; le baron Burian lui succède.
– 19. Londres : lord Derby, ministre de la Guerre, est nommé ambassadeur de Grande-Bretagne à Paris. Lord Milner lui succède.
– 22. France : l`as de l’aviation allemande, Manfred von Richthoffen, est abattu au-dessus de la Somme.
– 25. Flandres : prise du mont Kcmmel par la 4° armée allemande, sous le commandement du général von Arnim.
– 26. L’Allemagne et la Russie soviétique établissent des relations diplomatiques.
– 28. Empire austro-hongrois : mort en prison de Gavrilo Princip. assassin de l’archiduc François-Ferdinand, héritier du trône d’Autriche.
– 28. Paris : mort accidentelle au vélodrome d’Hiver du cycliste Louis Darragon, champion du monde en 1906, champion de France en 1907.
– 30. Le gouvernement soviétique rétablit le service militaire obligatoire.

NAISSANCES
– 23. Maurice Druon, écrivain français.
– 25. Alain .Savary. Homme politique français.
– 25. Ella Fitzgerald, chanteuse de jazz américaine.

Chronique du XXe siècle – Édition Larousse

LA VIE A CONFOLENS AU XVIII° SIÈCLE

J'aime, donc je partage...

LA VIE A CONFOLENS AU XVIII° SIÈCLE

Au XVIII° siècle, Confolens était le rendez-vous d’une petite société élégante et polie qui subissait l’impulsion du grand mouvement philosophique de Paris, et qui s’associait à l’esprit du temps par sa curiosité un peu naïve sur toutes les questions à l’ordre du jour, par son enthousiasme pour la franc-maçonnerie et par son goût pour le théâtre de société.

Un des caractères les plus saillants de ses préoccupations, c’était de connaître ce qui se passait à Paris.

Aujourd’hui, nous sommes blasés sur la capitale, chacun connaît ses merveilles et tous les matins le journal nous apporte des nouvelles de la veille ; mais avant la Révolution, c’était chose pénible et difficile qu’un voyage à Paris; bien peu osaient l’entreprendre; on y songeait longtemps à l’avance et pour le plus grand nombre des déshérités, pour ceux qui vivaient et mouraient dans leur trou, sans en sortir, la poste n’apportait guère tous les huit ou dix jours que de rares et imparfaites nouvelles. Il fallait être l’élite de la société, avoir un goût prononcé pour les choses de l’esprit, ou bien avoir eu le bonheur d’y faire ses études, pour goûter les charmes d’une correspondance suivie avec Paris. C’était ordinairement par l’entremise des toucheurs de bœufs que cet échange de nouvelles avait lieu.

On sait que plusieurs fois par mois les bœufs étaient expédiés, par bandes, au marché de Poissy, sous la garde de conducteurs qui étaient, pour ainsi dire, les seuls commissionnaires du pays. Ils partaient et revenaient toujours chargés de lettres et de petits paquets, car la messagerie passait loin de nous et la poste faisait tant de détours que ce mode de correspondre était encore le plus prompt et le plus sûr.

D’après L. BABAUD-LARIBIÈRE, Eludes historiques et administratives.

Bulletin de la Société charentaise des études locales (1920) – Gallica.fr

1 commentaire pour LA VIE A CONFOLENS AU XVIII° SIÈCLE

  • On a du mal à imaginer ce genre de situation aujourd’hui à l’heure du TGV qui, en une heure et 15 minutes, nous conduit de Poitiers à Paris.

    La communication en long différé et loin d’être rigoureuse sur la véracité des faits et événements retransmis des jours après.

    Un bon article pour prendre la mesure de ce que c’était que vivre en province loin de la capitale… un eldorado en ce temps là !…

Laisser un commentaire

Vous pouvez utiliser ces balises HTML

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>