"Un homme n'est jamais tout à fait mort tant qu'il y a quelqu'un pour prononcer son nom" Antoine de SAINT-EXUPÉRY

Il y a Cent Ans…

OCTOBRE 1917

– 9. Paris : l’Académie de médecine préconise, pour lutter contre la dépopulation, de réprimer l’avortement et d’attribuer des allocations aux familles nombreuses.

– 15. La danseuse hollandaise Mata-Hari est fusillée par un peloton français. après avoir été accusée d’espionnage au profit des Allemands.

– 15. La 7° armée allemande s’empare des îles d’Oesel et de Dago, dans la Baltique.

– 23. Paris : démission du cabinet Painlevé.

– 23. Russie : Lénine obtient du comité central bolchevique le vote de la préparation immédiate de l’insurrection armée.

– 24. Paris : le cabinet Painlevé est reconstitué. Louis Barthou remplace Ribot comme ministre des Affaires étrangères. -›

– 24. Italie : douzième et dernière offensive d`Isonzo : le front italien est rompu par les forces austro-hongroises, dirigées par von Below. Cette défaite italienne, à Caporetto, se solde par de lourdes pertes (293 000 prisonniers et 3000 canons italiens).

– 24. Les Autrichiens occupent le Frioul (Italie).

– 26. La 6° armée française, conduite par Maistre, conquiert le fort de Malmaison à l’ouest du Chemin des Dames.

– 31. Norvège : parution du roman «Bénédiction de la terre››, de Knut Hamsun.

NAISSANCES

– 15. A.M. Sehlesinger, homme politique américain.

– 20. Jean-Pierre Melville, cinéaste francais († 2.8.1973).

– 21. Dizzy Gillespie, trompettiste de jazz américain.

DECES

– 9. Husayn Kemal Pacha suItan d’Egypte (*1853).

– 15. Margareta Gertruida Zelle, dite Mata-Hari,danseuse et aventurière hollandaise (*7.8.1876).

Chronique du XXe siècle – Édition Larousse

A propos de Comporté ...

Tout est parti d’une question de Jean-Pierre Naud :

Certains de mes ancêtres Naud ont travaillé au château de Comporté (St Macoux) et au château de Fayolle (St Saviol ) Je connais le moulin de Comporté…mais je ne vois pas ce qu’on appelait le château. Et je ne trouve rien sur le château de Fayolle. Auriez-vous quelques explications ?

Moulin de Comporté

Le Moulin de Comporté

Une première réponse est donnée par Franck Cormerais :

Pour  vous répondre, je vais  reproduire quelques passages d’un numéro des « Amis du Pays Civraisien » qui était consacré entièrement à Saint-Saviol. Ce numéro spécial reprenait en fait une monographie de la commune de Saint-Saviol, datant de 1945, écrite par M. Henri Dechambe. Ce numéro est aujourd’hui malheureusement épuisé.

Le fief de Fayolle, qui jouxtait le village du même nom, dans la partie sud-ouest de Saint-Saviol, était avant 1789, le siège d’une seigneurie dont le château, les dépendances et les jardins occupaient les terrains à gauche de la route de la Croix-Bardon à Fayolle, le village. Le château était de style Renaissance et avait été construit au XVIIIe siècle, probablement édifié à l’emplacement d’un autre château plus ancien qui servait de demeure aux seigneurs de Fayolle.

Ce fief avait été possédé au XIVe siècle par les Joubert, au XVe par les Sapinault puis XVIIe siècle par les Durousseau. Les biens des Durousseau furent vendus comme biens nationaux, à la Révolution. Le château fut acquis par un certain Jacques Bineau dont les descendants occupaient encore les lieux dans la deuxième moitié du XIXe siècle ainsi que les Bédier, par alliance.

Ce château était composé de deux grandes pièces. L’encadrement de la porte d’entrée et le manteau de la cheminée étaient faits de pierres sculptées. Au milieu de la cheminée était sculpté un écusson représentant les armes des seigneurs de Fayolle. De la cuisine, partait un couloir qui donnait accès à une chambre et à un cellier. Du cellier, par une porte, on accédait à une tour. Il y avait également une chapelle.

chateau-de-comporteaQuant au château de Comporté, ce sont les seigneurs de Fayolle qui, peu avant la Révolution, en avaient entrepris l’édification, dans un joli site, sur la colline qui domine la rive droite de la Charente. Ce château, quoique habité, restera inachevé, les évènements d’abord et la situation de fortune des propriétaires en avaient arrêté la construction.

Le corps principal du château faisait très probablement face à la rivière. Pour descendre au fleuve, on avait construit des murs de soutènement et des escaliers. Des jardins avaient été aménagés en terrasses cultivées. Du côté opposé aux jardins, un parc immense avait été tracé que coupait en deux un large chemin de terre appelé « l’allée de Comporté »

Pour se rendre de Fayolle à Comporté, on empruntait un chemin dénommé « le chemin du carrosse » quand bien même il n’était pas partout carrossable.

A Saint-Saviol, les domestiques louaient leurs services au Château de Fayolle, de la Feuilletrie, de Comporté, de Layré, dans quelques autres maisons riches et dans les moulins de Roche Papillon et de Reffoux.

Voilà, j’espère que ces quelques informations auront répondu à votre attente

Post-scriptum :

Pour ceux qui s’intéressent à l’histoire du pays civraisien, il existe une revue « Les Amis du Pays Civraisien » qui traite de sujets variés. De nombreux numéros sont encore disponibles que l’on peut se procurer en contactant la mairie de Civray.

J’aurais l’occasion de revenir dans ce forum prochainement car j’ai des ancêtres qui ont vécu à Saint-Saviol entre 1870 et 1890 . J’ai commencé à raconter l’histoire et l’évolution de ce village dans la deuxième moitié du XIXe siècle. Je ne connais pas du tout cette région. Résidant en région parisienne, j’ai quand même réussi à réunir beaucoup de documentation sur ce pays civraisien pour m’aider à rédiger mon histoire. Malgré tout, je vais devoir me retourner vers le club pour trouver certaines informations.

Remerciements de Jean-Pierre Naud :

Merci beaucoup à vous, Franck, pour ces précieuses informations.

Je connais l’association Les Amis du Pays Civraisien…très dynamique et efficace. C’est l’occasion de rendre ici un hommage à tous ceux qui l’on fait et la font vivre, pour la mémoire de ceux de nos ancêtres qui ont habité ce secteur.

Contrairement à vous, je connais un peu cette région…mais à l’époque où je m’y rendais régulièrement, notamment durant les vacances scolaires, je ne m’intéressais pas à la généalogie ! Et il y a de nombreuses années, hélas, que je n’y suis pas retourné…!

C’est alors qu’intervient Alain Texier :

Notre ami Jean Claude Vrillac a écrit sur ces deux demeures, plutôt que châteaux…

Le logis de Fayolle, dont une photo figure dans l’ouvrage de Jean-Claude, se trouve bien sur la commune de St Saviol.

J’hésite pour le logis (château) de Comporté. Jean Claude ne donne pas sa localisation, mais une photo des caves. Je pense qu’il s’agit soit de l’ancien restaurant « le Dravir », soit de la propriété qui se trouve au-dessus, à laquelle on accède par le chemin qui passe derrière.

Jean Claude devrait pouvoir nous éclairer…

Ce que Jean-Claude Vrillac ne manque pas de faire :

Comporté est bien situé dans  mon livre sur la paroisse de Saint-Macoux ; il s’agit bien du lieu de l’ancien château ; la cave, comme vous le pensez, est une magnifique pièce aussi grande qu’une petite  église, qui fut transformée en écurie ; il y a également une petite chapelle et il s’agit bien de l’ancien restaurant « Le Dravir »

S’en suit une discussion sur la situation précise des lieux.

Roger Orvain apporte cette précision :

Pour information, il existe aussi le village de Comporté qui lui est sur la commune de St SAVIOL.

Que conteste Alain Texier :

Négatif : Comporté est sur la commune de St Macoux !

C’est Fayolle qui se trouve sur celle de St Saviol.

Mais Roger Orvain soutient sa version en ce sens :

Je ne suis pas d’accord avec vous, le village de Comporté (je dis bien le village) est sur la commune de St SAVIOL.

Pour en utiliser les lieux, je peux vous préciser qu’il y a un local et un barbecue sur le parking de ce village et que pour obtenir la clé du local il faut la demander à la mairie de St SAVIOL.

Sans contredire vraiment ces assertions, Alain Texier apporte d’autres précisions :

Vous avez en partie raison, car la limite de commune est la route !

Le moulin est sur St Macoux, alors que les peupliers et l’aire de parking gravillonné, avec l’édicule, sont sur St Saviol (voir le cadastre : cadastre.gouv.fr).

L’ancien château, situé à l’emplacement du « Dravir », est bien sur St Macoux. Les maisons au bord du coteau (à gauche en allant vers Civray) sont sur St Saviol, celles de droite sont sur St Macoux.

D’autres villages du secteur sont dans le même cas : « Les Poiriers » et le « Breuil d’Haleine », entre St Saviol et St Macoux, « Tardiveau » qui se partage entre Voulême et St Macoux, et d’autres entre Genouillé et Savigné, etc.

Roger Orvain portant crédit à ces informations complète en ces termes :

Bien vu, je vois que vous connaissez bien le secteur.

C’est vrai que les limites communales sont parfois mystérieuses et peu évidentes à cerner sauf à connaître le cadastre.

A ma décharge, les panneaux indiquent « Comporté commune de St SAVIOL », je n’en ai pas vu « Comporté commune de St MACOUX ».

Cet échange permet d’apporter des précisions et c’est bien le but d’un forum

C’est alors que Nicole du « 54 » fait cette suggestion :

Merci à tous ceux qui amènent leur contribution sur ces lieux. Ce serait bien si l’un d’entre vous réunissait toute cette documentation pour faire un article sur le blog. Une ou des photos seraient en plus  les bienvenues. J’ai moi aussi des ancêtres qui ont travaillé au moulin de Comporté et je ne dois pas être la seule !!!

Un grand merci à l’avance

Liliane Viollet approuve et confirme :

Je vais suivre votre idée… ma petite fille habite « le Breuil d’Haleine » et son « Oncle adoptif » est adjoint au maire aussi, cela lui fera un bien fou de participer au développement des coins historiques de sa commune.

Le Château de Comporté, sur la commune de St Macoux est bien l’ancien restaurant « Le Dravir », je pense que nous aurons une photo de cette demeure afin de faire un peu plaisir à Mr Naud …

Remerciements de Jean-Pierre  Naud :

Merci Liliane pour cette attention particulière et ces renseignements. Et merci d’avance pour la photo…

Merci Alain pour ces précisions. Effectivement, je n’avais pas pensé à consulter l’ouvrage de JC Vrillac, si riche d’informations…!

Guy Delousme interroge :

Fayolle (Saint-Saviol) ne serait-il pas – peut-être – un nom de famille ?

Ce à quoi répond Jean-Pierre Naud :

Il est fort possible qu’il y ait des Fayolle, mais je n’en ai pas dans ma généalogie…du moins pas pour l’instant !

C’est en tous cas aussi une « grosse propriété » si ce n’est un petit château.

Franck Cormerais fait un retour sur le sujet apportant quelques précisions :

Je reviens sans tarder sur Fayolle et Comporté. Je confirme que le château de Comporté se trouve bien sur la commune de Saint-Macoux. Par contre, le village de Comporté était divisé en deux, une partie dépendait de Saint-Saviol et une autre de Saint-Macoux. C’était le cas également des villages des Poiriers et du Breuil d’Haleine et du hameau de Puypousin. Cela venait du fait que la route les coupait en deux parties, inégales. Une plus grande partie de la population de ces villages était rattachée à Saint-Macoux.

Gilbert Naffrechoux nous joint alors ce fichier  historique :

Branche de Comporté:

Pour-ComprteaI – Foucaud de Chabanais, chevalier, vivant en 1320, épousa Jemme Bormaud, fille d’Hélie, chevalier, seigneur de Comporté (Saint-Mâcou, Vienne), et d’Agnès Bonnelle, dont il eut:

1) Jean, qui suit.

2) Marguerite, mariée avec Philippe Boyn, chevalier, seigneur de la Boinerais, vivant en 1368.

Foucaud de Chabanais eut peut-être une seconde épouse, car on le trouve, comme seigneur de Vitrac, faisant don de ses biens à sa femme Agnès Guichet, en 1353.( A moins qu’il ne s’agisse d’un autre Foucaud de Chabanais).

II – Jean de Chabanais, chevalier, seigneur de Comporté. Il servit dans les guerres contre les Anglais, et eut pour fils, ou pour petit-fils:

III –  Jean de Chabanais, chevalier, seigneur de Comporté, la Mirande, etc. Il fit aveu à l’abbé de Charroux, le 27 octobre 1396, pour divers fiefs situés dans les paroisses d’Alloue, de Benest, et Châtain. Il servait le 8 janvier 1418, avec 8 écuyers, dans l’armée du Dauphin. (Son sceau portait deux lions passants. et un lambel).

Au siège de Parthenay, en 1419, il servit avec 20 écuyers. Plus tard, il fut capitaine de Cognac et chevalier de l’ordre du Camail (Porc-épic). Il vivait encore en 1445, et rendait aveu au château de Civray de sa terre de la Maillolière (Blanzay, Vienne), qu’il tenait, comme l’avait fait feu sire Jehan de Pellis, fils de Geoffroy de Pellis, son prédécesseur.

Marié vers 1400 avec Marguerite Chauvet, dame de la Mirande, il eut pour enfants:

1) Aymar, qui suit.

2) Anne, mariée le 18 juin 1436 avec Aimery de Polignac, écuyer. seigneur d’Ecoyeux.

3) Agnès, mariée le même jour avec Foucaud de Polignac, écuyer, seigneur de Fontaines.

4) Isabeau, mariée à Cognac le 18 janvier 1426 avec Hélie GasteuiL écuyer, seigneur de Saint-Trojan.

5) Jean qui fera la branche de la Mirande.

6) Jeanne, mariée vers 1430 avec Jean Faubert, écuyer.

IV – Aymar de Chabanais, chevalier, seigneur de Comporté, la Maillolière, etc .., partagea avec son frère le 2 mars 1449, en présence de Jean Chauvet, prieur de Saint-Léger de Cognac. Aymar souscrivait avec Ithier de Beuabre, écuyer, une baillette de rente sur sa terre de Comporté, le 28 septembre 1456. Il acquit le fief de la Brousse (Sommières, Vilème), le 5 juillet 1459. Il servit au ban de 1467 comme homme d’armes sous le seigneur de Jarnac. En 1471, il était tuteur des enfants de feu Pierre Faubert, écuyer, et mourut en 1474.

Château de Comporté

chateau-de-comporte

A la Révolution, les Durousseau émigrèrent. Nous avons bien trouvé trace du serment prêté par André Durousseau, mais ce serment semble bien avoir eu pour but de permettre à son auteur de circuler plus facilement en France et de faciliter son passage à l’étranger (extrait de la Liste des émigrés du district de Civray – Saint Saviol : André Durousseau Fayolle, sa femme et son fils) Le 15 novembre 1792 est la date de la 2éme affiche de la proclamation de la confiscation des biens.

« L’an 1790, le 18ème jour de juillet, a comparu devant MM. les officiers municipaux, la garde nationale de Saint Macoux et de Saint Saviol, André Durousseau lequel a prêté serment.  Etat civique de la fédération de laquelle prestation il a requis acte et a, avec les Officiers municipaux, et la Garde Nationa, signé ledit acte.

Et voici un autre document relatif à l’émigration:

« Je, soussigné Receveur des droits au Bureau de Civray, reconnais avoir reçu de Louis Garet, secrétaire greffier de la commune de Saint Saviol, la montagne la somme de cent-vingt livres provenant de la vente des écopas des bois de la marine de Fayole qui se montre dans les dits bois de Fayolle séquestre feu Durousseaux, de Fayole L’émigré, par les officiers municipaux de la dite commune en vertu d’une commission qu’il leur a été délibéré par l’administration du district de Civray. Dont quittance.

A Civray le 29 floréal an ‘II de la République et -Signé: Bouhié ».

Les biens des Durousseau furent donc vendus comme biens nationaux. Le château fut acquis par Jacques Bineau.

En 1802 nous trouvons dans un acte d’état civil : citoyen Jacques Bineau domicilié au logis de Fayolle, propriétaire.

En 1830, le plan cadastral nous montre une grande partie de la seigneurie répartie entre plusieurs propriétaires : 5 du nom de Bineau (sans doute les héritiers du précédent et deux du nom de Bédier)

Enfin, Alain Texier complète ici avec de nouvelles données :

Chose promise, chose due :

Le plus ancien habitant de Comporté que je trouve dans mes tablettes est Antoine Dussouil, receveur au château, qui a assisté au mariage de sa belle-sœur Jeanne Françoise Perret avec Pierre Joyaux, à Limalonges en 1750, et à l’enterrement de sa belle-mère Marie Combe, en 1770 à Limalonges.

En 1745, c’est Marie Masnault, fermière à Comporté, qui assiste au mariage d’André Gallais avec Marie Penaud.

En 1819, François Pinaud et François Souchaume, tous deux domestiques à Comporté, sont les témoins pour la naissance de Louis Bourdin, le 21/04, à St-Saviol.

Le 25 pluviôse an VII, Jean Brault épouse Jeanne Gaborit, à Saint-Cybardeaux, en Charente, où ils ont eu, au moins deux enfants :

Marie-Anne, en l’an 11 (1802) et Jean, en 1805.

Entre l805 et 1806, le couple vient s’installer à Saint-Macoux, au moulin de Comporté. C’est là que naissent leurs autres enfants : Marie, en 1806, Marie-Madeleine en 1809 et Louis, en 1813.

En 1835, Jean Brault, propriétaire meunier, devient maire de St-Macoux. Il le sera jusqu’en 1838, remplacé par Théodore Dumarais, propriétaire, qui fut témoin au décès de Jeanne Gaborit, le 04/11/1841. Jean ne lui survit pas très longtemps puisque c’est le 6 août 1842 que Jean, son fils, accompagné de Norbert (?) Trillaud, aubergiste à Comporté, viendra déclarer la mort de son père.

Ses fils Jean et Louis sont également meuniers. Le second, semble t’il, abandonnera cette profession pour celle de fermier.

Les enfants Brault se sont tous mariés à St-Macoux :

Marie-Anne, le 31/05/1830 avec François Dijonneau, cultivateur. Elle est décédée le 20/03/1841.

Jean, le 25/09/1838 avec Léonide Dusauze.

Marie, le 17/07/1838 avec François Poud, journalier.

Marie-Madeleine, le 27/04/1835 avec Pierre Gire.

Louis, le 07/12/1837, avec Marie Bernard, qui décédera le 25/10/1837. Il se remarie le 06/10/1841 avec Jeanne Parenteau.

Ce sujet peut, à tous instants, être enrichi avec d’autres apports : documents et photos.

Nous remercions vivement nos amis colistiers pour leurs contributions particulièrement instructives concernant un patrimoine et une histoire locale qui nous nous sont chers.

20 commentaires pour A propos de Comporté …

  • avatar Philippe Rousseau

    Bonjour à toutes & tous

    En remontant la branche de la mère (PAUTROT) de mon grand père paternel (ROUSSEAU commune de Chaunay)

    je trouve

    Gabriel PAUTROT 1654/1726 né a Linazay est qualifié de « Marchand Receveur de la Maison noble de Comporté »

    Louis René l un de ses fils Linazay 1697 Blanzay 1765 époux de Dame Marie Debesse
    Est qualifié de « Sieur des Vallées » Fermier de la Seigneurie de Comporté
    Il n ‘a pas du résider a Comporté toute sa vie puisque si quelques uns de ses nombreux enfants sont nés à St Macoux…d ‘autres sont nés à Blanzay ou lui même est décédé.

    Apparemment son frère Gabriel 1683 Linazay 1741 St Romain a pris la suite puisqu’il est qualifié « Notaire Fermier de Comporté « 

  • avatar alain vergniault

    serait-ce bien cc cher remy de la soudière, promo turenne coet 67/68 ?

    • avatar Rémy de la Soudière

      A Alain Vergniault.
      Oui, c’est bien moi, Coët 67/68, promo Turenne.
      Tu peux me joindre directement : remyls@orange.fr

      P.S. à tous les Cyber-généalogistes de Poitou-Charentes : qu’on me pardonne cette petite intrusion de la vie privée sur ce site.

      Cordialement
      Rémy de la Soudière

  • avatar Maryse Raud

    Bonjour,
    L’ancêtre de mon mari, serait Jacques Pissard, né à Saint Saviol. Lors de son mariage le 4/02/1782 à Savigné avec Antoinette Bardeau, il est fait mention de la paroisse de Saint Saviol où il est domestique au moulin de « Nieze ». C’est en cherchant le nom de ce moulin que je suis tombée sur votre message.
    Ledit Jacques Pissard est fils de Charles (né 1705 St Saviol et inhumé le 20/03/1762 St Macoux village le Point du Jour.

  • avatar Rémy de la Soudière

    Petit rectificatif et autres précisions.
    Mon commentaire du 27 janvier recèle un lapsus calami que vous aurez, je pense, rectifié de vous-mêmes. Il faut lire : village ou fief des Broues, situé à Saint Macoux et non « situé à Saint Saviol ».
    On peut noter par ailleurs que Pierre Regnauld, dont la principale seigneurie était l’Age-Bertrand (Chirac 16), possédait aussi, entre autres, la seigneurie de Montenault-Chémerault, en Limalonges, venue de son mariage en 1636 avec Louise de Barbezières. Il se qualifiait parfois, un peu abusivement, de seigneur de Limalonges. Un court chapitre d’un livre sur les Regnauld de la Soudière (PSR éd., 1995) est consacré à Montenault en Limalonges. Je pense que Jean-Claude Vrillac, qui semble être un généalogiste averti, doit connaître cet ouvrage.

    Bien cordialement.
    Rémy de la Soudière

  • Bonjour,
    Il y a aussi les Broues à St Claud mis aussi sur le site.
    Sur Google maps on voit un ensemble assez cohérent comme une très grosse ferme.
    Cordialement
    PS : mis en ligne sur notre site

  • avatar Rémy de la Soudière

    Un grand merci à Hubert Duclusaud pour sa réponse aussi rapide que précise, et l’intéressante image du cadastre napoléonien qui l’accompagne. Merci aussi pour la réponse d’Eymer.
    Je confirme par ailleurs, réagissant au commentaire de J. C. Vrillac, que j’appartiens bien à la famille Regnauld de la Soudière, mais que ma préoccupation ne porte pas sur la famille Guillaud de Broue mais bien sur le village ou fief des Broues (situé à Saint Saviol, maintenant que je le sais!) Il reste à déterminer pourquoi cette terre appartenait en 1648 aux enfants mineurs de Pierre Regnauld de l’Age. Je pense que cela provient d’une parenté, du côté de la mère de Pierre Regnauld (Marie de Carrion, fille d’Antoine et de Renée de Vallée), avec les familles Sapinaud/du Rousseau. Je vais poursuivre mes recherches.
    Merci encore à vous tous.
    Bien cordialement.

    Rémy de la Soudière

  • Bonjour
    Il existe aussi « Les Broues » Rattaché à Moulisme 86170 à voir sur notre site Bulle « Communes & Lieux » –> Liste autres lieux

  • Bonsoir Rémy,

    Notre responsable du blog validera très certainement votre commentaire dès qu’il sera disponible…
    En attendant, je vous confirme qu’il existe (ou existait) bien un lieu répondant au nom de « Les Broux » sur la commune de Saint-Macoux et visible sur le cadastre napoléonien en ligne !

    Il est situé pratiquement à la limite de la commune avec celles de Limalonges et Saint-Saviol !

    Broux-les_St-Macoux

  • avatar Rémy de la Soudière

    J’aterris par hasard sur ce site, mon commentaire (ou plutôt ma requête) arrive bien tard, aurai-je une réponse?
    Le 6 février 1648, Pierre Regnauld, seigneur de l’Age, recevait une reconnaissance de la part de Jacques du Rousseau, seigneur de Fayolle, du paiement de 10 000 livres dûes à propos du fief des Broues, mouvant de Fayolle, fief des Broues qui appartenait aux enfants mineurs de Pierre Regnauld.

    Question, donc : connaît-on un fief (ou un lieu-dit) appelé les Broues, à Saint Saviol ou peut-être à Saint Macoux?

    Merci d’avance si l’un ou l’autre des spécialistes du pays civraisien pouvait m’éclairer.

    Rémy de la Soudière

    • En regardant de près avec Google maps, on découvre « Les Broux » près de St Macoux.
      Ce lieu est ajouté dans le dictionnaire du CGCP (http://www.cgcp.asso.fr/ –> Bulle Communes & Lieux –> Liste des autres lieux)
      @+

    • avatar Jean-Claude VRILLAC

      Bonsoir

      Je pense que Rémy Regnault de la Soudière, descendant des Marquis Regnault de La Soudière, de l’Age Bertrand, seigneurs de Saint-Mary durant huit siècles, parle du mot  » de Broue », comme la famille Guillaud de Broue, ayant fait des alliances à Montalembert, les Adjots et Ruffec entre autres; une branche de cette famille Regnault possédait autrefois le château de Fontaine à Montalembert.
      Cordialement, J.C.VRILLAC

  • avatar Giorgetti Jean Pierre

    Bonjour à tous, je découvre avec plaisir ce blog alors que je cherche des infos sur le Château de Comporté parce que je me trouve des ancêtres BOUCHET autour de l’époque de la Révolution à St Macoux ayant travaillé au Château en qualité de domestiques et notamment Pascal B (ou Paschal, ça dépende de l’inspiration des rédacteurs des actes ou plutôt baptêmes).
    A-t-on des archives sur les activités et des registres du personnel ? Je sens que je rêve mais on ne sait jamais!
    Cordialement

  • avatar CHAIGNEAU

    Bonjour,

    Merci beaucoup pour ce mini reportage particulièrement intéressant.
    J’ignorais totalement la présence de cette grange voutée…!

    En espérant de nombreux documents comme celui-ci..!

    Bien cordialement

    Gérard Chaigneau

  • avatar Bernard Baillargeon.

    COMPORTE: Vu dans le dictionnaire des communes et pays de la vienne, par Dominique Guillemet- gestes éditions 2000.
    A Comporté ou le moulin est signalé vers 1160 et le double pont qui enjambe la Charente (rivière) en ce lieu, mentionné la première fois tardivement en 1433, avait une « allure médiévale » sur un dessin accompagnant un devis de restauration de 1766.
    Sur la carte CASSINI ( vers 1780) il n’est dessiné qu’un seul pont(sur le bras le plus large à l’Est) et un gué à l’Ouest. MES COMMENTAIRES = Les ponts ont’ils étés endommagés lors des terribles innondations de 1740 ( le pont Perrain de Civray fut détruit).
    Puis de source:  » La Vienne  » 2 Tomes collection FLOHIC, consultable dans les bibliothèques du 86.
    Le  » grand chemin  » ou  » chemin des mules » appelé encore  » chemin des marchands  » unissait l’Atlantique ( La Rochelle) au Massif Central et traversait la Charente à Comporté. Il perd de son influence en 1835 lors de la création de la route Limoges-Nantes. D948 (en deux sévres) et D148 (en vienne).
    Mes Commentaires:
    D’ou la présence d’une AUBERGE mentionnée au plan Cassini à l’est de la rivière tout prés du chemin bas qui remonte de la fontaine (prise d’eau) à Tardiveau. Une auberge est aussi mentionnée au plan cadastral napoléonien de 1829 à l’ouest du bras-chaussée là ou était le Dravir; en face, au nord, le chemin de Roche-Papillon.

  • Dans le Tome 1 des Editions Flohic « Le Patrimoine des Communes de la Vienne » au sujet de la commune de Saint Macoux j’ai trouvé cette photo avec ces explications :

    Selon la légende ce moulin, l’un des plus anciens de la région remonterait à l’époque romaine. Au Moyen Âge, il devient le moulin du château de Comporté. Une voie d’eau les réunissait, permettant aux châtelains de descendre au bourg et à l’église en barque.

    S’ajoute à cela :

    Comporté : Grange voûtée en pierres de taille datant de 1604
    Cette grange a été construite par Gabriel de Polignac, époux de la fille de Marie de Chabanais, héritière du fief. Ce bâtiment, vestige du château primitif, aurait servi de temple aux protestants . Au milieu du du XVIIe siècle les Durousseau de Fayolle entreprennent de faire construire en ce lieu un autre manoir formé d’un corps de logis et de deux ailes , ces deux ailes demeurent mais la partie centrale a été démolie et les pierres ont servià l’édification de l’Hôtel de ville de Civray, les Durousseau ayant émigré et leurs biens vendus comme biens nationaux.

  • avatar mathurine

    Tres interessant!Merci .

  • avatar Guy Delousme

    Merci Patrice pour ce compte-rendu très complet de cette « réunion virtuelle ».

  • avatar DIDELOT Nicole

    Merci Patrice d’avoir tenu compte de ma suggestion et merci pour toutes les précisions. Je peux maintenant me représenter ce moulin. Je n’ai pas d’ancêtres directs qui y travaillaient, mais un Pierre CHESNE meunier dans ce moulin en 1769 mariée à Marie PISSARD (soeur de Jacques mon ancêtre)
    D’après la photo (récente il me semble), ce moulin est en très bon état et parait habité.
    Amicalement. Nicole du 54

  • avatar Naud Jean-Pierre

    Merci beaucoup pour cette compilation qui a le mérite de nous renseigner -comme toujours – positivement.

Laisser un commentaire

Vous pouvez utiliser ces balises HTML

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>