novembre 2017
L M M J V S D
« Oct   Déc »
 12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
27282930  
"Un homme n'est jamais tout à fait mort tant qu'il y a quelqu'un pour prononcer son nom" Antoine de SAINT-EXUPÉRY

Il y a Cent Ans…

DÉCEMBRE 1917

– 6. Russie : Nicolas II et la famille impériale sont faits prisonniers a Tobolsk.

– 7. Les États-Unis déclarent la guerre à l’Autriche-Hongrie..

– 7. Début d’une suspension des hostilités de 10 jours entre la Russie et L’Autriche-Hongrie.

– 8. Russie : défaite électorale des bolcheviks.

– 9. Les soldats anglais occupent Jérusalem que les Turcs ont abandonné.

– 9. Portugal : les républicains renversent le gouvernement d’Alfonso Costa. Sidonio Pais prend la tête du gouvernement provisoire.

– 9. La Finlande exige l’évacuation totale des troupes russes.

-10. Le Comité international de la Croix-Rouge obtient le prix Nobel de la paix.

-12. France : mise en accusation de J. Caillaux. dans une affaire d’espionnage.

– l5. Premier anniversaire de la victoire de Verdun.

– l5. Armistice prolongé entre les puissances centrales et la Russie.

– l5. Paris: la Chambre lève l’immunité parlementaire de J. Calllaux.

– 22. Brest-Litovsk : début des pourparlers pour la paix entre les puissances centrales et les représentants du gouvernements des soviets.

– 23. France : la censure autorise Ia presse révélé au public qu’il fait –11° à Paris.

– 30. 9356000 tonnes: c’est le tonnage brut correspondant aux bateaux coulés par les sous-marins allemands en 1917.

– 31. L’interdiction de l’ordre des jésuites est levée en Allemagne.

NAISSANCES

– 9. Kirk Douglas. Acteur américain

– 21. Heinrich Böll écrivain allemand († 16.7. l985)

 

Chronique du XXe siècle – Édition Larousse

André Citroën et la Traction...

J'aime, donc je partage...

Aujourd’hui, nous  fêtons les André… et des André, il y en eut des célèbres… Parmi eux,  je retiens André Citroën pour me conformer avec ce que vous apercevez à droite  sur le bandeau supérieur illustré de la page d’accueil du blog : une « Traction Avant Citroën »…

Dans l’histoire de l’automobile elle tient vraiment une place centrale tant au niveau national qu’au niveau mondial… il y avait : avant la Traction et il y a : après la Traction … Elle a fait l’événement et maintenant, elle fait date…

Elle a été produite avant et après la dernière grande guerre, réalisant une formidable carrière de 23 ans (1934 – 1957) Si l’on excepte sa petite sœur « 2CV »  et la « Coccinelle » de Volkswagen, l’une et l’autre produite pendant plus de 35 ans, une telle durée dans le temps est extraordinaire pour un modèle de gamme moyenne produit en série …

Apparue 50 ans après le début de l’histoire des véhicules à moteurs, la Traction Avant est un parfait exemple tout à fait représentatif de l’épopée automobile au cours du siècle juste écoulé … Elle est l’AUTO qui a marqué en profondeur l’aventure automobile du XX° et peut donc s’inscrire en son nom au panthéon du genre.

Elle tient une place dans l’Histoire se trouvant fortement impliquée dans le deuxième conflit mondial servant aux officiers de notre armée puis à ceux des occupants mais aussi aux résistants puis aux armées de la libération. Ce fut la voiture de prédilection des maquisards des FFI. On la retrouve également dans la vie sociale et tumultueuse de l’après guerre devenant auto des cadres moyens et supérieurs, des pères de familles ayant « réussi » bourgeois, commerçants, médecins, mais aussi des flics et des gangsters qui appréciaient le brio de sa tenue de route, sa vélocité, son panache et son allure incomparable…

Oui, à l’unanimité, cette voiture est belle, présentant une silhouette surbaissée, élancée, bien proportionnée. Elle se reconnait de loin, on ne peut absolument pas la confondre avec toutes autres voitures. Ainsi, pendant un quart de siècle représente-t-elle, l’excellence française, voiture simple et racée à la fois, elle ne peut que séduire et ravir ceux qui ont choisi de faire route avec elle …

Plus de 83 ans après son apparition, elle fait toujours le bonheur des collectionneurs de voitures anciennes, elle est le modèle incontournable des sorties autos rétro…

Avec cette Traction Avant, Citroën a immortalisé son nom et est devenu le constructeur généraliste le plus innovant de sa génération, C’est surtout à partir de ce modèle, que la marque au double chevron, a définitivement acquis et établi, sa renommée d’avant-gardiste…

 

Genèse :

L’origine de la marque tient au fait que le jeune Ingénieur André Citroën, en 1905 crée dans un petit atelier la société « Hinstin et Cie » fabriquant des engrenages à double côté en forme de chevrons ayant acheté le brevet de cette technique vue en Pologne, en 1900, au cours de son service militaire. Ces engrenages bien particuliers deviennent l’emblème de la marque Citroën symbolisée par le double chevron qui, jusqu’à ce jour, figure comme logotype sur tous les produits de la marque.

Suite à une bonne gestion, il collabore avec Mors, fabriquant d’autos en perte de clientèle et qu’il administre fort bien en tant que directeur général, redressant avantageusement les ventes…

Le jeune firme Citroën, née avant la guerre de 14-18, a connu son expansion pendant celle-ci en produisant de l’armement – aux quais de javel on fabriquait surtout des obus – Grâce à André Citroën, son directeur propriétaire et brillant ingénieur, friand des solutions d’avenir, dans l’immédiat après-guerre, cette ex-manufacture d’armes va s’orienter vers la production d’automobiles. Très vite Citroën va prendre une place enviée tout en au haut de la hiérarchie des constructeurs automobiles de l’époque en proposant sur le marché des petites voitures populaires à prix abordable face à une concurrence plus axée sur des voitures de gammes supérieures destinées exclusivement à une clientèle bourgeoise et nantie …  S’inspirant des méthode d’outre atlantique en vigueur chez Ford, le grand patron de la firme aux chevrons va faire augmenter les cadences de production de ses petites voitures qui, journellement, sortent en trois fois plus grand nombre que chez son concurrent direct Renault. Les nouvelles Citroën sont, d’emblée, appréciées par une vaste clientèle et parmi celle-ci, pour la première fois une clientèle féminine tout à fait séduite par ses modèles A puis B1, B2, et C avec la sémillante et originale petite « trèfle »… (Torpédo 3 places).

Les bénéfices obtenus par ces ventes importantes réalisées au cours de la première moitié des années « 20 » sont aussitôt injectés dans du gros outillage d’usine et permet d’élargir la production à des véhicules de taille et de gamme supérieurs.

Ainsi, au milieu des années « 20 » vont être produit les séries C à 4 et 6 cylindres (C4, C6, appellation que curieusement on a repris aujourd’hui pour identifier les produits de la gamme Citroën actuelle)

Citroën homme d’action, inventif, opportuniste et original mériterait, à lui seul, un vaste article, véritable condensé biographique tant le personnage reste « hors norme » dans sa façon de concevoir son entreprise, la marche et le produit de celle-ci… Il n’hésite pas à adopter toutes les solutions de pointes tant en amont qu’en aval de sa production : techniques les plus modernes et méthode de vente avancée comme l’utilisation publicitaire ayant recours aux moyens les plus sophistiqués et extravagants de l’époque : Avions faisant des loopings en traînant une immense banderole porteuse du nom de la marque, illumination en lettres gigantesques formées de milliers d’ampoules sur la Tour Eiffel… Citroën inonde de lumières à son nom, la nuit parisienne …S’ajoute à ces délires publicitaires, la réputation de robustesse et d’endurance de ses véhicules, établis au cours des rocambolesques expéditions continentales que furent tour à tour, la croisière noire puis la croisière jaune.

C’est dans ce contexte des années folles que Le bouillonnant ingénieur du quai de javel envisage de produire en série une voiture populaire ayant recours au mode de propulsion le plus logique pour un véhicule automobile, les roues avant étant motrices, solution nullement en vigueur chez la plus part des constructeurs. Ce système qui comme on le verra par la suite, présente bien des avantages exige, en contrepartie, une mise en œuvre technique complexe et des matériaux composites aussi flexibles qu’endurants. Il s’agit des fameux cardans avec leurs joints, transmetteurs du mouvement moteur aux roues devant permettre en même temps, leur articulation, celles-ci se devant être pivotantes puisque, à l’avant, elles sont d’abord, roues directrices …

A l’aube des années « 30 », survient la crise économique mondiale consécutive au crash boursier de Wall Street, Au début des cette décennie Citroën qui ne démord pas de réaliser son projet, s’entoure des meilleurs techniciens et stylistes du moment ainsi, l’ingénieur André Lefèvre, hautement compétent qui a quitté Renault constructeur trop conventionnaliste pour lui, se rallie-t-il aux têtes pensantes du bureau études et projets du quai de javel … 

C’est en moins de 13 mois que va être mis sur roue le projet « PV » ( Petite voiture) Entre le 3 Mars 1933 date de présentation des deux premiers prototypes et le 24 Mars 1934, date de sa première présentation aux concessionnaires de la marque, une étonnante auto promise à une aussi étonnante carrière a vu le jour. Issue de la collaboration d’ingénieurs renommés sous la direction de André Lefèvre : Maurice Sainturat pour le moteur, Maurice Julien pour la suspension,  Raoul Cuinet pour la carrosserie, la nouvelle Traction présentée à cette occasion, regroupe toutes les solutions techniques les plus modernes et avant-gardistes du moment : caisse auto porteuse surbaissée sans châssis, moteur flottant à soupapes en tête, transmission aux roues avant, freins hydrauliques, suspensions à barres de torsions et roues indépendantes .

La nouvelle venue correspondait en tous points au cahier des charges à l’origine du projet : Il s’agissait bien d’une berline aux lignes modernes et élancées de 7CV pouvant transporter confortablement quatre personnes et leurs bagages à 100 km/h  ne consommant que de 7 à 9 litres d’essence aux 100 km…

Le 28 Avril suivant c’est 100 Tractions 7A qui sortent quotidiennement des chaînes de productions … Début Mai la cadence de production s’emballe à 300 unités par jour…  

Une carrière qui dura 23 ans …

Très tôt la nouvelle Citroën va conquérir un vaste public et se forger une clientèle qui va s’étendre à travers les strates d’une société de plus en plus conquise par les avantages et les joies liés à l’usage de l’auto dans la vie courante…

Les premières Tractions seront affectées par certains vices techniques découlant d’une trop rapide mise en circulation sur le marché : problèmes techniques liés aux premiers joints de cardans qui claquent, des premières boites 3 vitesses, trop rapidement mises au point, qui grippent sur certains rapports, freins hydrauliques défectueux, suspensions trop sèches à l’arrière, moteur robuste mais pas assez performant pour tirer un ensemble roulant, frisant la tonne…

André Citroën ne connaîtra jamais le succès commercial remporté par sa « petite nouvelle » car il décède à la fin de la première année de mise en production de la Traction … L’entreprise est sur le bord de la faillite, André Citroën avait le défaut d’être à la fois joueur et grand dépensier. Investisseur inconsidéré dans l’outil de production et aussi joueur invétéré aux courses, sa dette vis à vis de l’équipementier en pneumatiques Michelin est considérable…

En 1935, son principal créancier rachète l’entreprise qui va être, non seulement sauvée, mais conduite de main de maître par une succession de grands patrons aussi rigoureux que visionnaires, sachant conserver à la marque aux chevrons l’originalité du concept de production et l’avant-gardisme du produit …

Ainsi se poursuit la production des Tractions qui sont bientôt déclinés en 9 Cv, 11Cv, 15Cv 6cyl. La fastueuse 22Cv 8Cyl qui devait coiffer la gamme n’a vu le jour que sous forme de prototypes présentés au salon de Paris 1934. La Traction est aussi proposée sous plusieurs types de carrosseries allant de la berline classique, à la limousine grande familiale en passant par les cabriolets et coupés. Des châssis à l’empattement différent furent aussi développés permettant de faire varier en taille des Tractions qui se déclinent en « légère » et « normale »  …

Dès 1936, les premiers défauts de jeunesse furent tous gommés et l’année suivante la gamme s’étalait de la 7C, 1600 cm3 9Cv à  la 11,  1911 cm3 11 Cv qui deviendra vite le modèle standard de la série, le plus prisé …

La clientèle apprécie particulièrement cette auto qui est considérée comme une référence quant aux prestations routières en matière de tenue de route, de vélocité, de confort et d’agrément de conduite, son esthétisme racé, caractérisé par sa silhouette surbaissée fort élégante étant plébiscité par l’ensemble des automobilistes et la presse de l’époque.

La popularité de la Traction Citroën va être définitivement assise par un sportif aventurier originaire de Nantua : François Lecot, garagiste mécène de la marque, il achète une des premières 11Cv Traction et, en 1935, gagne son pari de parcourir en une année 400 000 kilomètres. Une épopée accomplie avec l’énergie et la volonté qui établit la réputation d’infaillibilité en matière de tenue de route et d’endurance mécanique de la Traction Avant …

C’est bien parti pour la carrière de celle qui va cristalliser le visage automobile de la France pendant un quart de siècle !…

Bien que disparue des chaînes de fabrication depuis maintenant 60 ans, la Traction fait toujours partie du paysage automobile de notre pays dans chaque concentration organisée par les fans de ce modèle et les nombreuses manifestations rétro mobiles. Elle tient aussi en bonne place dans tous les musées autos. En outre, elle nous est familière dans toutes fictions cinématographiques ou télévisuelles relatant notre proche histoire et, pour les amateurs du genre policier, elle est la compagne indispensable des déplacements du Commissaire Maigret…

 

Chez Citroën, la Traction est le maillon indispensable entre son passé et son avenir :

 

La Rosalie (1933 -1936) inovante – La Traction (1934 – 1957) avant-gardiste – La DS (1955 – 1975) futuriste


Sources photos : Revues « Automobilia » des éditions Histoire et Collections –  « Passion Citroën »  des éditions  Atlas  – « Toutes les Citroën » de René Bellu , J.Pierre Bellevile, éditeur.

 

Laisser un commentaire

Vous pouvez utiliser ces balises HTML

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>