"Un homme n'est jamais tout à fait mort tant qu'il y a quelqu'un pour prononcer son nom" Antoine de SAINT-EXUPÉRY

Il y a 100 ans…

-   3 février 1916 : en Allemagne, début de la réquisition  es industries textiles.
-   3 février 1916 : en Russie Goremykine est remplacé par Sturmer à la présidence du conseil des Ministres.
-   4 février 1916 : Canada - incendie  au parlement d'Ottawa.
-   6 février 1916 : décès de Ruben Dario, poète sud-américain. (*18.1.1867).
-   8 février 1916 : le sous-marin allemand "U-51" coule le cuirassier français "Amiral Charner".
-   8 février 1916 : Berlin - émeute provoquée par les problèmes de ravitaillement.
-   8 février 1916 : Paris - vente aux enchères du théâtre Antoine.
-   8 février 1916 : Zurich - naissance du mouvement dada.
-  11 février 1916 : Guillaume II ordonne l'intensification de la guerre sous-marine.
-  12 février 1916 : naissance de Michel de Saint-Pierre, romancier français.
-  13 février 1916 : les Alliés s'engagent à garantir, dans l'avenir, la neutralité du territoire belge et lui promettre la récupération des territoires annexés par l'Allemagne.
-  14 février 1916 : Le gouvernement britannique approuve le plan de guerre du général Joffre.
-  14 février 1916 : naissance de Marcel Bigeard, général et homme politique français.
-  16 février 1916 : naissance de Julien Darui, footballeur français.
-  19 février 1916 : naissance de Eddie Arcaro, grand jockey américain. 
-  21 février 1916 : début de l'offensive allemande à Verdun.
-  21 février 1916 : Hambourg - grandes inondations dues à un raz de marée.
-  22 février 1916 : 3600000 casques fabriqués à ce jour, en France, pour la guerre...
-  23 février 1916 : Portugal - embargo sur un navire de commerce allemand.
-  25 février 1916 : Joffre place Pétain à la tête de la 2ème armée.
-  28 février 1916 : décès de Henry James, romancier américain (*15.4.1843)

Source : « Chroniques du XXème siècle – Larousse.

Relire des articles…

Le temps des cerises...

C’était un jour de juin 1943, je venais d’avoir huit ans et comme chaque année à pareille époque, mon père et moi nous nous rendions à la caserne pour faire avaliser par les autorités  Allemandes le certificat médical rédigé par notre médecin traitant. Ce certificat spécifiant que mon état de santé nécessitait un changement d’air , me permettait ainsi de passer la ligne de démarcation pour me rendre chez mes grands parents en Charente Limousine.
Nous habitions Libourne, à l’époque zone occupée, et attendions assis sur un banc du square du 15ème Dragon situé face à la caserne l’heure du rendez vous avec les  médecins militaires.
A un certain moment un soldat Allemand est venu s’asseoir de l’autre côté du banc, il portait à sa main droite une poche en papier remplie de cerises, il se penche vers moi et me tend le paquet. La réaction de mon père a été immédiate, il m’a vigoureusement pris la main et nous avons continué notre attente en tournant autour du square.
En repassant devant le banc où se trouvait toujours notre soldat avec à côté de lui le paquet de cerises, je constatais que ce dernier était courbé, ses deux mains couvrant son visage …
Bien après je me suis posé la question, pleurait-il ? Avait-il lui aussi en Allemagne un fils de mon âge ?
Autant de questions, certes naïves mais qui montrent une fois de plus l’absurdité de la guerre !

2 commentaires pour Le temps des cerises…

  • avatar guillon

    Bonjour Michel,
    Les mêmes questions se poseront malheureusement longtemps encore, sur toute la terre, mais les réponses seront-elles toujours les mêmes? Nous constatons, de plus en plus souvent, que des êtres humains, de chair et de sang, ne pensent qu’a éliminer certains de leurs semblables au nom d’un être suprême dont on peut douter qu’il ait un jour existé.
    Des événements tragiques et journaliers nous en proposent une lecture peu encourageante.
    Cordialement
    Joêl Guillon

  • avatar CORETTI Marie-Françoise

    Bien sûr que la guerre est une absurdité et qu’on doit tout faire pour l’éviter mais encore faut-il que celui qui vous fait face ait la même conscience que vous de cette absurdité. À l’époque où s’est passée l’anecdote de notre ami Michel Basly, la notion n’était pas la même qu’en 2014! Nos mentalités et nos consciences ont évolué. Nous ne devons pas juger les actes du passé à l’aune de nos sentiments d’aujourd’hui. Qu’aurions-nous fait dans la même situation au même moment? Je me suis souvent posé la question à propos d’autres évènements. La réaction que nous avons aujourd’hui devant cet allemand humilié et pleurant, n’inspirait vraisemblablement pas le même sentiment à l’époque.
    C’est quand même un souvenir qui a dû laisser un grand trouble chez Michel enfant pour qu’il s’en souvienne tant d’années après!
    MFCORETTI

Laisser un commentaire

Vous pouvez utiliser ces balises HTML

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>