"Un homme n'est jamais tout à fait mort tant qu'il y a quelqu'un pour prononcer son nom" Antoine de SAINT-EXUPÉRY

Il y a Cent Ans…

- 1er décembre 1916 : Décès du Missionnaire explorateur Charles de Foucauld - voir article de l'éphéméride de ce jour - (*15.9.1858).

- 2 décembre 1916 : Athènes / des réservistes grecs attaquent les marins français et anglais.

- 3 décembre 1916 : France / le général Joffre est démis de ses fonctions de commandant en chef de l'armée à la suite de l'échec de l'offensive alliée sur la Somme ; il est remplacé par le général Georges Nivelle.

- 7 décembre 1916 : Bucarest / les forces armés allemandes du maréchal Mackensen pénètrent dans a ville.

- 7 décembre 1916 : Londres / David Lloyd Georges remplace H. Asquith démissionnaire au poste de premier ministre.

- 9 décembre 1916 : constitution du gouvernement de David Lloyd Georges.

- 10 décembre 1916 : Prix Nobel de littérature au poète suédois V. von Heidenstam.

- 12 décembre 1916 : offre de paix des Puissances centrales aux Alliés.

- 13 décembre 1916 : Paris / remaniement du cabinet Briand – Lyautey devient ministre de la guerre.

- 15 décembre 1916 : 700 000 tués sur le front de Verdun( 338 000 Allemands et 364 000 Alliés). Le haut commandement militaire allemand renonce à l'offensive de Verdun.

- 15 décembre 1916 : France / le Parlement refuse au gouvernement le pouvoir de promulguer des décrets-lois.

- 15 décembre 1916 : Suisse / le nouveau président Schultess, promet une « neutralité calme ».

- 21 décembre 1916 : USA / appel pur la paix du président Wilson.

- 26 décembre 1916 : Joffre reçoit son bâton de maréchal mais il est écarté du haut commandement.

- 30 décembre 1916 : Assassinat de Grigori Novykh, dit Raspoutine, aventurier russe, à Petrograd. (* vers 1872).

Source : « Chroniques du XXème siècle – Larousse.

Tissus d'Autrefois ...

Projetés dans ce premier quart du 19ème siècle, forçons la porte du Bazar des Nouveautés de la place de la Cahue à Nontron en Périgord… Une bonne odeur de bois ciré, un soupçon de senteur de lavande, de fleurs des champs…, la table d’étal rebondie disparaît sous l’amoncellement des pièces de draps, des volutes blanches de toiles, des enroulements de dentelles. Le zèle empressé de garçons et demoiselles de magasins que le regard sévère de Madame Blanche anime, indique au visiteur qu’il se trouve dans une bonne maison, certainement l’une des meilleures du Canton. Monsieur Hyacinthe, encore tout ému de sa récente élection au grade de sergent dans la Garde Nationale s’entraîne à détailler devant un groupe de jeunes élèves de la Pension Sainte Marie conduites par leur institutrice, l’excellence de la qualité des produits de la belle industrie textile française. Comme à la parade devant Monsieur le Sous-préfet et les autres autorités, il exerce sa voix pour trouver le ton juste et convaincant. Allons, faisons silence… nous allons tout savoir sur les étoffes et les tissus.

File1478

– Alépine : tissu de soie et de laine (A la façon d’Alep, 1819).

– Basin : étoffe croisée dont la chaîne est de filet et la trame de coton (Vient d’Italie, 17ème siècle)

– Batiste : toile de lin très fine

– Blonde : dentelle légère au fuseau, faite à l’origine de soie écrue sur le modèle du 18ème siècle.

– Bonnet façon de Tunis : petite chèche ronde de feutre

– Bonnet gasquet pour le Levant : chèche circulaire de plus grande dimension (Fez des turcs)

– Bourre de soie : déchet du dévidage des bobines de soie grège, sous-produit réutilisé en tissage.

– Burat : grossière étoffe de laine brune (Fort commune dès le 12ème siècle).

– Cachemire : tissu fin en poil de chèvre mêlé de laine (En vogue dès la fin du 17ème siècle).

– Cadis : tissu grossier de poil de chèvre (Produit en Europe après les croisades).

– Calicot : toile de coton assez grossière (19ème siècle, sur un modèle importé des Indes orientales anglaises).

– Cannetille : fil d’or ou d’argent retordu utilisé pour les broderies d’ornement (16ème siècle).

– Carde : tissu de laine aux fils démêlés grossièrement ne sont pas rectilignes (Le contraire est la laine peignée).

– Casimir : étoffe de laine croisée, simple et légère à la mode vers 1788.

– Chaîne de lin : fil de lin de moyenne densité utilisé pour le tissage.

– Coutil : toile croisée et serrée en fil ou coton (Connue dès le 13ème siècle), toile à matelas.

– Cretonne : toile de coton très forte (Vient du village normand de Creton, 18ème siècle).

– Droguet : étoffe de laine de bas prix mais très solide, utilisée pour les vêtements de travail

Apparu au 16ème siècle).

– Etamine : étoffe mince légère et non croisée (Est connue dès le 12ème siècle).

– Etamine à bluteaux : étoffe légère non croisée dont les fils sont peu serrés et rendent le tissu presque transparent.

– Filoselle : bourre de soie mélangée à du coton, s’emploie communément pour le tissage des bas, des gants et en bonneterie.

– Fil retors : fil retraité et retravaillé utilisé dans la fabrication des galons de laine, chanvre, lin, coton ou soie.

– Flanelle : tissu de laine peignée ou cardée, peu serré doux et pelucheux (Produit dès le 17ème siècle à l’imitation des anglais).

– Fleuret de soie : tissu de soie ajouré.

– Froc : tissu grossier et fort commun de bure de laine brune

– Gaze : tissu léger de soie, de lin ou de laine à armure complexe et fils sinueux (16ème siècle).

– Indienne : toile de coton peinte ou imprimée, originellement fabriquée aux Indes, pour l’habillement à bon marché.

– Linon : tissu d’armature de toile, fin et transparent, plus claire que la batiste (En lin pour la lingerie fine, en coton pour la layette).

– Madras : étoffe à chaîne de soie et trame de coton, de couleurs vives.

– Molleton : tissu de laine ou de coton gratté sur une ou les faces. Apparu au 17ème siècle.

– Mousseline : toile de coton claire apprêtée, apparue en Europe après les croisades.

– Nankin : toile de coton unie de couleur jaune, fabriquée au début en Chine au 18ème siècle.

– Nanquinet : toile de coton légère employée en lingerie et pour la broderie, synonyme de nansouk (Début 19ème siècle).

– Orseille : au début teinture rouge violacée tirée d’un lichen, par extension une toile violette de coton utilisée pour le travail.

– Percale : tissu de coton fin et serré utilisé pour les doublures (L’usage s’en répand au 18ème siècle).

– Ras : variété de velours très serré et résistant, utilisé en gainerie ou en revêtement de tables de jeu.

– Ratine : tissu de laine épais et cardé, dont le poil est tiré en dehors et frisé (Apparu au 16ème siècle pour les tenues de cavaliers).

– Rouennerie : tissu en laine ou en coton, dont les dessins ou effets de reliefs proviennent de l’emploi de fils teints avant le tissage. (Technique originaire de Rouen).

– Serge : étoffe tissée suivant une ou plusieurs armatures donnant un tissu à côtes obliques avec un envers et un endroit (Fin 14ème siècle).

– Siamoise : toile de  soie et de coton mêlés, peinte ou imprimée plus légère que l’indienne.

(Origine 17ème siècle).

– Sicilienne : étoffe de coton et de chanvre de peu de valeur. (16ème siècle).

– Silésie : étoffe mi-soie, mi-laine dont on fait les doublures ou les toiles de parapluie (Début 19ème siècle).

– Tiretaine : étoffe grossière de laine ou mélange de laine et coton, rarement de lin

(Commune dès le 13ème siècle).

– Toile à claire voie : toile de divers tissus avec des jours.

– Toile de Cholet, de Bretagne, de Laval, de Béarn, d’Alençon : étoffe serrée de coton ou lin suivant divers motifs régionaux caractéristiques.

– Toile peinte : ancienne technique d’impression des tissus au pochoir avec des motifs décoratifs dont les encres teintes étaient fort résistantes.

– Tulle : tissu léger très fin constitué de mailles rondes ou polygonales, dont les fils ne sont pas arrêtés.

La Maison Vannier à Poitiers : Le grand escalier (vers 1908)

La Maison Vannier à Poitiers : Le grand escalier (vers 1908)

Etourdies par toutes les savantes explications de Monsieur Hyacinthe, ces demoiselles de la Pension Sainte Marie se reprennent et babillent futilement entre elles. Mademoiselle Claire de Pontsalle leur institutrice, obtient difficilement le silence… Madame Blanche les convie toutes à venir prendre chez elle, un sirop d’orgeat.

Jean Marie BOUZY

Photos scannées à partir de l’album « La Vienne en Mémoire » de Gérad Simmat & Jacques Pasquier  – Fontaine éditeur – publié par Centre Presse .

2 commentaires pour Tissus d’Autrefois …

  • avatar Isabelle Miaou

    quel bonheur de cet article !! Et comme j’ai abité poitiers et connu les Dames de France, j’aprécie le partage. Merci

  • Voilà bien un bel échantillon d’étoffes pour se confectionner, vêture, linge de maison, et tentures mobilières…
    Tisserands à vos navettes ! Les fils qui s’enchevêtrent donnent naissance à fine trame … qui, suivant l’origine du brin et la rigueur du tissage, nous produira moult tissus rassemblés dans cette étonnante nomenclature…
    A noter que la Maison Vannier fondée en 1867 est considérée comme le premier grand magasin de Poitiers . Transformé en 1892 et inauguré le 21 mars 1902 ce bâtiment à trois étages à l’angle des rues des Cordeliers et du Marché, est devenu les « Dames de France » en 1930 puis, « Monoprix » à partir de 1984 . Aujourd’hui l’immeuble fait partie de l’ilot commercial des Cordeliers .

    Les grands Magasins Vanniers dès le début du XXe siècle ont disposé de véhicules de livraison …

Laisser un commentaire

Vous pouvez utiliser ces balises HTML

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>